Tout processus de création d’entreprise passe par une recherche de fonds. Certains font appel aux amis, aux proches, à la famille, tandis que d’autres lèvent des fonds via des investisseurs privés…

Le développement d’Internet et de l’économie collaborative a permis de faire émerger de nouvelles alternatives comme le crowdfunding. Appelé aussi financement participatif en français, le crowdfunding permet de financer des projets via un grand nombre de personnes. Le phénomène s’est largement développé ces dernières années. D’abord dans les secteurs culturel et humanitaire, il s’applique désormais aux entreprises dans le cadre de levées de fonds : c’est l’equity-crowdfunding. Ainsi, des investisseurs particuliers et professionnels peuvent prendre des participations dans des start-up et PME ; et contribuer directement au financement de l’économie. Mais, côté entrepreneur, quelle est l’opportunité de ce nouveau système alternatif ?

 

Une large médiatisation
Le financement participatif est d’actualité. Le sujet est régulièrement cité par le gouvernement, et les réformes en cours de la Finance Participative (prévues pour juillet 2014) visent à favoriser l’émergence de cette nouvelle source de financement. Le crowdfunding est donc très médiatisé. Relayées sur les blogs et réseaux sociaux, les campagnes de levées de fonds sont mises en valeur. Lever des fonds via une plateforme est un excellent moyen de mettre en lumière son entreprise.

 

L’implication d’investisseurs experts
Les profils des investisseurs sont très variés. Certains sont experts et peuvent proposer des conseils dédiés aux entrepreneurs, s’impliquer à leurs côtés. D’autres peuvent même ouvrir leur réseau professionnel à l’entreprise afin de l’aider à se développer.

 

Le choix des investisseurs
Contrairement aux fonds communs de placements ou autres solutions d’épargne / d’investissement, les investisseurs pourront choisir les entreprises dans lesquelles ils souhaitent investir. C’est une force pour l’entrepreneur car il bénéficie de particuliers et de professionnels qui seront les premiers supporters de l’entreprise, « early adopters », ils peuvent également devenir les premiers clients.

 

Des conseils personnalisés
L’évolution de la législation du secteur contribue également à sa professionnalisation. Comme Particeep, une large partie des plateformes proposent donc un accompagnement dans la recherche de fonds. Les tarifs sont souvent très accessibles à de jeunes PME ou start-up. Les acteurs du crowdfunding réalisent une « due diligence » parfois poussée et faire appel à leurs services permet d’obtenir des éléments d’analyse externes. Il faut cependant veiller à bien choisir une plateforme accréditée par l’AMF, qui propose des services et analyses de qualité.

 

Des nouveautés permettant de lier financement et innovation
Les plateformes se sont multipliées et permettent de mettre en relation entreprises et investisseurs. Certaines assurent un support technique et juridique aux prises de participations. Ces plateformes étant elles- même relativement récentes, elles sont contraintes de se différencier pour se développer et convaincre les entreprises. Certaines, comme Particeep, proposent donc de réelles innovations, que ce soit dans l’analyse ou à travers des applications intégrées. Avant de lancer une campagne, n’hésitez pas à tester la plateforme et ses fonctionnalités, et à comparer les différents acteurs. Ainsi, le financement participatif présente des atouts non négligeables. Ce nouveau type de financement est encore récent, mais les réformes prochaines annoncent un développement croissant du phénomène pour les entreprises. Véritable relai de l’amorçage, l’equity crowdfunding s’inscrit de façon complémentaire aux acteurs traditionnels dans le processus de financement des start-up et PME.

 

Sébastien Rigoigne

 

Contact :
sebastien.rigoigne@particeep.com
Tel : 06 63 87 50 41
www.particeep.com