Porter la voix du million d’ingénieurs et scientifiques de France auprès des autorités de l’enseignement supérieur et de la recherche : voilà le challenge que s’est donné Marc Ventre élu Président d’Ingénieurs et Scientifiques de France le 28 juin 2017. Il nous en dit plus sur les défis qui l’attendent pour son mandat.

 

Etre un ambassadeur des ingénieurs et scientifiques de France, une évidence pour vous ?

François Lureau (ancien Président d’IESF ndlr) m’a approché alors que j’étais Président de l’association des anciens de Centrale. J’ai choisi de m’investir pour IESF car la période que nous traversons est particulièrement challengeante : nouveau gouvernement, ambition de reconfigurer l’enseignement supérieur et de la recherche… C’est une période transitoire dans laquelle la formation des ingénieurs et scientifiques «  à la française » a toute sa place à prendre. Au travers de mes expériences internationales (en Chine et aux USA notamment), j’ai en effet pu constater que la France produit des ingénieurs ayant une capacité d’innovation très supérieure à ce que le reste du monde peut produire. C’est plus que jamais le moment pour nous de la faire valoir.

Vos grands projets pour votre mandat ?

Réorienter les compétences des ingénieurs et scientifiques pour faire face à la transition énergétique et numérique. Nos écoles forment chaque année 38 000 ingénieurs et nous constatons un réel besoin de réorienter leurs compétences sur ces nouveaux défis. Une évolution qui implique une formation d’excellence aux sciences et à la technique bien sûr, mais aussi aux aspects humains, sociaux et sociétaux.

Redorer le blason de l’industrie en France. La part de l’industrie dans l’économie française n’a pas cessé de baisser. A contrario, l’industrie est un secteur puissant en Allemagne, qui de facto, présente un taux de chômage bien plus faible. Il est indispensable de réorienter les ingénieurs dans l’industrie : rien ne m’énerve plus que les ingénieurs qui partent dans la finance !

Et les femmes ?

Féminiser la communauté des ingénieurs et scientifiques fait aussi bien sûr partie de nos priorités. En effet, alors qu’on compte 45% de jeunes filles en bac S, elles ne sont que 23% dans les écoles d’ingénieurs. Pour endiguer ce phénomène, il est indispensable d’agir de façon directe et concrète dans les collèges et les lycées pour rendre nos métiers plus attractifs auprès des jeunes filles, qui trop souvent, pensent ne pas avoir leur place dans nos secteurs d’activité.

 Les alumni ont donc un rôle essentiel à jouer pour mener à bien ces évolutions ?

Animer les communautés d’associations d’anciens élèves. On doit passer d’un mode « amicale des anciens » à un rôle de communauté attractive et de réseaux actifs. Notre Livre Blanc publié il y a quelques mois en est le témoignage : il n’aurait pas pu être réalisé sans l’importante mobilisation des alumni.

 

C’est parti pour les JNI !

La 5e Edition des Journées Nationales de l’Ingénieur (JNI) aura lieu du 13 au 21 octobre 2017. Au programme : des évènements dans toute la France et une grande journée à la Maison de l’UNESCO le 19 octobre. Placée sous le thème « Concevoir ensemble la société de demain », cette édition aura pour parrain et marraine Yann Le Cun (ingénieurs de l’ESIEE Paris), Directeur du laboratoire d’intelligence artificielle de Facebook et Anny Cazenave, membre de l’Académie des Sciences, contributrice des travaux du GIEC et ingénieure émérite du CNES. Pour tout savoir de cette semaine de mobilisation pour la communauté des ingénieurs et scientifiques http://www.jni.iesf.fr/

Micro CV

Diplômé de l’Ecole Centrale de Paris et titulaire d’un MSc du MIT

Entre chez Snecma en 1976 et en devient PDG en 2003

Nommé DGA en charge de la branche Propulsion aéronautique et spatiale de Safran en 2006

Nommé DG Délégué en charge des Opérations du Groupe Safran en 2011

Depuis 2015, Président du CA d’ArianeGroup

Président du GIM depuis 2013

Membre du conseil de surveillance de Radiall

Membre du CA d’ORTEC

Membre du Bureau exécutif de SAFE Cluster

Maire-adjoint de Veynes et VP de la Communauté de communes de Buëch-Dévoluy (Hautes-Alpes)