Agissant comme un industriel, en soutien du tissu de PME et ETI françaises fragilisées, notre vocation est d’apporter des capitaux propres, des compétences humaines et un horizon de temps long à ces entreprises afin de les aider à effectuer une vraie transformation opérationnelle, gage d’un développement futur sur des bases solides. Rencontre avec Jean-Louis Grevet (Centrale Paris 85, MIT 88), président-fondateur de Perceva.

 

Quelles sont les entreprises que vous soutenez ?

Les sociétés que nous contrôlons actuellement représentent 6 000 emplois en France et un chiffre d’affaires d’environ 1 Md€. Elles appartiennent à des secteurs économiques variés. Nous recevons 10 nouveaux dossiers par mois mais nous ne réalisons qu’un à deux investissements par an. Il s’agit d’entreprises faisant entre 20 M€ et 500 M€ de chiffre d’affaires, dans tous les secteurs. Ces entreprises ont un actionnariat varié et peuvent être des filiales de plus grands groupes français ou étrangers, cotées ou contrôlées par une famille par exemple.

Des exemples ?

Nous avons repris Vanity Fair Brands Europe, filiale en Europe dans le domaine de la lingerie du groupe américain Fruit of the Loom (contrôlé par Berkshire Hataway). Nous avons également sauvé à la barre du tribunal le groupe Cauval qui s’appelle désormais Adova, leader en France de la literie avec les marques Treca, Simmons et Dunlopillo, et qui emploie 1 500 personnes. Nous sommes également actionnaires de Dalloyau, le traiteur, ou d’Emova (ex-Monceau Fleurs). Il s’agit donc souvent de belles entreprises, avec des marques et des savoir-faire solides, et qui ont connu des difficultés par manque de moyens humains en management ou de moyens financiers. Nous apportons ces deux catégories de moyens. 

Quels sont les éléments clés du plan de transformation ?

Notre vision est d’agir comme un actionnaire industriel à long terme. Il ne s’agit pas de réaliser un coup financier dans une logique spéculative. 100 % de nos apports en capitaux sont destinés à financer les besoins opérationnels de l’entreprise et nous consacrons l’essentiel de notre temps aux échanges avec les dirigeants qui sont en première ligne sur le terrain. Les 12 premiers mois sont consacrés à stabiliser l’entreprise tant en termes d’organisation humaine qu’au niveau de son point mort et de sa situation de trésorerie. Il faut rassurer les assureurs crédit, les fournisseurs ou les clients stratégiques. Dans un second temps, nous investissons dans le développement en agissant sur tous les leviers pertinents (marketing, digital, communication, refonte des gammes de produit, expansion à l’export, etc.). Et nous aidons l’entreprise à restaurer un dialogue avec les partenaires bancaires. Nous agissons comme actionnaire majoritaire en fédérant les bonnes compétences que ce soit en nommant un comité de direction adapté ou en faisant intervenir des experts sur des sujets opérationnels précis (supply chain, projet lean dans une usine, plateforme de marques, ERP, productivité d’une force commerciale…). Notre réseau d’experts opérationnels comprend une centaine de personnes.

Existe-t-il beaucoup d’acteurs en France comme Perceva ?

Peu d’investisseurs français sont positionnés dans une stratégie de long terme en soutien d’entreprises fragilisées voire parfois en grandes difficultés.

Quelles sont vos forces dans ce contexte ?

Le métier nécessite une expérience importante pour gérer des situations anxiogènes comme par exemple la mise en œuvre d’un plan de sauvegarde de l’emploi, la gestion d’une trésorerie tendue ou la nécessité de changer une équipe de management. Ce ne sont pas des situations usuelles pour la plupart des investisseurs financiers. Par ailleurs, les logiques de court terme purement financières ou spéculatives sont tout à fait inadaptées. De même, les logiques de volumes impliquant de faire beaucoup d’opérations ne fonctionnent pas : nous ne réalisons que peu d’opérations afin de pouvoir y consacrer pleinement notre attention chaque jour de l’année. Enfin, l’accès aux pourvoyeurs de capitaux dans le monde nécessite des années de confiance. C’est un métier dur mais passionnant où des valeurs humaines telles que la persévérance, l’humilité et le travail en équipe sont fondamentales.

 

Contact : jean-louis.grevet@perceva.fr

 

Ingénieur.e du futur, qui es-tu ?

Alors que l’on parle de plus en plus d’industrie 4.0 et de projets d’avenir, l’image de l’ingénieur(e) reste relativement vieillotte. Et pourtant, l’ingénieur du futur est sexy.

Coface : une multinationale à taille humaine

Group general secretary and Chief Legal officer du groupe, Carole Lytton se confie sur la place que peuvent trouver les jeunes Sciences Po chez Coface

SNCF Réseau : prenez le train du digital !

La numérisation du réseau ferroviaire est une vraie opportunité pour les ingénieurs des Ponts, « saisissez là », assure Patrick Jeantet, PDG de SNCF Réseau.

Adrien Touati : gourou de la Tech

Adulé par Xavier Niel, Adrien Touati a participé à l’amélioration de la Freebox à seulement 17 ans ! Devenu véritable gourou de la tech, il partage sa vision d’un secteur en pleine révolution.

Disney +, Apple TV + : Zoom sur la folie du streaming

Disney et Apple se lancent dans la course au streaming aux côtés d’Amazon, Canal ou encore Youtube. Pourquoi le streaming séduit-il tant ? Éléments de réponse.

Les rendez-vous immanquables de la Tech

De septembre à juin, découvrez tout l’agenda de la Tech ! Conférences, salons… Les immanquables sont à retrouver ici !

Transdev : vivez la mobilité à l’échelle d’un groupe international, en mode start-up !

Elisabeth Oger, Directrice Clients passagers du Groupe Transdev vous ouvre les portes du secteur de la mobilité avide d’innovations.

Le commerce équitable, on en parle ?

Selon une enquête de Max Havelaar et OpinionWay, 79% des 15-25 ans déclarent être prêts à s’engager pour soutenir le commerce équitable.

Graduate Program by Groupe Roullier : Roullier jeunesse !

Face au succès de la 1è édition du Graduate Program by Groupe Roullier, l’entreprise remet le couvert en 2019 ! Zoom sur les nouveautés avec Fabien Boivent.

#NégoTraining : 9 femmes sur 10 ayant négocié obtiennent une amélioration de leur rémunération ou situation professionnelle !

Une étude d’impact du dispositif #NégoTraining, une formation gratuite à la négociation salariale destinée aux femmes depuis 2017, révèle les avancées professionnelles importantes obtenues par les participantes. Elle valide ainsi l’efficacité de cette action en faveur de l’égalité salariale femmes-hommes.