« Un autodidacte permanent ». C’est ainsi que se définit Laurent Desmas, Président du Directoire de Cafpi, N°1 du courtage en prêts immobiliers. Une figure à l’image du parcours anticonformiste de ce Meilleur Apprenti de France en boucherie devenu président du leader des courtiers en financement de l’immobilier français. Rencontre.  – Par Clarisse Watine

 

 

Qu’est-ce qui fait de Cafpi le N°1 de sa catégorie ?

Sa légitimité. Cafpi a créé le métier de l’intermédiation en opérations de banque il y a 45 ans et présente aujourd’hui un volume inégalé : environ 8 milliards € de crédits ont été signés en 2016. Son modèle économique et son maillage territorial. Entièrement dédié à ses clients emprunteurs en demande de service de proximité, Cafpi a développé son business modèle autour d’un écosystème de succursales qui lui permet de créer de la valeur et piloter la performance de son réseau en donnant une réelle autonomie d’action à ses collaborateurs. La qualité des hommes et la gestion maitrisée de nos process. Ici c’est une grande famille, une tribu : salariés, mandataires, dirigeants ou cadres, nous sommes tous des Cafpiens. Avec Cafpi, j’ai enfin trouvé en France une entreprise dont la culture est en connexion totale avec mes valeurs : attachement à l’humain, loyauté, sincérité et autonomie.

Une culture intimement liée au virage digital que prend Cafpi aujourd’hui ?

Nous développons en effet une culture de « transform’action » qui nous rapproche de l’esprit startup. Cafpi est une entreprise familiale qui vit aujourd’hui un moment incroyable de son existence, incarné par notre stratégie du « phygital » conjuguant la force de notre réseau avec une vraie révolution digitale. Notre objectif : proposer à nos clients une expérience numérique enrichie intégrant plus de confort et de fluidité. Pour cela, nous développons la data, un CRM et intensifions notre présence sur réseaux sociaux bien sûr, mais aussi des outils ultra pointus liés à l’intelligence artificielle.

« CHEZ CAFPI, L’IMPATIENCE ET L’AUDACE NE SONT PAS DE VILAINS DÉFAUTS ! »

 

Toutes les portes sont donc ouvertes aux jeunes diplômés ?

Le courtage en crédits immobiliers est en effet un métier particulièrement attractif où tout reste à innover. La mutation profonde de la banque de détail proposant moins de proximité, notre stratégie résolument ancrée dans le digital et l’autonomie que nous apportons à nos collaborateurs sont autant de facteurs qui font qu’un jeune diplômé a toute sa place parmi nous. Mon parcours depuis 15 ans au sein de cette entreprise unique en France est la preuve que chez Cafpi, toutes les carrières sont possibles. Mandataire, salarié, cadre, cadre sup’, toutes les perspectives sont offertes dès lors qu’on se donne les moyens de réussir. Ici, la méritocratie n’est pas un vain mot.

Capture d’écran 2017-01-10 à 12.34.43

Est-ce cette culture de l’action qui vous a poussé à devenir Président ?

Malgré de bonnes prédispositions pour les études, c’est un événement familial bouleversant qui a modifié ma trajectoire de vie. A 16 ans, j’ai annoncé à mes parents que je ne retournerais plus au lycée. Ils n’étaient pas très emballés pourtant quelques jours après, je me suis retrouvé à 5h du matin juché sur ma mobylette à la recherche d’un employeur. C’est un artisan fraichement installé qui lançait son activité qui m’a donné ma chance. Quelques mois plus tard, j’ai été sacré Meilleur Apprenti de France, j’ai été convié à une cérémonie présidentielle. Le Jour J, mon patron et moi avons donc sauté dans un costume et dans notre 4L. Et contre toute attente, je me suis retrouvé à la table d’honneur à partager un déjeuner avec François Mitterrand et Gaston Defferre !
Le Syndicat de la boucherie a alors voulu faire de moi un ambassadeur mais j’ai tout plaqué pour partir travailler au Club Med. J’ai rapidement évolué vers des fonctions managériales et ai poursuivi mon parcours dans des clubs de vacances. A 23 ans, Je dirigeais l’un des plus important centre dans les Hautes Alpes. A 27 ans, j’ai décliné l’opportunité de devenir le bras droit du PDG et j’ai ainsi continué ma route dans l’univers de l’hôtellerie à l’international. De retour en France, entouré de ma famille et de mes chevaux au Pays Basque, j’ai connu fortuitement Cafpi dont la culture de l’action m’a interpellée et me correspondait effectivement très bien !

Le fait d’avoir gravi tous les échelons de l’entreprise fait-il de vous un Président meilleur ?

J’ai eu immédiatement un excellent feeling avec Cafpi. Durant 15 ans, j’ai acquis une connaissance approfondie et inspirante du fonctionnement de l’entreprise et de ses métiers. Un atout considérable lorsque l’on dirige une société familiale dont on incarne les valeurs. Le fait d’avoir gravi tous les échelons de l’entreprise fait sans doute de moi un président meilleur et mon parcours me confère expérience, expertise et donc légitimité aux yeux de mes collaborateurs, de mes partenaires et de nos clients.

 

L’école de la vie serait donc la meilleure des écoles ?

Etre Président n’était ni un rêve ni une finalité : je suis persuadé que beaucoup de gens pourraient être à ma place. Pour moi, être Président c’est bien sûr avoir du charisme et du leadership, mais c’est avant tout 99% de bon sens et 1% de talent ! Je ne suis pas carriériste, je me suis toujours laissé guider par les opportunités et je n’ai jamais fait de formation managériale complémentaire. Mais si l’école de la vie a sans doute été pour moi la meilleure des écoles, mon parcours ne serait peutêtre plus possible en 2016. Avec des connaissances managériales pointues et le bon sens pour guide, un jeune a tout pour réussir aujourd’hui.

 

Ma signature de leader
Je suis un hyperactif : je vais vite car le monde va vite. Je suis un manager minute, C’est pour cela que je privilégie l’action de proximité où l’humain est le levier principal. J’ai su m’entourer d’une équipe de confiance à qui je délègue. Je me considère tel un autodidacte permanent qui apprend tous les jours. Ma force ? Je n’ai pas d’apriori, ni de tabous ou de concepts managériaux prédéfinis, si ce n’est l’expérience, mon intuition le bon sens et la confiance que j’accorde sans réserves à mes collaborateurs. Je suis aussi un dirigeant qui sait garder les pieds sur terre. Je connais le prix de la baguette et je n’oublie jamais que j’ai été ce jeune apprenti qui cherchait un employeur sur sa mobylette et qui gagnait 400 francs par mois.

 

Ce qui vous donne le sourire en arrivant au bureau tous les matins ?

Voir mes collaborateurs totalement connectés à nos valeurs et à notre projet se défoncer et réussir. Ce dynamisme, cette niaque ! Leur manière de se battre pour défendre nos intérêts, les couleurs d’une société unique et leader dans son secteur dans un parfait état esprit d’entreprise, voilà ce qui me donne la banane tous les matins.

Capture d’écran 2017-01-10 à 12.35.10

Pourquoi rejoindre Cafpi ?

En un mot : autonomie.
Chez Cafpi, lorsque l’on découvre une pépite, on croit en elle, et en confiance réciproque nous lui procurons les moyens de s’épanouir et de réussir. Un jeune diplômé qui entre chez nous a un boulevard devant lui pour griller les étapes. Ici l’impatience et l’audace ne sont pas de vilains défauts !

 

Cafpi en 3 mots ?
Unique : l’esprit de l’entreprise ne se retrouve nulle part ailleurs
Innovant : tous les jours les collaborateurs de Cafpi écrivent une nouvelle page de son histoire
Utile : nous facilitons l’accession à la propriété et notre rôle social est quotidien, en sus du conseil prodigué.

 

CAFPI EN 2016 C’EST…
Plus de 1 500 collaborateurs dont 1 000 mandataires, 200 recrutements, 220 agences, 42 000 dossiers traités, 8.1 Mds € de crédits signés, et plus d’1 M de clients satisfaits depuis sa création !

 

Contact : recrutement@cafpi.fr