Chaque opération d’infrastructures d’Eiffage Travaux Publics est unique. Outre le fait d’être essentielle, sa capacité d’innovation est donc génétique et irrigue la conception comme la construction. Une bonnedose de curiosité et d’inventivité, le sens de l’opportunisme,mais aussi du courage et une certaine malice, tels sont les ingénieurs de l’entreprise, comme nous l’a expliqué Jean Guénard (INSA de Lyon 68), son président.

Jean Guénard (INSA de Lyon 68), Président d'Eiffage Travaux Publics et président de la Fondation INSA de Lyon « Notre métier est le terrain d'inventions de tous les instants ! Chaque chantier étant unique, des innovations émergent de facto des réflexions durant la conception comme la construction. »

Jean Guénard (INSA de Lyon 68), Président d'Eiffage Travaux Publics et président de la Fondation INSA de Lyon

Major européen de la construction et des concessions, Eiffage Travaux Publics est le vecteur du Groupe Eiffage pour ses grands travaux d’infrastructures. « Il y a 20 ans, je qualifiais volontiers notre entreprise de petite mais costaude, aujourd’hui j’aime à dire qu’elle est réactive et surprenante ! » Car Eiffage Travaux Publics a développé de nombreux atouts : technicité, réactivité, ambition, sens du défi, envie de faire toujours plus et mieux avec ses 22 000 collaborateurs dont 90 % sont actionnaires de leur entreprise. « Un candidat à d’importantes fonctions m’a récemment dit : « on vous trouve toujours là où on ne vous attend pas ». C’est une grande qualité à mes yeux, ce qui ne veut pas dire que nous ne nous attendons pas à être là où nous sommes… »

 

Réactive et surprenante sur des projets de grande ampleur
La route représente les deux tiers de l’activité. Grâce à ses carrières, un réseau de postes d’enrobage et des usines de liants, l’entreprise approvisionne ses 30 000 chantiers annuels. Elle réalise par ailleurs des travaux de génie civil très divers : travaux souterrains, ouvrages d’arts, stations d’épuration, génie civil énergétique, ouvrages de grande hauteur. « Nous observons une montée en puissance de nos grands projets. » L’entreprise a ainsi réalisé en concession la traversée ferroviaire des Pyrénées entre Perpignan et Figueras, le tronçon de l’A65 entre Pau et Langon a été livré le 14 décembre 2010 et EIFFAGE a été désigné concessionnaire pressenti par RFF sur la Liaison Ferroviaire à Grande Vitesse Bretagne-Pays de Loire.

 

Innovation par la R&D
Avec des opérations chaque fois uniques, la capacité d’innovation est essentielle à leur réussite. « La direction du développement durable du Groupe anime la recherche réalisée dans les branches. Elle organise notamment un challenge innovations qui crée une véritable émulation. ,Nous avons aussi créé un challenge ,des trucs et astuces métiers afin de partager les bonnes pratiques. » L’innovation caractérise les entreprises routières, toujours à la recherche de nouveaux produits. Car la concurrence se fait sur des enrobés innovants. « Eiffage a développé des enrobés se mettant en place à basse température, des produits absorbant le bruit, fait un usage croissant de matériaux recyclés et prépare des bitumes à base de produits d’origine végétale. »

 

Comme sur les terrains de la conception et de la construction
Eiffage Travaux Publics a été un pionnier en mettant au point le premier béton à ultra haute performance, le BSI, en réponse à une demande d’EDF pour réparer des réfrigérants atmosphériques sans donner de surpoids à la structure. « Ce produit continue à évoluer. Nous l’avons ainsi utilisé à Millau pour la barrière de péages. Le bon sens a aussi été source d’innovations sur ce projet. Pour palier le danger du travail en hauteur, nous avons été les seuls à proposer un tablier en acier composé de préfabrications pour en sécuriser la pose. » L’entreprise réalise actuellement le stade de Lille, « un objet extraordinaire d’innovation et d’invention ! » Il sera le premier stade couvert et décapotable grâce à des poutres métalliques de 200 mètres de long auto-stables. « Une pelouse rétractable permettra également de libérer la moitié du terrain pour libérer une boîte à spectacle. » Dans leur mission de conception, les bureaux d’études apportent une importante contribution en matière d’innovation. Ainsi, lorsque l’entreprise soumissionne il y a 3 ans pour un projet de rénovation de l’usine d’assainissement d’Achères, une proposition innovante lui permet de remporter le marché : « couvrir les bassins avec des vagues en BSI. Grâce à sa résistance, ce béton a une grande portée, il présente en outre un avantage esthétique et une grande durabilité en milieu agressif. »

 

Un métier de nomades à la mobilité tant intellectuelle que physique
Pour Jean Guénard, le développement de nouvelles idées est aussi fondé sur le travail en équipe, l’émulation et la transmission. « Avoir envie de travailler en équipe est un de nos critères de recrutement. Nous cherchons de jeunes ingénieurs dotés d’imagination, d’une bonne dose de curiosité et d’inventivité, du sens de l’opportunisme et capables de courage et d’une certaine malice pour ne pas se contenter de reproduire des solutions qui ont fait leurs preuves. » 50 % des jeunes embauchés ont été des stagiaires de l’entreprise qui accueille aussi des élèves-ingénieurs en apprentissage. « Nous leur proposons de débuter en bureau d’études ou de méthodes, puis de passer par le chantier afin d’appréhender l’essence de notre métier. »

 

A. D-F

 

Contact : www.eiffagetravauxpublics.com