Communiqué de presse:

Sciences Po Bordeaux est entré dans la phase finale du grand chantier engagé depuis juin 2013. Ces importants travaux destinés à doubler la superficie des locaux et à accroître considérablement le nombre des étudiants, ont été financés par la Région Aquitaine (aujourd’hui Nouvelle-Aquitaine) et, pour une petite partie, par la ville de Pessac.

 

C’est l’occasion qu’a saisi Sciences Po Bordeaux pour changer son identité visuelle en vigueur depuis 1996. La couleur rouge a été conservée et le nom de « Sciences Po Bordeaux », considéré désormais comme le premier Institut d’Études Politiques en province en prenant en compte la superficie des locaux, le nombre d’étudiants inscrits et même le nombre de boursiers (30%), est réaffirmé.

Le consensus s’est fait sur le choix d’un monogramme et sur une typographie lisible avec le nom de Sciences Po Bordeaux dans la même police et la même taille, notre « marque identitaire » étant bien celle-ci. Si le visage de Montesquieu a disparu, Sciences Po Bordeaux a souhaité une inspiration qui lui soit propre. C’est en regardant des enluminures et autres ornements d’imprimerie illustrant les toutes premières éditions des célèbres « Lettres persanes » que les concepteurs du nouveau logo ont eu l’idée d’un entrelacement de lettres rappelant ces ornements d’édition de l’époque des « Lumières » dont le célèbre philosophe bordelais est un des phares.

Le choix d’une structure intermédiaire à trois cercles correspondant d’ailleurs aux S, P et B, initiales de la « marque » « Sciences Po Bordeaux », est un clin d’oeil à la fameuse « tripartition des pouvoirs » chère à Montesquieu ». C’est en interne qu’a été conduite la recherche et la réalisation de la nouvelle identité visuelle de Sciences Po Bordeaux qui n’a donc pas fait appel à un cabinet extérieur.

Capture

Toujours au chapitre des nouveautés, pour cette institution, c’est aussi le 1er septembre 2016 qu’Yves Déloye, professeur de science politique, directeur de la publication de la prestigieuse Revue française de science politique (RFSP), prend ses fonctions de directeur de Sciences Po Bordeaux. Depuis 2010 il était chargé de mission auprès de son prédécesseur, Vincent Hoffmann-Martinot, pour la recherche scientifique. Yves Déloye avait été élu à l’unanimité des membres du Conseil d’administration le 27 mai dernier. L’ancien directeur de Sciences Po Bordeaux est devenu, quant à lui, président de la ComUE d’Aquitaine.