Engagé depuis plus de 15 ans dans le domaine des TICE (Technologies de l’Information et de la Communication pour l’Enseignement), le Groupe INSA lancera officiellement OpenINSA en janvier 2018. Les directeurs des six INSA ont dévoilé le 15 novembre dernier les contours de ce service inter établissements de pédagogie et de formation distancielle.

 

Pour Eric Maurincomme, directeur de l’INSA Lyon et président du Groupe INSA, le constat est clair : « la transition numérique est une opportunité qui s’ouvre à l’enseignement supérieur de transformer la pédagogie et la façon d’enseigner ». Mais toute la question est de savoir comment s’emparer de cette révolution. « Nous ne sommes pas dans une réflexion « TICE + », nous avons la maturité pour aller au-delà. Notre objectif est de développer une stratégie éditoriale déclinable dans tout le groupe INSA et ainsi de partager des savoirs communs », indique Bertrand Raquet, directeur de l’INSA Toulouse.

Objectif transformation

C’est d’ailleurs dans cette optique qu’est développé le service OpenINSA. « Nous formons des ingénieurs qui devront savoir gérer la complexité. Les attentes de nos élèves ont changé et la valeur ajoutée de l’enseignant s’est déplacée selon une logique d’apprentissage en mode projet, main dans la main avec l’étudiant. Le numérique s’imposant comme une ressource incontournable pour faire face à ces évolutions, nous développons, avec OpenINSA, un outil de transformation de la pédagogie pour répondre aux enjeux des ingénieurs de demain et leur apporter les compétences dont ils auront besoin tout au long de la vie », précise Jean-Yves Plantec, Directeur d’OpenINSA.

Pionniers de la formation en distanciel

Avant même sa mise en œuvre le 1er janvier 2018, plusieurs projets opérationnels ont déjà été déclinés en ce sens dans chaque INSA et au niveau du Groupe. Mise à disposition à distance de la totalité de l’offre de formation, développement d’une offre en formation continue diplômante, mini studio d’enregistrement de vidéos, projets d’envergure tels que Connect-IO (outils de formation de type MOOC et SPOC sur la thématique des objets connectés avec OpenClassRooms) ou NumerINSA (appel à projet Groupe visant le développement de ressources numériques pour l’enseignement). « Avec OpenINSA, nous avons donc voulu créer un nouvel outil qui œuvrerait tel le cheval de Troie de nos transformations sur chaque campus », ajoute-t-il.

Cherche partenaire particulier

Avec un objectif opérationnel à 2 ans, le Groupe INSA a fait le choix de s’appuyer sur un partenaire expert du distanciel. Une façon efficace de répondre aux importantes logiques de coûts engendrées par ce type de service inter campus. Un partenaire dont le nom sera officialisé d’ici 6 mois. « Il devra être agile, capable de faire constamment évoluer les outils en fonction des besoins, tout en assurant une accessibilité financière des formations au plus grand nombre », précise le président du Groupe INSA. Grâce à ce partenariat, un Bachelor 100% distant verra le jour en 2019.

Un changement total du schéma de l’apprenant

Parce que l’implication de toute la communauté des INSA est un prérequis à son succès, la mise en place de cet ambitieux projet passera par un premier volet tourné vers l’interne via des services numériques communs au Groupe pour une meilleure collaboration entre enseignants. Un volet tourné vers l’externe sera ensuite développé pour positionner le Groupe auprès des entreprises partenaires sur la formation tout au long de la vie des techniciens et ingénieurs. Mais attention, qui dit changement drastique ne dit pas abandon des recettes qui font le succès des INSA depuis 60 ans. « Faire ses 5 ans de formation en full distant ? Non », conclut Eric Maurincomme. « Certaines caractéristiques des INSA, comme leur attachement aux travaux pratiques et à la vie associative, ne peuvent s’apprendre que sur nos campus ! »