Fan du par cœur ou adepte du bachotage, la mémoire est une de vos meilleures alliées pour affronter vos examens. Mais comment l’entrainer et lui donner la carrure d’une championne ? Sébastien Martinez, Champion de France de mémoire, formateur en mémorisation et auteur de La mémoire est un jeu vous dévoile ses trucs et astuces pour apprendre à apprendre.

 

#1 Se motiver

Pas de mémorisation sans gestion de sa motivation ! Celle-ci se travaille en alliant avec subtilité deux modes opératoires : le mode focalisé (la concentration) et le mode diffus (l’évasion intellectuelle). Et pour cela, rien de mieux que de faire des pauses ! Parce qu’il est impossible de rester focus sans se ménager des plages pour se ressourcer, la fragmentation s’illustre en effet comme une des clés de la mémorisation. Pour la mettre en œuvre, optez pour la méthode pomodoro : une phase de travail de 25 minutes suivie d’une pause de 5 minutes. Après 4 cycles, vous pouvez faire une pause un peu plus longue (15 minutes environ). Une marche à suivre qui présente plusieurs vertus : éviter l’ennui et déclencher une frustration positive. En vous arrêtant régulièrement, vous n’aurez qu’une envie, poursuivre votre travail inachevé.

#2 Comprendre le contenu

Une fois bien motivé, vous vous lancez généralement dans la conception des sacrosaintes fiches de révision. Mais comment faire de ces outils de travail de véritables bombes à mémorisation ? La clé, c’est de transformer le linéaire (la fiche qui reprend le cours stricto sensu) en visuel. Et la force du visuel, c’est la synthèse ! Alors usez et abusez des tableaux, frises chronologiques, cartes mentales et autres schémas, cela vous évitera l’indigestion d’informations. Votre leitmotiv pour concevoir vos fiches : éviter tout ce qui se lit de gauche à droite ou de haut en bas et penser transverse.

Le conseil qui tue

Pas de mémoire sans méthode. Pour la cultiver, mieux vaut avoir une méthode imparfaite que pas de méthode du tout.

#3 Mémoriser

Nous sommes tous des poissons rouges en puissance ! Mais bonne nouvelle, nous sommes également tous capables d’encoder et de mémoriser un grand nombre de connaissances. Il suffit de savoir se les représenter. Et pour cela, vous pouvez opter pour une méthode rationnelle… ou loufoque. Prenons un exemple simple. Vous devez vous rappeler que Yaoundé est la capitale du Cameroun. La sonorité de Cameroun vous fait penser à une caméra et celle de Yaoundé à un yaourt et des dés. Il vous suffit de connecter ces deux images pour vous construire un cinéma mental qui vous permettra d’encoder l’information. Quand il faudra mobiliser cette connaissance, vous penserez désormais à une caméra qui filme des gens jouant aux dés en mangeant un yaourt. Une méthode très utile pour mémoriser des dates ou du vocabulaire étranger par exemple.

#4 Lutter contre l’oubli

Breaking news : relire vos fiches de façon systématique ou ne rien faire, c’est quasiment pareil ! Alors optez plutôt pour des méthodes efficaces. La feuille blanche par exemple. Juste après avoir révisé, notez-y tout ce qui vous revient, vous pourrez ainsi évaluer très rapidement vos connaissances réelles et vous concentrer sur vos lacunes. Les révisions espacées ont aussi fait leurs preuves. Qu’on se le dise, 4h de révisions intensives seront toujours moins efficaces que 20 min tous les jours. Une fois votre fiche terminée, retournez là puis prenez 5 minutes pour la travailler. Recommencez le lendemain, la semaine qui suit et celles d’après. N’oubliez jamais : il faut toujours revoir une info pour ne pas l’oublier.

Envie d’en savoir plus ? Sébastien Martinez est auteur d’Une mémoire infaillible (éditions Le Livre de Poche, 2018) et de La Mémoire est un jeu (éditions Premier Parallèle, 2018)