40 % de femmes cadres (soit + 10 points en 20 ans) mais toujours seulement 20 % de femmes cadres supérieures ou cadres dirigeantes. Face à ce constat alarmant, Emmanuelle Gagliardi, Présidente de l’agence CONNECTING WoMEN mobilise les réseaux avec son mouvement Pulvériser le Plafond de Verre #PPV.

 

Pourquoi avoir lancé ce mouvement ?

Invitée à l’ambassade du Maroc pour exposer le point de vue de la France sur la diversité, j’ai eu honte des chiffres présentés. 10 ans que je bossais sur le sujet et on en était encore là : ça a été l’électrochoc. Les entreprises désormais soumises aux quotas disent ne pas trouver de femmes à intégrer à leurs ComEx. Mais si elles n’en trouvent pas, c’est surtout qu’elles ne permettent pas aux femmes d’entrer dans les tuyaux d’accès aux fonctions supérieures. Un décrochage qu’on constate dans tous les domaines et toutes les professions.

 

Quel rôle les réseaux de femmes ont-ils à jouer ?

On compte plus de 500 réseaux de femmes en France. S’ils s’unissent tous, si chacun met sa force et son implication pour pulvériser ce plafond de verre, on peut y arriver. Ce mouvement, c’est un appel pour éradiquer cette plaie qui pourrit la carrière des femmes.

 

Comment faire ?

Nous avons construit des groupes de formation gratuits sur Facebook et LinkedIn pour permettre aux femmes d’accéder plus vite à une dynamique de réseau. Chaque mois, chacune a un cap à franchir (demander une augmentation, une promotion, des avantages…) et est soutenue par les autres membres pour le franchir. Si les 40 % des femmes cadres prennent ce pouvoir sur leur carrière, le plafond sera pulvérisé, même s’il est en béton.

 

Mais ça demande beaucoup d’investissement ?

L’idée n’est pas de pousser les femmes vers plus de travail mais de les aider à le faire différemment. Par exemple, travailler sur sa visibilité c’est avant tout apprendre à mieux gérer ses priorités pour rayonner au maximum dans l’entreprise. L’idée n’est pas de se transformer en wonder woman mais de faire autrement en s’épuisant moins. Pulvériser le plafond de verre c’est éviter le burn out en gagnant plus !

« Les jeunes talents doivent montrer que l’égalité femmes / hommes est un critère déterminant dans le choix de leur employeur »