Logement étudiant, entrepreneuriat, protection de l’environnement, participation citoyenne à la décision, la Maire de Paris, Anne Hidalgo, est sur tous les fronts de la modernité pour que Paris conserve son image de capitale incontournable.

Anne Hidalgo © Carole Bellaïche

Anne Hidalgo © Carole Bellaïche

Quelles sont les mesures concrètes que vous allez prendre pour le logement étudiant, enjeu primordial pour les jeunes dans des villes comme Paris ?
J’ai fait du logement la priorité absolue de ma mandature. J’ai conscience qu’il s’agit également de la préoccupation première des jeunes qui viennent étudier à Paris et il est indispensable que chacun d’entre eux puisse se loger dans de bonnes conditions et à des prix raisonnables. C’est pour cette raison que je me suis engagée à créer chaque année 1 000 nouveaux logements dédiés aux étudiants et chercheurs. Cet engagement se traduit déjà au sein du programme local de l’habitat (PLH) que nous sommes actuellement en train de modifier pour intégrer nos nouvelles priorités, et qui sera adopté début 2015. Ce programme prévoit d’ailleurs, au sein de l’objectif global de 1 000 logements, la création de 750 logements sociaux étudiants par an, soit 4 500 sur la mandature. Ces logements sociaux accessibles, qui représenteront donc 75 % du total des logements étudiants créés, simplifieront la vie de milliers de jeunes issus de milieux modestes ou de classes moyennes.

 

Comment la Mairie de Paris s’implique-t-elle pour attirer les entreprises intra-muros ?
Soutenir l’emploi parisien est une nécessité. Les entreprises jouent à ce titre un rôle vital au sein de la capitale et il me paraît indispensable de créer les conditions optimales pour qu’elles puissent s’y implanter et y grandir. D’autant que Paris constitue un pôle d’innovation incontournable, réservoir d’innombrables talents ; elle attire donc de nombreux entrepreneurs. C’est pour les accueillir et les aider que nous avons créé un véritable parcours de l’entrepreneuriat à Paris, permettant de les soutenir à chaque stade de leur développement. Nous avons ainsi amélioré l’accompagnement des entreprises depuis l’élaboration de leur projet jusqu’aux étapes les plus avancées de leur croissance ; nous avons augmenté l’aide au financement des PME et favorisé l’hébergement et la mise en réseau des entreprises. Grâce ces partenariats toujours plus nombreux, la que l’Economie Sociale et Solidaire est une économie d’avenir, nous avons développé des mécanismes d’aide spécifiques pour encourager l’essor des entreprises de ce secteur. Par ailleurs, depuis 2001, nous avons conduit une politique extrêmement volontariste en faveur des lieux d’incubation. 100 000 m² de pépinières d’entreprises et d’incubateurs ont été créés à Paris entre 2001 et 2014. En 2016, le plus grand incubateur du monde ouvrira ses portes à la Halle Freyssinet : un millier de start-ups y seront accueillies, sur plus de 30 000 m². Nous devons continuer à nourrir cette belle dynamique. La Mairie de Paris oeuvre à la protection de l’environnement sous toutes ses formes.

 

De quelle manière allez-vous amplifier la mise en oeuvre de la dimension écologique à Paris ?
Le défi climatique mondial exige des réponses locales. Je souhaite donc que Paris prenne ses responsabilités et devienne un modèle de la lutte contre le dérèglement climatique. Alors je n’attends pas : j’agis. Parce que nous devons montrer l’exemple, dès 2016, la Ville de Paris se fournira à 100 % en électricité verte. Depuis plus de dix ans, nous favorisons les transports propres et accessibles au plus grand nombre. Nous luttons contre le gaspillage alimentaire, notamment dans le cadre du Programme local de prévention des déchets. Paris est un formidable levier de changement pour passer de la société du jetable à la société du durable. J’ai souhaité organiser des Etats Généraux de l’économie circulaire en 2015 pour mobiliser l’ensemble des acteurs concernés et les sensibiliser à cette économie d’avenir. Paris proposera aux maires du monde entier d’oeuvrer en faveur d’appels d’offres de matériels et produits permettant de lutter contre le dérèglement climatique et l’érosion de la biodiversité. Nous sensibilisons également les grandes entreprises afin qu’elles réduisent leur empreinte carbone. Plusieurs s’y sont déjà engagées en signant la charte « Paris Action Climat ». Nous continuons à innover à toutes les échelles, en supprimant les sacs plastiques à usage unique dans les commerces parisiens ou en inaugurant des nouveaux modes de collecte des déchets, au plus près des habitants. Nous sommes également attentifs aux initiatives entreprises dans d’autres villes : je suis notamment très intéressée par l’exemple de San Francisco, qui a mis en oeuvre une stratégie du « zéro déchet ». Paris accueillera fin 2015 la Conférence Paris climat (COP21). Cette rencontre sera décisive. Ensemble, il nous faudra prendre des décisions courageuses et ambitieuses.

 

Quel est votre projet phare pour l’année 2015 ?
2015 sera marquée par une véritable révolution parisienne en matière de conduite de l’action publique, dans la continuité de la politique que j’ai entreprise dès mon élection. J’ai tenu à placer la participation citoyenne et l’intelligence collective au centre du processus de décision. Cet engagement se traduit concrètement par des méthodes et mesures innovantes. 2015 réserve ainsi plusieurs rendez-vous majeurs : le lancement de la plateforme numérique recueillant les idées des Parisiens qui seront mises en oeuvre grâce au budget participatif, la remise des offres de projets urbains innovants dans le cadre du grand concours que nous avons lancé début novembre pour « réinventer Paris », ou encore la COP21 qui réunira des représentants du monde entier pour imaginer ensemble des solutions audacieuses aux défis environnementaux.

 

Patrick Simon