Le décret officialisant le regroupement des universités Paris-Descartes, Paris Diderot et de l’Institut de Physique du Globe de Paris (IPGP) sous la marque Université de Paris a été acté en mars 2019. Quel avenir pour cette super-université ? Les réponses de Frédéric Dardel, président de Paris-Descartes.

 

La genèse de l’Université de Paris en un pitch ?

Frédéric Dardel, président de l’Université Paris-Descartes revient sur la création de l’Université de Paris © CPU – Conférence des présidents d’université

Frédéric Dardel, président de l’Université Paris-Descartes revient sur la création de l’Université de Paris © CPU – Conférence des présidents d’université

Nous voulions nous inscrire dans le modèle des grandes universités internationales, dotées d’un fort potentiel de recherche et couvrant l’ensemble des disciplines. Un modèle que la France avait un peu perdu dans les années 70 avec l’émergence d’universités très spécialisées. Si l’Université de Paris n’est pas le premier grand ensemble omnidisciplinaire français, elle a vocation à être visible et reconnue dans le monde.

Fusionner Descartes, Diderot et l’IPGP, une évidence ?

Logique en tout cas. Si le projet a pu connaitre des géométries variables, nous partageons tous les trois des projets depuis une dizaine d’années : formations communes en sciences du langage ou en biologie entre Descartes et Diderot ou laboratoire mixte avec l’IPGP par exemple.

 Ça change quoi pour les étudiants ?

#1 L’Université de Paris devient le premier pôle français en santé et un des tous premiers pôles européens… et de loin ! Nous allons accueillir 800 nouveaux étudiants en médecine chaque année (soit deux fois plus qu’à Lille, 2e université de la discipline) et nous représentons un quart des chercheurs de l’INSERM. Mais la santé n’est pas notre seul champ disciplinaire fort. Nous proposons aussi des formations de pointe en biologie, mathématiques, sciences de la Terre et des planètes, sciences du langage…

#2 Nous devenons une université omnidisciplinaire. Notre rapprochement offre un panel complet de disciplines. Un réel atout pour nos étudiants qui vont vivre l’évolution de la Licence et de la modulation des cours. Nous allons leur offrir plus de doubles diplômes et d’unités d’enseignements d’ouverture.

#3 Nous proposerons toujours plus de partenariats internationaux avec des universités qui partagent notre ADN aux quatre coins du globe. De Londres à Singapour en passant par Berlin : des établissements omnidisciplinaires, ancrés de plein pieds dans la recherche et dans des « villes monde ».

Ici c’est Paris L’Université de Paris est une université vraiment parisienne ! Si la Ville Lumière est notre dénominateur commun, c’est aussi une image de marque sans pareil à l’international.

Et pour les classements ?

Si le classement de Shanghai n’est évidemment pas la raison de la création de l’Université de Paris, nos atouts s’additionnent et nous devrions donc  intégrer rapidement ses 100 premières places. Il faudra naturellement un peu de temps pour que la marque Université de Paris s’installe et progresse dans les classements dits « de réputation », mais je suis convaincu que nous y ferons là aussi rapidement notre place.

Votre message aux alumni ?

L’Université de Paris est une vraie chance pour votre diplôme. L’émergence de grandes universités comme la vôtre permet de repositionner l’université comme un acteur qui compte dans l’Enseignement Supérieur français et ainsi de revaloriser votre diplôme. Les jeunes en ont d’ailleurs bien conscience : nous avons reçu cette année 70 000 demandes pour 4 200 places en post Bac.

Et aux étudiants qui vous ont rejoint à la rentrée ? 

Vous arrivez à la naissance d’une université, un moment unique. J’espère que nous vous transmettrons  un peu de cette flamme nouvelle que nous souhaitons insuffler à l’Université de Paris et que vous vous sentirez partie prenante de ce beau projet. Alors bienvenue !