Julien Lé, tout jeune diplômé de l’IFAG Toulouse, a créé avec son camarade Emmanuel Petit, une application smartphone, Liberty Rider, capable de détecter les accidents des motards. En un an, la start-up a raflé tous les prix ! Céline Deval

 

« L’application qui sauve des vies ! »

Sur le site de Liberty Rider, le slogan est volontairement accrocheur mais surtout révélateur de l’ambition de ses quatre jeunes créateurs, diplômés de l’IFAG et de l’ENSEEIHT. Il faut bien reconnaître que leur idée est révolutionnaire pour la sécurité des motards.

 

« L’ange gardien » des motards

En installant gratuitement l’application sur son smartphone, Liberty Rider peut, grâce au GPS et de l’accéléromètre du téléphone, détecter toute chute à moto. « En cas d’accident, une alarme se déclenche sur le téléphone du motard, explique Julien Lé, l’un des cofondateurs. Si celui-ci n’y répond pas, l’application transmet à notre équipe sa localisation et ses coordonnées. On tente alors de le contacter directement, et s’il se révèle injoignable, on prévient immédiatement les secours et ses proches. »

Equipe Liberty Rider

Une rencontre sur les bancs de l’école

L’idée, cela peut paraître évident, ne pouvait venir que d’un motard ! En novembre 2015, alors qu’il se rend chez ses parents en moto, en empruntant les petites routes, Emmanuel réalise que celles-ci n’étant absolument pas fréquentées, il faudrait beaucoup de temps, trop de temps, pour qu’on le retrouve en cas d’accident. Il imagine alors une application qui donnerait l’alerte en cas de chute. A ce moment-là, Emmanuel et Julien cherchent tous les deux à développer des projets distincts au sein de l’incubateur de leur école, l’IFAG… En vain ! Ils se rejoignent finalement sur cette idée novatrice et entraîne dans leur aventure, deux comparses de l’ENSEEIHT, Jérémie Fourmann et Martin d’Allens.

MelloPlot l’application pour écouter les musiciens autour de soi… et « matcher avec » !

Un lancement sur les chapeaux de roues

« On a rapidement développé une première version de Liberty Rider en février 2016, avant de faire paraître la version officielle en juin, raconte Julien. Quand on créé une startup, il faut aller vite, être réactif, sans quoi d’autres finissent pas avoir la même idée ! » Dans sa course effrénée, Liberty Rider décroche de nombreux prix et prêts d’honneur : Prix spécial « Toulouse Métropole », Trophée de l’Économie numérique 2016, Prix PEPITE National, Trophée des Services Innovants et pour finir le Prix de la sécurité routière ! « Toutes ces récompenses nous ont donné les moyens de nous développer à grande vitesse. L’équipe est passée de 4 à 13 membres en un an. On a lancé de nouvelles fonctionnalités… » Un an à peine après son lancement, l’application a dépassé les 50 000 téléchargements et s’est imposée comme la première application moto ! Et la fine équipe ne compte pas s’arrêter là. « Nous prévoyons de lancer une version Premium, payante cette fois-ci, avec des technologies et fonctionnalités supplémentaires. » Objectif affiché : atteindre les 200 000 téléchargements d’ici la fin de l’année et réaliser une première levée de fond. On leur souhaite bonne route…

 

« Quand on créé une startup, il faut aller vite, être réactif, sans quoi d’autres finissent pas avoir la même idée ! »

 

Ses conseils pour réussir sa startup :

S’assurer que son idée réponde à un besoin réel : « Vous devez non seulement apporter une valeur ajoutée mais aussi vérifier que votre produit, votre service est validé par le marché »

Savoir composer la bonne équipe : « une start-up est souvent l’aventure de plusieurs jeunes entrepreneurs, qui affichent des compétences complémentaires. Emmanuel et moi, avions des profils plutôt marketing, finance et communication, il nous manquait la technique – apportée par  nos deux autres associés. »