Du 16 au 21 avril, l’association étudiante du Raid CentraleSupélec a organisé la XIXème édition du Raid du même nom dans le Haut-Languedoc. Cette année encore, plus de 150 sportifs ont participé à ce raid multisport comprenant de la course à pied, du VTT, de la course d’orientation, de l’escalade…

 

Jour J, au MILLAU de nulle part

Cette première journée de course a permis à tous les concurrents de découvrir le viaduc de Millau d’un point de vue tout à fait original… Après être passés en-dessous lors d’une portion de course à pied, les coureurs ont atteint les corniches du Larzac avec un point de vue beaucoup plus aérien sur toute la vallée du Tarn et la ville de Millau ! Un très grand soleil était en plus au rendez-vous, constante de toute cette semaine de Raid.

 

Jour 1, avant l’effort, le ROQUEFORT

Pour cette XIXème édition, les participants ont traversé des paysages d’une très grande diversité. Ils ont pu découvrir dans un premier temps le parc naturel régional des Grands Causses, avec notamment le fameux causse du Larzac. Partis du village de Roquefort, où une dégustation du fromage du même nom a été organisée, et après avoir affronté le cirque de Tournemire, les concurrents ont parcouru les paysages quasi désertiques battus par le vent, en admirant les nombreux dolomites (des formations rocheuses typiques de la région).

Cette première journée de course s’est révélée assez difficile pour certains concurrents puisqu’il est nécessaire d’acclimater son corps à ce type d’effort. Néanmoins, tout s’est bien passé pour la plupart d’entre eux qui a pu arpenter les ruelles de La Couvertoirade (cité médiévale édifiée par les Templiers) lors d’une course d’orientation pour atteindre le second campement de la semaine situé au Caylar.

 

Jour 2, l’orientation

La deuxième journée de course était placée sous le signe de l’orientation. Aucun balisage n’était présent sur le parcours pour indiquer le chemin : seuls des roadbooks et une carte permettaient de rejoindre le village de Ceilhes. Cette étape, raccourcie par rapport aux autres en prévision de potentiels égarements, s’est révélée décisive pour le classement final. Les nombreuses courses d’orientation, notamment sur le plateau du Guilhaumard, ont nettement départagé les équipes et le classement général a commencé à se dessiner. La journée s’est conclue de manière originale par une épreuve d’orientation en canoé dans les mangroves du réservoir du lac d’Avène.

 

Jour 3, l’AVENEment du fin stratège

Un des nouveaux concepts de cette XIXème édition du Raid : la journée Stratégie. Au programme : de nombreuses ramifications et boucles optionnelles sur le parcours, le nombre de points à gagner sur chaque boucle et ramification dépendant de la difficulté du parcours. L’objectif : gagner un maximum de points sur la journée tout en gérant son effort pour la suite de la course. Aucun itinéraire n’était imposé et les concurrents avaient le choix entre plusieurs options, ce qui leur a permis d’adapter l’itinéraire à leur forme et de se préparer pour le reste de la semaine. Certaines équipes ont préféré alléger leur journée et rentrer se reposer plus tôt sur le camp alors que celles jouant la victoire finale à Saint-Pons ont essayé d’engranger un maximum de points.

Cette troisième journée était aussi placée sous le signe des VIPs : des représentants des entreprises partenaires ainsi que des membres de la direction des études de CentraleSupélec sont venus apprécier le spectacle offert par la course. L’un des objectifs de l’évènement est aussi de faire se rencontrer dans un cadre beaucoup plus informel que les traditionnels forums les étudiants et le monde professionnel.

 

Jour 4, à la recherche des mouflons

Comment avoir un point de vue à la fois sur la chaîne des Pyrénées et la mer Méditerranée, le tout sous un soleil radieux ? En prenant part à la quatrième journée de course, qui a sans doute offert à tous les participants l’un des plus beaux points de vue de cette édition. L’ascension du mont Caroux n’a pas été chose aisée mais elle en valait clairement la peine !

Toutes les équipes engagées ont réussi à surmonter cette épreuve ensemble en allant au-delà des limites individuelles. Après une première partie de course exigeante pour atteindre le sommet à plus de 1000 mètres d’altitude, les concurrents sont redescendus vers Mons à travers les gorges d’Héric, profitant d’un panorama sur toute la vallée de l’Orb.

 

Jour 5, MONtS et merveilles, la réPONSe à tant d’efforts

Comme chaque année, le départ de la dernière journée a eu lieu à 5h30, offrant une heure de course à la seule lumière de la frontale avant d’arriver au sommet du Naudech pour le lever du soleil. Après avoir découvert Olargues, l’un des plus beaux villages de France, grâce à une course d’orientation et une activité spéléologie, les concurrents ont atteint l’arrivée à Saint-Pons de Thomières, clôturant une semaine riche en émotions.

Enfin, cette cinquième journée était également la journée Environnement avec notamment une activité plantation d’arbres. En effet, le Raid CentraleSupélec, normé ISO 14001, place la préservation de la nature au cœur de ses ambitions et effectue chaque année une campagne de sensibilisation auprès des sportifs de l’épreuve.

 

 

 

En haut du podium

Concernant le classement général, l’équipe EDF Raid Force One est arrivée en première position ; vient ensuite l’équipe étudiante des Slopend Déjà Vu (de l’université de Delft aux Pays-Bas). L’équipe locale des Ambassadeurs (composée de sportifs du Haut-Languedoc) vient compléter le podium.

Deux grands piliers du succès du Raid se côtoient sur ce podium : un travail très étroit avec toutes les collectivités locales de la région traversée ainsi que la rencontre informelle entre le monde étudiant et celui des entreprises afin de briser les barrières qui peuvent exister.

 

I love mon asso

Ça nous éclate parce que : « nous rencontrons beaucoup de nouvelles têtes (staffs et concurrents), nous sommes fiers d’organiser un projet extrêmement ambitieux et de véhiculer des valeurs importantes comme le dépassement de soi dans l’effort, la protection de l’environnement, la découverte d’un territoire. Ces deux ans passés dans l’association permettent de lier de nombreuses amitiés, c’est une expérience humaine incroyable à vivre ».

Un + pour demain : « la réalisation d’un projet de très grande envergure avec une équipe de 30 étudiants permet de développer des compétences peu enseignées dans le cursus académique et que seule l’expérience « sur le terrain » permet d’acquérir. Travail en équipe, communication au sein d’un groupe, toutes ces compétences transversales sont essentielles dans le monde de l’entreprise ».

Le détail qui tue ? « Durant cette XIXème édition du Raid, plus de 6000 barres de céréales ont été consommées! » 

 

 

l’équipe des Chèvres de la Vallée unie dans l’effort