PRÉPARER AUX MÉTIERS CLÉS DE DEMAIN SUPPOSE D’UNE PART DE LES IDENTIFIER AVEC PRÉCISION, ET D’AUTRE PART D’IDENTIFIER LES COMPÉTENCES NÉCESSAIRES À MAÎTRISER POUR LES EXERCER. LA DYNAMIQUE PÉDAGOGIQUE SUR LES CINQ ANNÉES DU PROGRAMME DE MASTER EN EST LA RÉSULTANTE ET PERMET AUX DIPLÔMÉS DE SE SENTIR À L’AISE DANS LEUR MÉTIER DE MANAGER À L’INTERNATIONAL.

© Fotolia

© Fotolia

UNE DÉMARCHE STRUCTURÉE ET INVERSÉE
L’atteinte des objectifs d’employabilité implique une démarche structurée qui commence par une veille active sur les métiers porteurs et suppose la mise en cohérence des référentiels métiers/ compétences/formation/évaluation. Une fois les métiers clés identifiés, les compétences pour les exercer sont décrites en détail. Le Master ESCE intégrant huit spécialisations est ensuite construit pour permettre une acquisition progressive des compétences visées à travers une multitude d’activités pédagogiques et des évaluations adaptées. Enfin, cette démarche se poursuit par la vérification qualitative et quantitative de la conformité des emplois obtenus par les diplômés.

 

DES ACTEURS INVESTIS DANS UNE DÉMARCHE D’INNOVATION ET DE DÉVELOPPEMENT
La réussite de cette démarche structurée et formalisée dépend de la coordination entre la Direction des Programmes (DP) et la Direction des relations Ecole-Entreprises (DREE) et des apports de nombreux acteurs dont la contribution est essentielle. La DREE étudie les statistiques sur les stages des étudiants et les emplois obtenus par les diplômés ainsi que les retours qualitatifs sur les demandes des entreprises et celles des diplômés. La DP valide le choix du portefeuille de spécialisations offertes afin qu’il couvre les métiers d’avenir. Elle assure le lien entre les spécialisations proposées, les thématiques de recherche et les publications des professeurs. Elle intègre les évaluations des étudiants et elle coordonne les contributions des Directeurs de départements et Responsables de spécialisation dans leurs missions d’identification des métiers porteurs, de préparation ou d’évolution des référentiels.

 

UNE DÉMARCHE QUI S’AVÈRE GAGNANTE
Cette démarche permet à l’ESCE l’atteinte de taux d’insertion professionnelle élevés sur les métiers visés pour les huit spécialisations offertes aux étudiants. Par exemple, en marketing, pour intégrer certains secteurs d’activités à forte valeur culturelle ou sociologique, il est nécessaire d’en posséder une connaissance intime. Aussi l’ESCE propose une spécialisation orientée vers les métiers du luxe laissant une part importante à l’apprentissage de l’histoire et des codes des Maisons. La connaissance sectorielle approfondie assortie de nombreuses mises en situation concrètes d’entreprise donne aux étudiants une légitimité qui dépasse la simple maîtrise de techniques marketing. Pauline Métayé est ainsi devenue Chef de Produit chez The Kooples, Alexandre Angot Chef de produit chez Lancôme (l’Oréal Luxe) et beaucoup d’alumni sont chez Louis Vuitton Malletier, Dior ou encore Hermès. Au sein du même département marketing, une spécialisation forme des managers qui maitrisent les spécificités des métiers de la grande consommation. Les diplômés évoluent vers des PME ou des grands groupes internationaux, industriels ou distributeurs, des agences de communication ou de packaging : Henkel, Nestlé, CBa, Havas, Lidl, Intermarché… En gestion des ressources humaines, la spécialisation International People Management approche de manière pratique et scientifique le management des femmes et des hommes à l’international. Les étudiants s’approprient une méthodologie de travail et des outils qualitatifs et quantitatifs pour appuyer chaque décision managériale. Diplômés, ils rejoignent des PME internationales ou des entreprises mondialement reconnues. Ainsi Benjamin Dellal est aujourd’hui Senior consultant, PWC à Hongkong, Victoria Demazel est consultante Havas Worldwide et Nathalie Lezin, consultante junior pour Alstom.

 

PAR CHRISTOPHE BOISSEAU,
DIRECTEUR DE LA PÉDAGOGIE ET DES PROGRAMMES ESCE

ET BRIGITTE PITON,
DIRECTRICE DES RELATIONS ECOLE/ENTREPRISES