Un an après son lancement, c’est l’heure de faire le point sur le concours Puissance Alpha. Jean-Marc Idoux et Astrid Woitellier, respectivement président et déléguée générale du concours, ainsi que Florence Dufour, directrice générale fondatrice de l’EBI, ont présenté jeudi 27 septembre 2018 le bilan de l’édition 2018 et les objectifs de l’édition 2019.

 

Fusion-création

Alpha + Puissance 11 = Puissance Alpha. En effet, pour rappel, Puissance Alpha c’est l’addition de deux concours : le concours Alpha et le concours Puissance 11. L’objectif ? Centraliser l’entrée de plusieurs écoles d’ingénieurs post-bac. Créé en juillet 2017, Puissance Alpha réunit aujourd’hui 16 écoles d’ingénieurs, plus de 4 000 places dans 42 programmes et 50 domaines de compétences différents sur 26 campus. Sont de la partie, entre autres, Efrei Paris, ISEP, EBI, ISEN Ouest, ISEN Méditerranée … Tous membres de la Conférence des Grandes Ecoles et habilités par la Commission des titres d’ingénieur (CTI).

« L’union fait la force ! Ce regroupement renforce le prestige des écoles d’ingénieurs et simplifie les procédures d’admission pour les bacheliers », garantit Jean-Marc Idoux. Ce concours est non seulement accessible aux filières S, mais aussi aux STI2D, STL, ES option maths, voire aux BAC+1/2. Intéressant donc pour les 8 000 élèves qui, chaque année, choisissent d’intégrer une école d’ingénieurs sans passer par une classe préparatoire.

Quels avantages pour les candidats ?

  • 1 seul vœu sur Parcoursup pour plusieurs écoles
  • 1 date d’épreuves écrites pour tous les centres d’examens dans toute la France et les quelques-uns à l’étranger (fixée au 27 avril 2019 pour l’édition prochaine)
  • 1 coût d’inscription unique : 120 € pour les terminale S, 50 € pour les terminales ES, les STI2D, les terminales ES option maths et les BAC+1/2 et gratuit pour les boursiers du secondaire et de l’enseignement supérieur
  • 1 résultat personnalisé : 50 % basé sur l’étude du dossier et 50 % sur les notes obtenues aux examens

Pari réussi

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’un an après Puissance Alpha est déjà l’un des concours les plus attractifs à en croire le nombre de candidatures. Au total : 9 502 demandes sur Parcoursup. « Une grande réussite malgré le pari que ça représentait de rassembler deux concours en un », s’enthousiasme Astrid Woitellier. Ce succès est attribué en grande partie à l’organisation des épreuves, adaptée à chaque candidat. Un gros plus qui les rassure. « Les candidats peuvent choisir le centre d’examens qui les arrange, pas forcément en fonction de là où ils habitent mais en fonction de ce qu’ils préfèrent. Cette disposition les stresse moins le jour J », explique la déléguée générale du concours. Lors de l’édition 2018, 97 % des demandes d’aménagements d’épreuves pour personnes en situation de handicap ont aussi pu être satisfaites ; les 3 % restant ont été exemptés d’épreuves écrites (admission seulement sur dossier).

Une démarche d’accompagnement payante qui a permis d’enregistrer une augmentation de 22 % d’inscrits en 2018, soit un taux de remplissage des écoles de 94 %. Et pas n’importe quels inscrits ! 72 % ont une mention au bac et 5 % sont même des grands classés. Le critère d’excellence surreprésenté pour le plus grand bonheur des écoles associées.

Et après ?

La date est officielle : le 27 avril 2019 sonnera le coup d’envoi de la seconde édition du concours Puissance Alpha. Face au très bon bilan de 2018, de nouveaux défis sont annoncés pour l’année prochaine. Première nouveauté : la notation sera plus personnalisée que jamais. En fonction du programme visé par le candidat, les résultats aux épreuves écrites pourront être modulés jusqu’à 30 % en fonction de la qualité de la motivation, des compétences, du projet professionnel et des appréciations des professeurs du lycée. « Cette façon de faire viendra contrebalancer l’impression qu’ont les étudiants d’être déshumanisés par les grosses machines à concours. »

Puissance Alpha voit aussi plus gros. Le concours offrira plus de 4 092 places, toutes filières confondues, contre 3 150 en 2018. « En 2019, ce seront 42 programmes d’études qui seront proposés aux candidats, au lieu de 32 en 2018. Ce qui génèrera plus de 1 000 nouvelles places dans les 16 écoles », dévoile Florence Dufour, qui a participé à la création du concours commun.

Puissance Alpha a « vocation à accueillir de nouvelles écoles d’ingénieurs », selon le président du concours, mais pour l’instant aucun petit nouveau dans l’alliance. Affaire à suivre.