Le 21 février 2017, Valérie Merindol et David W. Versailles, de la Chaire newPIC à Paris School of Business, ont présenté un panorama général des spécificités des plateformes d’innovation en Île-de-France. L’étude met en avant quatre dimensions : les communautés, les offres, les missions et les modèles économiques. Par Maximilien Arengi

 

La diversité : richesse des plateformes

« Chaque plateforme est différente. Elles ont commun une diversité de communauté. C’est ce qui fait leur richesse. Les communautés représentent leur actif stratégique », explique Valérie Mérindol. Cette diversité a été observée à travers :

  • Du multiculturalisme
  • Du statut social (certaines plateformes regroupent des chômeurs et des étudiants, d’autres regroupent des diplômés et des non-diplômés)
  • De la démographie : certaines plateformes sont intergénérationnelles, d’autres sont composées uniquement de jeunes gens
  • Des compétences

 

De nouveaux modes d’interaction

« Les modes de travail au travers des plateformes sont transformés. Il n’y a jamais de relations hiérarchiques comme dans les entreprises traditionnelles. C’est ce qui explique le succès des plateformes. La dimension collaborative est très importante ».

 

Quatre types d’interactions sont observés dans les communautés 

Les différents types d'interaction © Paris School of Business

Les différents types d’interaction © Paris School of Business

Des équipes d’animation des plateformes d’innovations agissent en véritables chefs d’orchestre au centre de ces interactions. Elles font appel à un cercle large de mentors, d’alumni, de financeurs pour aider les membres des communautés.

 

L’étude a identifié deux grandes finalités des plateformes :

  • Les « makers » : orientées vers le « faire » et le prototypage physique au sein d’ateliers.
  • Les « thinkers » : orientées vers des projets fondés sur des prestations intellectuelles.

 

Des publics et des offres variés

« La force des plateformes réside également dans des publics variés qui produisent une synergie. Les plateformes d’innovation offrent des services riches pour les startups et les entreprises. » Parmi ces services : des incubateurs ou des formations, des showrooms, des espaces de coworking.

 

 

Les offres proposées par les plateformes d'innovation © Paris Business of School

Les offres proposées par les plateformes d’innovation © Paris Business of School

 

L’étude souligne également l’engouement de la part des grands groupes dans la perspective de développer la motivation et la créativité des salariés. Ils adoptent deux types de comportement avec les plateformes. Certains l’utilisent pour un service spécifique. D’autres, développent des partenariats stratégiques sur la durée, de manière à créer de créer une nouvelle approche de la stratégie.

 

Trois missions différentes pour les plateformes d’innovation :

Les missions des plateformes d'innovation © Paris School of Business

Les missions des plateformes d’innovation © Paris School of Business

 

Une recherche de la légitimité

Pour les plateformes d’innovation, la part des subventions publiques a presque disparu des sources de financement. Il y a donc une volonté de consolider et de fidéliser les communautés à court terme, afin de pouvoir en tirer des financements à moyen et à long terme.

« Il y a également d’autres points à éclaircir concernant la gouvernance. Il existe une multiplicité de formes juridiques qui renvoient à chaque source de revenu », explique David W. Versailles. Derrière la mise en place de structures, il y a le besoin d‘installer une forme de cohérence entre la mission de la plateforme, les services rendus et les valeurs véhiculées par celle-ci. Les plateformes vont chercher à obtenir un statut ou une labellisation qui apporteront une légitimité.

 

Un bassin francilien encore en développement

Répartition des plateformes d'innovation en Île-De-France © Paris School of Business, Paris&Co et Apur

Répartition des plateformes d’innovation en Île-De-France © Paris School of Business, Paris&Co et Apur

Le travail mené par Paris&Co et l’Apur montrent que l’espace Est de la métropole est le plus prisé dans le développement des plateformes d’innovation. Loïc Dosseur, co-directeur de Paris&Co, nous explique les enjeux de ce développement : « Il y a un enjeu d’image. Il faut promouvoir la place parisienne et métropolitaine à l’international. Il faut aussi identifier les points à l’abandon et équilibrer les territoires. C’est une volonté publique et politique. »

 

http://plateformes-innovation-idf.fr