L’intégration des filières techniques des lycées dans les parcours de réussite

 

L’UPMC propose une première année de licence dédiée aux baccalauréats technologiques au sein de sections aménagées. Ces sections  permettent aux bacheliers technologiques intéressés par les sciences  de réussir une première année de licence. Les étudiants de ces sections bénéficient d’un enseignement renforcé et d’une pédagogie adaptée dans les unités d’enseignement des disciplines scientifiques fondamentales. Le nombre de ces étudiants ne dépassant pas la soixantaine, ceux-ci bénéficient d’un suivi pédagogique individualisé sur l’année.

Les candidats souhaitant intégrer cette première année doivent suivre une procédure de candidature spécifique, au cours de laquelle ils seront sélectionnés selon leur niveau scolaire et leur motivation. Du point de vue des volumes horaires, ceux-ci sont supérieurs à une première année classique. Les unités d’enseignement des disciplines scientifiques fondamentales disposent d’horaires renforcés. Les cours magistraux sont spécifiques à la section et se déroulent à un rythme plus modéré. Des travaux dirigés en groupe de taille réduite sont également mis en place  dans ces unités d’enseignement. L’assiduité à tous  les enseignements est exigée en contrepartie des moyens supplémentaires mis en place par l’Université pour ces sections.
A l’issue du premier semestre, un entretien personnalisé avec le responsable de la section permet d’avoir une aide pour le choix de la poursuite de ses études. Les étudiants inscrits dans ces sections peuvent poursuivre en deuxième année leur cursus en licence générale dans leur domaine de prédilection (Chimie, Electronique, Informatique, Mathématiques, Mécanique, Physique, Sciences de la Vie, Sciences de la Terre). L’UPMC propose également une large palette de licences professionnelles dans ces domaines ;  certaines proposent également un parcours spécifique  professionnalisant dès la deuxième année de licence.
L’UPMC va élargir ce dispositif en septembre 2013 et proposer également à des bacheliers généraux de rejoindre, s’ils le souhaitent, des sections  renforcées. Ces sections renforcées seront similaires aux sections aménagées pour les bacheliers technologiques. Les contenus des aménagements pour les unités d’enseignement seront différents mais la nature des aménagements sera semblable : des cours magistraux spécifiques aux sections, d’un volume horaire majoré de 50 %, et des travaux dirigés en groupe de  taille restreinte. L’ensemble de ce dispositif a pour  objectif d’assurer un encadrement rapproché des  étudiants en difficulté. Ces aménagements concerneront au premier semestre les unités d’enseignements des disciplines scientifiques fondamentales, de 6 ECTS chacune,  au sein de chacun des trois parcours de première année de licence proposés à l’UPMC :
– Mathématiques, Informatique et Physique au sein du parcours MIPI (Mathématiques, Informatique,  Physique, Ingénierie)
– Physique, Chimie et Mathématiques au sein  du parcours PCGI (Physique, Chimie, Géosciences, Ingénierie)
– Biologie, Géosciences, Chimie et Mathématiques au sein du parcours BGC (Biologie, Géosciences, Chimie)
Au second semestre, les mêmes aménagements  seront proposés dans les deux unités d’enseignements des disciplines scientifiques fondamentales, de 9 ECTS chacune, choisies par l’étudiant en fonction de son projet d’études.
L’inscription en section renforcée sera proposée,  sur la base des résultats au baccalauréat, lors de  l’inscription pédagogique au premier semestre.  A l’issue de celui-ci, elle sera également proposée  à des étudiants ayant rencontré des difficultés, afin  de leurs permettre, s’ils le souhaitent, de rejoindre une section renforcée dès le début du second semestre.
A l’issue de cette première année de licence en section renforcée, les poursuites d’études en seconde année seront strictement identiques à celles proposées aux étudiants des sections classiques, les contenus  pédagogiques et les unités d’enseignements validées étant les mêmes. Ces différentes sections proposent un enseignement différencié selon la série du baccalauréat ou les difficultés dans certaines disciplines scientifiques fondamentales. L’objectif est de réduire l’échec de ces publics sensibles en première année  de licence et de permettre aux étudiants de tirer le meilleur parti de cette année d’intégration et d’orientation, en fonction de leur goût et de leur aptitude.

De Jean-Michel SIAUGUE
Enseignant chercheur  et Chargé de Mission  Scolarité et Etudes à l’UPMC  et enseignant  chercheur au labo UPMC/CNRS  Physicochimie des électrolytes, colloïdes, et sciences analytiques