Leader mondial de l’immobilier logistique, Prologis est le lieu idéal pour se frotter aux challenges internationaux les plus complexes et aux enjeux technologiques les plus pointus. Séduit par cette entreprise à la culture startup, François Rispe (Sciences Po 88) n’a pas hésité une seule seconde avant de joindre le groupe. Aujourd’hui Directeur Général Europe du sud, il dévoile les coulisses d’une entreprise humaine et pleine d’opportunités pour les Sciences Po !

 

crédit – Thomas Raffoux

Prologis en une phrase ?

Nous sommes investisseurs, développeurs et gestionnaires d’immobilier logistique : notre métier se situe à la croisée entre l’économie réelle, digitale et financière.

Votre histoire avec le groupe ?

J’ai été approché par AMB Property Corporation, numéro deux mondial de l’immobilier logistique à l’époque, pour lancer la filiale française et développer leurs opérations en France. Leur forte culture entrepreneuriale m’a immédiatement séduit et a perduré suite à la fusion avec Prologis qui m’a offert la possibilité de devenir Directeur Général Europe du Sud.

Huit ans plus tard, qu’est-ce qui vous plaît toujours autant chez Prologis ?

La dimension entrepreneuriale et l’innovation. C’est une aventure locale dans un groupe global, ce qui nous offre la possibilité de saisir assez librement de nombreuses opportunités. Elle évolue également dans un secteur peu connu mais qui gagne aujourd’hui en visibilité et connaît une forte croissance grâce à l’essor du e-commerce.

Le petit plus qui vous donne le sourire chaque matin ?

J’éprouve beaucoup de plaisir à retrouver mes collaborateurs et à travailler avec eux. Prologis est une société qui attache une grande importance à l’humain et au développement de ses collaborateurs. La mobilité interne et internationale est possible et même fortement conseillée !

Vous rejoindre, c’est faire le choix de l’international ?

Nos collaborateurs baignent dans un environnement international. Mais si nous travaillons quasi quotidiennement en anglais, nous conservons une dimension locale. Personnellement, j’ai la responsabilité de la France, mais aussi de l’Italie ou de l’Espagne. Avis aux jeunes diplômés : les opportunités hors de notre pays sont nombreuses.

Comment imaginez-vous Prologis dans 5 ans ?

Nous serons toujours le leader mondial de notre secteur et serons positionnés comme un acteur incontournable de l’économie digitale. Notre objectif : maximiser l’expérience client et proposer des produits à haute valeur ajoutée.

Un futur qui sera donc marqué par l’innovation ?

L’immobilier logistique est un secteur à forte intensité capitalistique et très dynamique notamment dans le digital, l’expérience client ou l’énergie, des domaines dans lesquels nous investissons beaucoup. Nous nouons notamment des partenariats avec des startups. Nous avons par exemple récemment collaboré avec Resolving [startup lyonnaise, NDLR] sur EEGLE, une solution pour mieux connecter et digitaliser les locaux mis à dispositions de nos clients.

Prologis, une boîte qui matche avec les Sciences Po ?

Nous recherchons des profils très complets, une des qualités des diplômés de Sciences Po. Nous recrutons des talents polyvalents, curieux et capables d’interagir avec des acteurs importants et divers : hommes politiques, dirigeants d’entreprise, associations… C’est ce qui fait l’attrait de notre secteur !

 Chiffres clé : 1 600 collaborateurs / 97 Mds$ d’actif dans le monde / Une gestion de 3 700 immeubles, pour un total de 72 M de m² dans le monde / Présent dans 19 pays en Asie, en Amérique et en Europe

Contact : frispe@prologis.com / scals@prologis.com

 

Lallemand met aussi le talent en culture

Delphine Le Compès-Andro, DRH chez Lallemand incite les jeunes talents à découvrir une entreprise où les opportunités métiers sont infinies

Chimie, bio, agro : recherche hommes désespérément

Pourquoi les grandes écoles de chimie, de biologie et d’agronomie affichent-elles la proportion inverse d’élèves filles-garçons ?

[Tuto] : 4 astuces pour une coloc bio réussie

Alliant bien-être et respect de la nature, cohabiter bio renforce le sentiment de communauté,  facilite l’échange et le partage avec vos colocataires. Mais quelles sont les clefs pour cultiver ce nouvel art de vivre ? Suivez notre guide !

Le grand témoin : Dominique Carlac’h Porte-Parole & VP du Medef

Dominique Carlac’h Porte-Parole & VP du Medef revient sans détour sur son parcours, ses engagements de chef d’entreprise et ses combats de femme.

Chez CBo Territoria, c’est « act like a lady, think like a boss »

50 % de femmes et 50 % d’hommes dans les équipes du géant de l’immobilier réunionnais. Trois femmes témoignent.

Kit du futur décideur à l’attention du jeune ingénieur

Face à l’émergence d’un ingénieur qui travaille en mode projet et 100 % collaboratif quels sont les trucs et astuces pour transformer un diplômé de CentraleSupélec en décideur hors pair ?

Les écoles d’ingés déconstruisent les préjugés

Sensibilisation des lycéennes, meilleure orientation et valorisation des parcours de femmes scientifiques, les écoles d’ingénieurs progressent en matière de mixité. Décryptage

Prysmian : connecter les hommes

Leader mondial des câbles, Prysmian mise sur l’innovation de ses ingénieurs R&D, dont fait partie David Boivin, South Europe Connectivity – Telecom Engineering Manager.

Sous le capot de Club Identicar

Le moteur de ce club auto : la bienveillance, le collaboratif et la quête du bonheur au travail ! Une façon de travailler qui lui a fait remporter le prix HappyAtWork 2019.

[Premier emploi] Diplômé de CentraleSupélec, je vais où ?

Plutôt tradis ou fans d’innovations de rupture ? Secteurs, domaines, métiers : coup de projecteur sur les les opportunités à ne pas rater pour un ingénieur CentraleSupélec