La réforme du cursus ingénieur de Centrale Lille se déploie. Initiée à la rentrée 2017, Les élèves-ingénieurs qui suivent ce nouveau cursus vont entrer en 2ème année nouvelle formule en septembre 2018. Emmanuel Duflos, directeur de l’école, nous détaille la 3ème année du cursus que découvriront les élèves en septembre 2019 pour devenir des « ingénieurs intégrateurs généralistes ».

 

Vous insistez sur le fait que vous menez une réforme et non une simple adaptation du cursus ?

Nous reconstruisons en effet un cursus. Nous sommes repartis d’une feuille blanche, notamment pour la 3ème année. Cette réforme d’ampleur a supposé un travail d’introspection sur notre institution : nos forces, les défis sociétaux et des entreprises auxquels nous voulons contribuer à apporter des solutions. Nous avons échangé avec nos partenaires, notre communauté, les anciens, pour déterminer leurs attentes et besoins, leur vision de Centrale Lille demain et des métiers des ingénieurs que nous formons. Nous avons aussi étudié les documents de référence de prospective sur l’industrie et l’économie française.

Quel fil rouge guide la réforme ?

Deux grands principes président à cette réforme : le sens et la personnalisation.

Emmanuel Duflos, DG de Centrale Lille

Emmanuel Duflos, DG de Centrale Lille © Centrale Lille

Elle répond à un enjeu d’adaptabilité de notre formation et de nos futurs diplômés au monde d’aujourd’hui et de demain. Des élèves qui eux-mêmes ont changé et sont profondément en quête de sens pour leurs études, leur métier, leur action dans la société. En outre, ils attendent une nouvelle approche des apprentissages et de la pédagogie.

 

Comment cela va-t-il précisément se traduire en 3ème année ?

Par un renforcement de la dimension professionnalisante et internationale, en diversifiant les expériences et apprentissages via :
Des choix de filières et parcours
L’enrichissement de l’offre de doubles diplômes en France (notamment avec l’EDHEC) et à l’international (88 accords dans le monde)
Un nouveau track International recherche pour mener des ingénieurs vers le doctorat. Il comprend un semestre à l’étranger et l’intégration d’une équipe de recherche à l’école
Un nouveau track entreprise Junior graduate program. Les élèves-ingénieurs passeront un an en alternance en entreprise et exerceront 2 ou 3 métiers différents, avec une période à l’étranger. Ce track très sélectif concernera une dizaine d’élèves
36 semaines de stages obligatoires ainsi qu’1 semestre à l’étranger
Entre le double diplôme et la césure, le temps moyen d’études de nos élèves est de 3.7 années

Quid de l’accompagnement corolaire de l’individualisation des cursus ?

Chaque élève pourra construire son propre parcours, et par conséquence se fonder un profil unique. Cela impose en effet de l’accompagner dès la 1ère année dans sa réflexion personnelle et professionnelle pour l’aider à opérer des choix motivés et pensés. Centrale Lille offre à ses élèves tous les moyens de se former au mieux de leurs capacités et d’atteindre le parcours professionnel qu’ils ambitionnent. Nous avons mis en place des modules de connaissance de soi, sur l’éthique, la responsabilité de l’ingénieur, afin de permettre la projection de soi et de ses valeurs en tant que futur professionnel.

Et en matière de pédagogie ?

Les mots clés sont l’autonomie et l’implication qui vont de pair avec la notion de sens. Dès le début du cursus les cours se font 50 % en présentiel et 50 % en travail personnel, en autonomie. Pour cela nous déployons des modalités pédagogiques diverses de classe inversée, en vidéo, en e-learning, en projet, en petits groupes, toujours dans la proximité avec les enseignants. Nous sortons totalement du système scolaire où l’élève est passif. Mais plus important, les capacités à être autonome dans ses apprentissages, son évolution sont devenues des compétences indispensables de l’ingénieur dans un environnement incertain.

Vous avez défini de grandes thématiques pour les filières de 3ème année ?

L’ingénieur centralien est un intégrateur, nos filières incarnent cela avec une approche systémique dans chaque domaine. 8 parcours d’approfondissement sont organisés autour de 4 thèmes :
Construction durable et énergie (matériaux durables, ville intelligente et ville durable, énergie et réseaux intelligents)
Systèmes et environnement intelligents (systèmes intelligents, réseaux avancés de communication, réseaux du futur, depuis la conception jusqu’aux capteurs, actionneurs et objets connectés)
Industrie du futur
De la stratégie à la maîtrise des données (sciences des données et IA, modélisation et architecture d’entreprise)

Le cursus est matriciel et comporte aussi 6 filières métiers ?

Cette architecture permet une prise de conscience de l’ensemble des problématiques, de marier les thématiques et parcours d’approfondissement. Une partie de la 3ème année sera ainsi consacrée à la découverte d’un métier indépendamment d’un secteur d’activité. Ils sont au nombre de 6 : Créateur d’entreprise, Responsable de l’innovation et du développement, Responsable de production ou des opérations, Consultant-auditeur, Responsable de projets internationaux et Chercheur. La richesse de ce double apprentissage permet aux élèves de réfléchir finement à leurs envies et ambitions. Ce système matriciel convient autant à ceux qui sont déjà déterminés dans leurs envies que ceux qui souhaitent encore explorer et s’ouvrir avant de se décider.

Le détail de la réforme des années 1 et 2 c’est à lire ici