Redorons l’image de la chimie ! En pleine année nationale de la chimie en France, le message de la Fédération Gay-Lussac (FGL) est clair. L’état-major de cette institution qui rassemble 20 écoles d’ingénieurs spécialisées dans ce domaine revient sur les grands atouts d’une discipline au cœur des enjeux du nouveau monde.

 

Opter pour la chimie, c’est d’abord comprendre son impact sur le monde actuel. Frédéric Fotiadu, directeur de Centrale Marseille et président sortant de la FGL, et Sylvie Bégin directrice de l’ECPM Strasbourg et nouvelle présidente de la FGL, souhaitent d’ailleurs mettre à mal les clichés liés à cette industrie qui irrigue notre quotidien. Ils nous expliquent pourquoi choisir une école de chimie, c’est faire le bon choix !

#1 Des métiers qui font sens

« La chimie souffre encore d’une image d’industrie polluante. Et pourtant, le pendant de la chimie c’est la santé, la pharmacie, la production d’énergie propre, les progrès de l’économie circulaire, du recyclage ou de la remédiation… Ses effets bénéfiques dans la vie de tous les jours sont énormes », indique Frédéric Fotiadu. Voués à agir sur des sujets de fond relatifs à la transformation de la société et du monde tel qu’on le connaît aujourd’hui, « les élèves de nos écoles appartiennent à une génération qui veut agir sur les problèmes sociaux et sociétaux et savent que la chimie fait partie des leviers pour les résoudre ! », ajoute Sylvie Bégin.

#2 Un secteur économique ultra dynamique

Les entreprises qui relèvent de la chimie et des procédés représentent par ailleurs un secteur exportateur largement bénéficiaire. Alors qu’elles constituent un des grands atouts industriels de la France… elles ne font pas rêver pour autant ! « Mais nos écoles vont bien au-delà de l’industrie chimique lourde et mènent à des secteurs hyper modernes, ancrée dans des enjeux contemporains, comme la chimie bio sourcée par exemple. »

Les élèves ingénieurs chimistes travaillent en mode projet sur les enjeux industriels de demain – Crédit Fédération Gay-Lussac

#3 Une discipline au cœur de toutes les mutations industrielles

La Fédération Gay-Lussac réunit 20 écoles spécialisées dans la chimie, les procédés et leurs domaines périphériques. Des écoles multi disciplinaires aux orientations très variées qui ouvrent leurs diplômés à un ensemble de domaines essentiels aux mutations industrielles en cours. « Si vous êtes passionné par la transformation des modes de production, l’utilisation de nos ressources ou la diminution de l’impact humain sur l’environnement : la chimie c’est LA bonne porte d’entrée », ajoute la présidente de la FGL.

#4 Une employabilité record

Une diversité de débouchés que confirme la dernière enquête insertion de la Fédération. « La moitié des diplômés de nos écoles se dirigent vers le secteur de la chimie pure et les 50 % restants s’insèrent dans tous les autres secteurs d’activités, de l’industrie aux services. » Les fonctions R&D restent évidemment privilégiées par la moitié d’entre eux, mais l’audit et le conseil ont aussi le vent en poupe. « Les entreprises industrielles ont besoin d’experts pour faciliter et accélérer leur transformation en France et dans le monde. Des transformations profondes qui impactent l’ensemble des marchés, en aval de la chimie et en amont des ressources. Les conseils de nos ingénieurs sont par exemple particulièrement appréciées dans l’accompagnement au changement environnemental (économie circulaire, chimie verte, bio sourcing…) » indique le directeur de Centrale Marseille.

#5 Des perspectives mondiales

Des enjeux qui dépassent largement nos frontières : sans coloration internationale, impossible d’avoir une vision complète de l’écosystème de la chimie au 21e siècle. « La Chine, l’Inde ou le Brésil sont d’immenses marchés où la transformation des matières premières et des ressources, la transformation d’énergie et de ses méthodes de production sont majeures. Les compétences des ingénieurs formés « à la française » sont donc très recherchées dans le monde ». Alors à vos passeports !