Pour sa première rentrée France Business School a accueilli 350 élèves en PGE sélectionnés par un concours aussi novateur que la pédagogie que l’école entend déployer pour former une nouvelle génération de managers. Hervé Colas, directeur des programmes graduate et directeur de la zone « Grand Paris » de fBS vous en dit plus.

fBS dispose de 6 campus en France, Poitiers (photo), Brest, Clermont et les 3 sites de la zone « Grand Paris », d'une présence en Chine à Pékin et Shanghai et prépare son installation en Afrique.

fBS dispose de 6 campus en France, Poitiers (photo), Brest, Clermont et les 3 sites de la zone « Grand Paris », d'une présence en Chine à Pékin et Shanghai et prépare son installation en Afrique.

Comment s’est déroulée la première rentrée de fBS ?
Nous étions impatients de voir comment prendrait notre modèle pédagogique. Alors que l’école est toute nouvelle, propose un projet alternatif, nous sommes satisfaits de son attractivité. 2 000 jeunes ont été candidats pour 721 admis et 350 reçus dans le PGE. Nous avons aussi intégré 500 Bachelor. Nous organisons une seconde rentrée en février 2014 afin d’attirer d’autres profils comme ceux de médecine ou pharmacie qui se réorientent.

 

Quel sont les retours sur votre concours Talent Days ?
Les professionnels d’entreprise qui ont participé aux Talent Days ont été enthousiastes sur notre approche de sélection : examen du dossier académique pour considérer la position du candidat dans sa classe, deux assessment centers (en créativité et en entrepreneuriat), un test d’anglais, un autre utilisé en entreprise pour déterminer les préférences du candidat, un entretien individuel… A la fin de la journée plusieurs personnes ont vu le candidat.

 

Comment travaillent vos étudiants ?
Ils tiennent un rythme soutenu entre conférences et travaux de groupe durant ce premier trimestre que nous appelons l’Escale 1 d’immersion dans les grands enjeux mondiaux. L’innovation tient dans la manière de travailler, une pédagogie alternative fondée sur l’interactivité, y compris à distance via les outils numériques, la mise en situation d’oser, d’apprendre différemment pour agir différemment. Durant le second semestre, l’Escale 2, ils suivront ainsi des enseignements en mode projet les mettant en situation pour développer une posture entrepreneuriale.

 

Quels sont vos projets à l’international ?
Les écoles fondatrices de fBS ont des relations historiques en Chine, avec des flux d’étudiants et de professeurs qui ont vocation à s’intensifier car les Chinois sont intéressés par notre école. Nous avons par ailleurs un projet très avancé en Afrique. La France a une carte à jouer du fait de sa proximité avec de nombreux pays africains mais aussi en tant qu’arbitre entre la Chine et l’Afrique qui se connaissent mal et développent leurs relations.
www.france-bs.com

 

CÉCILE CHAUVEL, ÉTUDIANTE EN 2E ANNÉE À AMIENS
Quel est l’impact de la formation de fBS dans vos études ?
Nous avons appris cet été que les élèves de 2e année pourraient intégrer le programme fBS. Nous débutons l’année avec une nouvelle pédagogie. Elle nous force à être curieux. C’est un atout de comprendre le monde qui nous entoure au-delà des disciplines du management. Cela nous permettra d’être réactifs face à de nouvelles situations. C’est aussi très satisfaisant au plan intellectuel, des échanges entre élèves. Nous suivrons des cours académiques au second semestre et je vais commencer un cursus en apprentissage. La fusion nous permet aussi d’élargir notre réseau.

 

AYMEN TESTOURI, ÉLÈVE EN 1ÈRE ANNÉE À AMIENS
Vous avez passé différents concours, que retenez-vous de Talent Day ?
J’ai beaucoup apprécié qu’il s’attache à découvrir si nous possédons les qualités, la capacité de réflexion et la personnalité pour étudier en école de commerce plus qu’à tester nos connaissances. Le concours se déroule sur une journée et vise à susciter l’échange et le dialogue en nous testant individuellement et en groupe. Cela parait stressant à priori, mais une fois dans l’ambiance une seule chose compte : être reçu ! On retrouve ce nouveau système éducatif durant le premier semestre. C’est un peu déstabilisant au premier abord; mais je dois dire que c’est très stimulant et permet de nouer des liens entre élèves.

 

A. D-F