De tout temps, les sachants, forts de leur expérience et riches de leurs années de pratique, transmettaient aux plus jeunes leur tour de main, les secrets de leurs savoir-faire. Une pédagogie qui fait le succès de l’apprentissage dans tous les métiers.

 

 

  • Mentoring inversé

Mais voilà : la révolution digitale ne respecte rien, pas même l’ordre établi. Elle l’inverse même, et en prend le contre-pied puisque l’on voit de plus en plus de juniors former les seniors. Pratique transformée depuis quelques années en concept par les plus grands groupes. Le « reverse mentoring » aurait été mis en place à l’aube des années 2000 chez General Electric par Jack Welch, son charismatique patron.

“La révolution digitale ne respecte rien, pas même l’ordre établi. Elle l’inverse même, et en prend le contre-pied puisque l’on voit de plus en plus de juniors former les seniors”

La virtuosité des digital natives dans l’univers des clics et des twitts, l’agilité de la “genY” pour les usages du numériques ont donné des idées aux DRH de groupes comme Danone, Orange, Accenture, IBM ou Axa. Les expériences se sont multipliées, les programmes généralisés, transformant les fiers dirigeants en apprentis curieux venus soigner leur fracture numérique si inquiétante entre les quinquas et la generation Y.

 

  • Process pédagogique

Ces groupes ont formalisé et systématisé des programmes de “familiarisation” et de découverte de la planète 2.0 en affectant un jeune guide aux dirigeants expérimentés mais perdus dans ce monde digital. Changement radical d’époque : Avant, la sagesse de ces anciens était un trésor à transmettre, les nouvelles compétences des jeunes nouveaux deviennent aujourd’hui des ressources à partager. Les programme sde reverse mentoring ont deux grands objectifs : accompagner la transformation numérique de l’entreprise d’une part, favoriser les échanges et dialogues entre les générations d’autre part”. Il s’agit pour les digital natives de familiariser dirigeants et salariés aux usages et pratique du digital

Il s’agit le plus souvent d’une initiation rapide aux codes et usages passant par une familiarisation avec l’univers des réseaux sociaux. Cette sensibilisation n’est pas anodine lorsqu’elle ouvre des perspectives sur un monde où chacun s’exprime sans réelle considération hiérarchique. Des modes de relation qui bouleversent les classiques organisations. Les plus fraîchement arrivés dans le groupe vont certes transmettre leurs usages et les nouveaux concepts (communauté, murs, profils, plateformes etc.), mais les plus expérimentés auraient bien tort de ne pas en profiter pour partager leur savoir-faire métier. Ces relations fructueuses dépassent ainsi les seuls problématiques du digital pour déborder sur le business et la productivité. Bref, des enjeux sérieusement économiques mais aussi fameusement humain.

 

  • Clivage générationnel

Le « reverse mentoring » rapproche ainsi des générations que le digital pourrait éloigner. Tout en stimulant la partie la plus culturelle du changement, celle du partage et de la coopération, des organisations transverses font exploser les organisations en silos et verticales.

 

  • Bénéfices partagés

La mise en oeuvre dans les grands groupes de ce type sont toujours sur la base du volontariat et prévoient des séances individuelles mais aussi des réunions collectives réunissant des perosnnes de tous niveaux de responsabilité, de toutes fonctions, de tous horizons.”

 

  • Le programme Reverse mentoring PWN Paris

Après le grand succès du programme de mentoring dePWN Paris existant depuis plus de 15 ans et ayant réunis plus de 300 binômes mentors/mentees, le programme évolue et le réseau PWN lance le 2 Février prochain un programme de Reverse mentoring Digital pour les femmes du réseau.

Le thème de ce kick off sera : « Being Digital Ready ».

 

Ce programme s’inscrit dans la stratégie et la mission du réseau PWN qui vise à offrir aux femmes des opportunités de développement et d’accompagnement pour les aider à progresser professionnellement dans toutes les étapes de leur parcours professionnel.
Ce programme de mentorat inversé fera le pont entre les femmes qui veulent obtenir plus de « trucs et astuces » sur la façon dont elles peuvent utiliser les réseaux sociaux dans le cadre de leur vie professionnelle et les femmes « Digital Native » en mesure de partager leur expertise et leurs conseils.
Ce nouveau programme de mentorat inversé s’articule en 4 étapes principales :
1. Identification des besoins exprimés par les mentees et des compétences des mentors afin de faire le meilleur matching possible et établir des binomes. Ce travail est réalisé par le groupe de Mentoring animé par Sylvie Houliere Mayca, Vice-Présidente des programmes mentoring au board de PWN Paris.
2. « Kick-off » du programme le 2 Février réunissant 50 femmes du réseau de PWN Paris.

Cette session sous forme de session d’information et d’atelier a été introduite par 2 témoignages exceptionnels en présence du groupe ORANGE et AXA qui sont venus apporter un éclairage sur les bénéfices et les feedbacks des programmes de mentoring lancés chez AXA et ORANGE.

Stéphanie CABALE, vice-présidente du Marketing en charge du numérique au Groupe Orange a partagé son expérience sur le programme lancé par Orange sur le numérique.

Cette session a été complétée par le témoignage d’un digital native, Perrine Lasalle, leader de la gestion Changement numérique transformation au Groupe AXA qui a fait partager sa propre expérience de mentor inversé chez AXA.

Cette session s’est clôturée avec un atelier sur les bonnes pratiques du Mentoring à destination des Mentors et Mentees candidates au programme.
3. Lancement de 3 sessions individuelles sur le bon usage des réseaux sociaux auprès des 20 binômes Mentors/Mentees du programme 2016.

 

4. Animation d’une communauté LinkedIn réunissant les participantes au programme

 

5. Atelier Collectif – Twitter pour les Nulles en Avril 2016

 

6. Clôture et retour d’expérience prévue en Juin 2016