Fabienne Dulac (promo 90) est Directrice Générale Adjointe du Groupe Orange et CEO d’Orange France depuis 2015. Orange compte 151 000 salariés et 264 millions de clients à travers le monde pour un chiffre d’affaires de plus de 41 milliards d’euros en 2018.

 

Orange en une phrase ?

Orange est une entreprise leader du secteur des télécommunications et du numérique, un acteur industriel de premier plan, dont les challenges de transformation et d’innovation sont nombreux et enthousiasmants !

Qu’est-ce qui vous a séduit chez Orange ?

À Sciences Po, je m’étais spécialisée en sociologie politique et je n’ai depuis jamais perdu ce goût pour l’observation des dynamiques sociales et sociétales. Ce qui m’a séduit chez Orange, c’est la perspective d’être aux premières loges d’une des principales, si ce n’est la principale, transformation de notre époque avec l’avènement d’Internet et de la digitalisation. J’ai pris part à cette aventure très tôt, avec Wanadoo dès 2001 puis en étant à la tête d’une des premières directions digitales françaises dès 2006. Aujourd’hui, en pilotant Orange France, je suis au cœur de ces enjeux : déployer les réseaux de demain, tirer le maximum de l’IA ou de la data tout en restant très attachés au respect des données des utilisateurs, développer de nouveaux services comme la banque… Nous sommes une entreprise ancrée dans son époque et ses mutations avec un challenge en tête : construire l’opérateur multiservice de demain.

Votre plus grande fierté en tant que CEO ?

Il n’y en a pas qu’une ! Il y a d’abord celle d’être à la tête du formidable collectif constitué par les 77 000 femmes et hommes d’Orange France. Si nous sommes toujours restés leaders, c’est grâce à nos équipes, à leur savoir-faire, leur engagement et à la solidarité qui nous unit.  Je suis fière aussi de piloter un opérateur qui a toujours su s’adapter que ce soit du point de vue technologique ou organisationnel, fière de sa capacité d’innover et de se réinventer. Elle sera ô combien précieuse dans les mois et les années à venir pour penser les réseaux, les usages et la relation client de demain.

Orange, une boîte qui matche avec un Sciences Po ?

Avec la variété des challenges, l’implication profonde d’Orange dans les problématiques d’aménagement numérique du territoire, et la place considérable donnée à l’innovation dans notre stratégie, nous avons de quoi nourrir à la fois la soif intellectuelle et le goût pour l’action des étudiants de Sciences Po ! Nous évoluons dans un écosystème numérique passionnant, où nous devons constamment retravailler nos business models et nous réadapter pour être les plus performants sur les technologies et les services offerts à nos clients, tout en conservant et renforçant notre statut d’opérateur responsable. Pour ce qui est des jeunes diplômés à haut potentiel dont les étudiants de Sciences Po font bien évidemment partie, nous offrons un programme spécifique d’accueil et d’accompagnement : l’Orange Graduate Programme, que je vous invite à découvrir sur notre site.

Portrait du collaborateur idéal ?

Je mettrais en avant trois qualités. La première c’est la curiosité. Les enjeux sont multiples au sein de l’entreprise, et il faut avoir ce goût de l’apprentissage et de la découverte pour savoir en tirer parti. La seconde qualité, c’est la créativité. Nous avons besoin de regards nouveaux, de manières innovantes de faire les choses et nous attendons des jeunes diplômés qu’ils nous apportent leur fraîcheur. Enfin, j’attends une capacité à oser, à bousculer tout en respectant la culture de l’entreprise.

Le conseil qui tue pour un étudiant à Sciences Po ?

N’ayez pas peur d’être différent. N’essayez pas de vous conformer à un chemin déjà tracé ou un moule déjà construit. Nous avons plus que jamais besoin d’une grande diversité de parcours, de profils, et de regards dans nos équipes.

Graduate Programme : https://orange.jobs/site/fr-orange-graduate-programme/index.htm

Recrutement : https://orange.jobs/site/fr-home/

Lallemand met aussi le talent en culture

Delphine Le Compès-Andro, DRH chez Lallemand incite les jeunes talents à découvrir une entreprise où les opportunités métiers sont infinies

Chimie, bio, agro : recherche hommes désespérément

Pourquoi les grandes écoles de chimie, de biologie et d’agronomie affichent-elles la proportion inverse d’élèves filles-garçons ?

[Tuto] : 4 astuces pour une coloc bio réussie

Alliant bien-être et respect de la nature, cohabiter bio renforce le sentiment de communauté,  facilite l’échange et le partage avec vos colocataires. Mais quelles sont les clefs pour cultiver ce nouvel art de vivre ? Suivez notre guide !

Le grand témoin : Dominique Carlac’h Porte-Parole & VP du Medef

Dominique Carlac’h Porte-Parole & VP du Medef revient sans détour sur son parcours, ses engagements de chef d’entreprise et ses combats de femme.

Chez CBo Territoria, c’est « act like a lady, think like a boss »

50 % de femmes et 50 % d’hommes dans les équipes du géant de l’immobilier réunionnais. Trois femmes témoignent.

Kit du futur décideur à l’attention du jeune ingénieur

Face à l’émergence d’un ingénieur qui travaille en mode projet et 100 % collaboratif quels sont les trucs et astuces pour transformer un diplômé de CentraleSupélec en décideur hors pair ?

Les écoles d’ingés déconstruisent les préjugés

Sensibilisation des lycéennes, meilleure orientation et valorisation des parcours de femmes scientifiques, les écoles d’ingénieurs progressent en matière de mixité. Décryptage

Prysmian : connecter les hommes

Leader mondial des câbles, Prysmian mise sur l’innovation de ses ingénieurs R&D, dont fait partie David Boivin, South Europe Connectivity – Telecom Engineering Manager.

Sous le capot de Club Identicar

Le moteur de ce club auto : la bienveillance, le collaboratif et la quête du bonheur au travail ! Une façon de travailler qui lui a fait remporter le prix HappyAtWork 2019.

[Premier emploi] Diplômé de CentraleSupélec, je vais où ?

Plutôt tradis ou fans d’innovations de rupture ? Secteurs, domaines, métiers : coup de projecteur sur les les opportunités à ne pas rater pour un ingénieur CentraleSupélec