90 professeurs de Paris School of Business sont retournés sur les bancs de l’école le 4 mai 2017. Face à eux des enseignants insolites : quatre de leurs étudiants, férus de nouvelles technologies et membres de l’association PSB Innovation Club. Au travers d’un exercice de pédagogie inversée, ils leur ont proposé de se familiariser avec les technologies qui sont en train de révolutionner le monde (et la pédagogie) : robot, drone, réalité virtuelle, IA.

 

Quatre étudiants technophiles et pédagogues ont fait la classe à leurs professeurs. Alexandre, Clément, Timothy et William (de g. à d. sur la photo), membres de l’association PSB Innovation Club, se sont fait un plaisir de partager leur passion des drones, robots, intelligence artificielle et autre outils de réalité virtuelle avec leurs professeurs.

étudiants PSB

 

Démystifier les technologies

Pourquoi sensibiliser les professeurs d’une école de management aux technologies ? « Ces technologies arrivent sur le marché et sont déjà utilisées dans les entreprises, répond Clément. Il faut donc préparer les étudiants à leur connaissance et leurs usages. Il s’avère en outre qu’elles sont des outils pédagogiques très intéressants. »

Au-delà de l’objectif pédagogique, Clément et ses camarades souhaitent « démystifier les nouvelles technologies, leur montrer que ce n’est pas si complexe d’utiliser ces outils et qu’ils ont toute leur place en classe ».

 

Premier soutien de l’opération, Armand Derhy, DG de PSB

En tant qu’école de management, notre mission est de préparer l’avenir de nos étudiants, sachant que 65 % des jobs qui leur seront proposé dans 20 ans n’existent pas encore ! Il nous faut en permanence innover et nous ouvrir aux savoirs et nouveautés. Nos élèves passionnés et brillants ont beaucoup à nous apprendre.

Ainsi, PSB a investi 30 000 € dans l’association PSB Innovation Club afin de lui donner les moyens d’acheter les technologies et les supports, de les tester, de les enrichir, de les développer. Je suis convaincu que développer un produit n’est plus uniquement du ressort d’un ingénieur ou d’un designer.

La seconde étape est de transmettre aux professeurs, sous la forme d’une classe inversée, leurs connaissances sur ces outils et de les initier à leurs usages. Au-delà de la découverte, je crois qu’intégrer ces outils dans son cours et sa pédagogie est un fort levier pour capter l’attention des étudiants. Les élèves ont utilisé ces technologies pour le rendu d’un cas d’entreprise qui a bluffé leur professeur. Elles seront aussi appliquées en master class avec des entreprises.

 

PSB NT pédagogie inversée

PSB NT pédagogie inversée

PSB NT pédagogie inversée

Comme un oiseau

Les professeurs ont pu suivre trois ateliers. L’un était dédié à la réalité virtuelle en s’immergeant soit dans un univers contemplatif et lent, soit dans un univers rapide, tous deux créés par les étudiants. Les professeurs, le directeur et votre serviteur ont testé ces lunettes 3D sans faillir ! Tel un oiseau, j’ai ainsi survolé Paris à grande vitesse. Sensations garanties !

Timothy, professeur d’un jour, présentait les technologies de réalité virtuelle. « J’ai montré les différentes ambiances que nous pouvons créer, comment les marques intègrent des campagnes de communication misant sur la réalité virtuelle pour faire entrer leurs prospects dans leurs univers. C’est le cas dans le retail pour visualiser un produit dans un espace (un canapé dans le volume de votre salon, des tentes dans un showroom) ; mais ces technologies servent aussi dans la santé pour assister un chirurgien ou dans la supply chain pour le tracking de produits dans d’immenses entrepôts. »

Capter l’attention

Timothy raconte une expérience très touchante vécue auprès d’enfants malades à Necker avec ses camarades. « Nous avons obtenu l’autorisation de présenter plusieurs technologies à des enfants. A la suite d’une opération, l’un d’eux avait de grandes réticences à se lever de peur de souffrir. Nous l’avons équipé d’un casque 3D et au cours du jeu qu’il visualisait, il s’est levé pour aller plus loin dans le jeu ! Ce divertissement s’avère un bon palliatif pour les soins, pour penser à autre chose. Il apaise. »

 

PSB NT pédagogie inversée

PSB NT pédagogie inversée

PSB NT pédagogie inversée

Les vertus pédagogiques insoupçonnées du drone de course

Dans une autre salle, Alexandre a fait voler un drone de course home-made devant les professeurs. « Nous l’avons conçu nous-mêmes, cela nous permet de le programmer, de faire des tests, de développer ses fonctionnalités et de le réparer car il est très puissant et il y a immanquablement de la casse. »

« Des entreprises utilisent des drones pour analyser des terrains difficiles d’accès ou donner des points de vue inédits sur un site, a raconté Alexandre. Travailler sur un drone est pour nous étudiants, l’opportunité de développer notre curiosité et des compétences techniques, d’apprendre à se débrouiller seul, à se discipliner. » L’enjeu principal étant de se familiariser avec les technologies qui sont en train de révolutionner le monde.

 

PSB robot Pepper

PSB robot Pepper

Pepper, un robot aussi craquant que captivant

PSB Innovation Club a acquis le robot Pepper en version développeur. « Nous participons à son développement, la nourrissons de données, programmons ses discours et gestes, son attitude, ses fonctionnalités, explique Clément. Vous pouvez déjà croiser des robots intelligents et interactifs dans de nombreux magasins. » Pepper a été mise à contribution lors des JPO de PSB et a connu un grand succès auprès des visiteurs.

Pepper était également présente à l’hôpital Necker et là encore elle a fait mouche auprès des enfants malades. « Les médecins ont été très intéressés par son effet sur un petit garçon atteint d’autisme, se souvient Clément. Pepper a réellement capté son attention, et pu entrer en communication avec lui. Un professeur souhaite désormais travailler avec nous pour aller plus loin. »

Des professeurs conquis

L’effet fonctionne aussi avec les professeurs, captivés et attendris par ce petit robot à la voix fluette qui les a soumis à des devinettes. Le codage de Pepper est très simple a affirmé Clément. L’interface est celle utilisée par des enfants de 10 ans aux Etats-Unis. « Pepper détecte les sons, se tourne vers vous, vous regarde, répond à des questions, adopte une posture d’écoute. »

Pari réussi pour les étudiants de PSB : en captant l’attention de leurs professeurs, ils ont démontré les vertus pédagogiques des nouvelles technologies.