QUAND LA DIVERSITÉ A FAIT IRRUPTION DANS LE DÉBAT PUBLIC, LE SUJET ÉTAIT TROP VASTE VOIRE TROP POLÉMIQUE POUR NOUS LAISSER INDIFFÉRENTS CHEZ COMPANIEROS ! DEPUIS TOUJOURS PASSIONNÉS PAR LA QUESTION DU SENS, LA DIVERSITÉ NOUS APPARAISSAIT COMME UN VRAI CHALLENGE POUR LES ENTREPRISES MAIS AUSSI POUR LES HOMMES ET LES FEMMES QUI Y TRAVAILLENT… LA DIVERSITÉ FAIT SORTIR DE L’OMBRE DES SUJETS QUI QUESTIONNENT, CONCRETS ET COMPLEXES À LA FOIS, DES SUJETS EN SOMME… PORTEURS DE SENS !

© Fotolia

© Fotolia

Handicap, mixité femmes-hommes, stress et conditions de vie au travail, développement durable et diversité ethnique : les différents thèmes de la diversité posent à chacun la question de l’utilité de son travail, de sa responsabilité, de sa liberté d’action et de choix… Commencer à y réfléchir, c’est prendre conscience de ces questions, c’est vouloir y répondre, c’est déjà se mettre en quête de sens au travail…

Agir contre les discriminations
Aujourd’hui, la diversité est devenue un sujet politiquement correct mais qui convoque la responsabilité de chacun face aux discriminations. Faute d’une définition claire, ce sont en effet, les vingt critères de discrimination édictés par le droit français (origine, sexe, handicap, âge…) qui font office de référence. Les lois nous rappellent que l’absence de mesures en faveur de l’égalité professionnelle hommes-femmes ou de l’intégration des personnes en situation de handicap est plus ou moins directement passible de sanctions pour les entreprises.

La diversité à n’importe quel prix ?
Il faut le reconnaître, en matière d’égalité professionnelle femmes-hommes par exemple, les actions de coaching, de formation ou de mise en réseau réservées aux femmes, ont contribué à fissurer le plafond de verre mais elles ont aussi créé avec le temps des motifs de crispation, de rejet voire de démotivation de la part des hommes. Diffusés sans explications, les objectifs chiffrés pour améliorer la représentation des femmes dans les postes de management sont perçus comme une forme de discrimination positive qui ne dit pas son nom.

La recette du bon sens au travail
En s’y intéressant de plus près, en décortiquant ce qui crée la discrimination, il apparaît qu’oeuvrer à plus de diversité, cela s’apparente à du bon sens ! Depuis plusieurs années, les recherches en psychologie sociale nous alertent sur les conséquences des stéréotypes dont nous sommes tous pétris, ces automatismes de pensée qui biaisent notre perception et nos décisions. Comprendre les mécanismes qui font qu’inconsciemment chacun est susceptible de porter un jugement erroné sur son voisin est une étape importante dans la prévention des discriminations. Ce n’est pas facile mais c’est à la portée de chacun, il suffit d’en prendre conscience et d’un peu d’entraînement ! Quand on neutralise ainsi ses stéréotypes, on ouvre un espace de liberté pour questionner ce qui allait de soi : pourquoi devrait-on affirmer par exemple que les femmes sont plus intéressées par leur vie de famille que les hommes ou encore que les hommes sont plus rationnels et moins émotifs. Cette étape franchie, l’égalité professionnelle femmes-hommes, l’intégration professionnelle des personnes handicapées et la plupart des sujets de la diversité deviennent des questions de management et d’organisation du travail.

Être soi-même porteur de sens
Tout manager qui s’intéresse à ces questions de diversité (et tout salarié de façon plus générale) découvre qu’il a un rôle à jouer sur ce terrain. Que la diversité dépend de lui. Que ses actes au quotidien participent à une remise en cause de règles, d’habitudes, de modes de pensée qui sont autant de freins à l’intégration de tous. En mettant à distance ses stéréotypes, il retrouve un espace de liberté lui permettant de valoriser et développer toutes les composantes de son équipe. Il accroît sa capacité à coopérer ce qui contribue in fine à donner plus de sens à son travail.

Par Sophie Michon
Formatrice Mixité et Égalité professionnelle hommes-femmes

Companieros