Un formidable marchepied. C’est ainsi que Patrice Lambert-de Diesbach (Nanterre 82, Sciences Po 84, CNAM 92) se rappelle de sa formation  universitaire, grâce à laquelle il a pu ouvrir depuis bien des portes.  Aujourd’hui, Directeur de la Communication Financière d’Orange, il nous en dit plus sur sa carrière impulsée à Nanterre. Rencontre.

 

 

Patrice Lambert-de Diesbach  (Nanterre 82, Sciences Po 84,  CNAM 92), Directeur de la  Communication Financière d'Orange

Patrice Lambert-de Diesbach (Nanterre 82, Sciences Po 84, CNAM 92), Directeur de la Communication Financière d'Orange

Au service de la stratégie  de l’innovation
A la pointe des technologies très haut débit fixe et mobile, Orange fait de la 4G et de la fibre ses meilleurs atouts concurrentiels. Impulsant depuis toujours une stratégie de l’innovation, le groupe présente d’ailleurs le meilleur réseau français en terme de  qualité et distance largement ses concurrents dans ce domaine notamment par son avance technologique. Cet esprit novateur s’illustre ainsi comme un gage de confiance pour ses millions de clients mais aussi pour les marchés. « Le rôle de la communication financière est de les convaincre que l’innovation est différenciante et donc le meilleur moyen de fournir de la croissance et ce, malgré l’arrivée récente du quatrième opérateur et la rupture qui en a découlé pour le secteur. »

 

Un esprit novateur et solidaire
En rejoignant le groupe à la veille de l’apparition de ce nouvel entrant sur le marché, Patrice Lambert-de Diesbach a évidemment été attiré par l’envie de  relever cet incroyable challenge aux côtés d’Orange, ce grand nom du CAC toujours à la pointe. Mais  il a aussi très vite été conquis par les valeurs qui  guident l’entreprise. « Ce n’est pas pour rien si le  ratio de satisfaction des salariés a été multiplié par  2 à plus de 80 % depuis l’arrivée de Stéphane  Richard il y a 3 ans. Orange est une entreprise  avec une intelligence hors-norme au m2, dont tous  les membres sont mobilisés avec la fierté d’en porter le drapeau et le désir de servir le client. » De quoi  séduire les jeunes diplômés.

 

Il manque encore
aux diplômes universitaires  une dimension terrain :
la fac doit se rapprocher  de l’entreprise.

Faire prendre  conscience à l’Université  de ses qualités
Sur les marchés financiers durant de très nombreuses années puis grande distribution et aujourd’hui télécoms, la carrière de Patrice Lambert – de Diesbach est marquée par l’exigence et l’ouverture, des attributs typiques de l’Université. « Un diplôme de grande école reste encore un sésame, mais une formation universitaire va aussi être un atout. J’ai en effet eu la chance de suivre à Nanterre des cours magistraux menés  par certains professeurs d’économie de renom qui m’ont beaucoup plus apporté que mes polys de Sciences Po ! Il ne faut pas sous-estimer le niveau et la qualité exceptionnels des cours  magistraux à la fac. » Alors comment mieux mettre en valeur ces  diplômes universitaires ? « Il leur manque encore une réelle dimension terrain : la fac doit se rapprocher de l’entreprise, en faisant notamment intervenir beaucoup plus de professionnels dans les TD. De leur côté, les étudiants doivent multiplier les stages, même s’ils ne sont pas obligatoires. C’est le seul moyen  de se donner une direction et d’identifier assez tôt les lacunes à combler pour poursuivre son parcours. »  Il y a donc un enjeu fondamental pour donner à l’Université l’envergure qu’elle mérite : pénétrer le monde de l’entreprise.

 

Boostez votre diplôme !
« Double-diplôme ou expérience à l’étranger, il ne faut pas hésiter à se spécialiser c’est ce qui peut  permettre de progresser par sédimentation de connaissances et d’expériences. Par ailleurs avant  de démarrer son parcours professionnel on ne lance pour la plupart qu’une seule fois la boule de la  formation, on ne sait pas si il y aura une autre chance donc il faut la lancer le plus fort possible : alors  ne soyez pas trop généralistes et boostez votre  diplôme. »

 

 

Souvenir de Nanterre
« Ce sont incontestablement des années exceptionnelles pour moi notamment parce que je reprenais mes études après les avoir arrêtées un temps pour  travailler. Je me rappellerai toujours du plaisir que j’avais à me balader et à observer cette fac chargée d’Histoire, ses couches de graffitis et d’affiches qui marquaient des années de contestation estudiantine. Je reste également marqué par cette phrase entendue lors de mon tout premier cours en amphi de la part d’une icône qui venait d’officier aux Nations Unies  « Vous êtes étudiants et vous allez vivre les dernières belles années de votre vie, alors profitez-en. » Etonné à l’époque, je réalise aujourd’hui combien c’était vrai. Alors un conseil : bossez dur mais aussi profitez ! c’est  ce qu’on a fait à l’époque, suivant ce conseil à la lettre »

 

Chiffres clés
Un CA 2012 de 43,5 milliards €
Présent dans 33 pays
224 millions de clients mobile et ADSL
170 000 salariés dont 105 000 en France

 

 

CW.

 

Contact
p.lambert@orange.com