« Placez votre créativité au service de l’usine du futur ! » Coskun Duman, (EMBA EM Strasbourg 2011), Directeur Général de norelem, invite les jeunes talents à rejoindre ce groupe industriel spécialisé dans la conception, la réalisation et la commercialisation d’éléments mécaniques et qui exporte dans le monde entier.

 

Qu’est-ce qui vous a poussé à rejoindre norelem il y a six mois ?

En tant que directeur Général, j’ai en charge trois Business Unit : la Direction Commerciale France, la direction de quatre pays (Belgique, Italie, Espagne et Maghreb) et la Production. Gérer l’outil de production est le challenge le plus ambitieux. Mon rôle est aussi de dépoussiérer l’image de l’usine. Nous avons un savoir-faire made in France, à nous de le défendre !

 Quels sont les grands défis d’innovation à relever ?

Grace à la digitalisation, notre plateforme de e-business nous permet de mettre à jour en temps réel les niveaux de stock des 45 000 articles de notre catalogue. Nous avons aussi lancé une gamme d’objets connectés qui sera commercialisée en septembre. Ils permettent notamment aux responsables des usines de vérifier grâce à leurs tablettes ou leurs téléphones si les normes de sécurité sont respectées. Nous avons aussi fait rentrer la notion de cobotique dans l’usine. Ces robots collaboratifs assistent nos opérateurs et prennent en charge les tâches répétitives. C’est l’industrie du futur !

Parlez-nous du « Change Management » que vous plébiscitez

Nous sommes dans un environnement dynamique : les objectifs bougent, le comportement des clients évoluent, tout comme ceux des collaborateurs. Il faut avoir une grande capacité d’adaptation et être très réactif dans la prise de décision. Depuis novembre, j’ai mis en place une « Team créativité ». Elle se réunit tous les mois et toutes les fonctions sont mélangées (opérateur, régleur, ingénieur, bureau d’étude, directeur de l’atelier). La règle numéro un est qu’il n’y pas de supérieur hiérarchique. L’idée, c’est d’être créatif, de trouver des idées et de les mettre en place. Chaque session se solde par un plan d’action.

Quelles sont les opportunités pour les jeunes talents ?

Nous recherchons des talents créatifs tournés vers le partage d’expérience afin d’améliorer nos processus industriels. Nous recrutons des ingénieurs dans l’automatisme, la conception, la réalisation, mais aussi des commerciaux terrain et des experts marketing. Nous avons aussi créé des postes de community managers qui gèrent nos comptes sur Facebook et LinkedIn.

Apprentissage

Dans le cadre de la semaine de l’industrie (18 au 22 mars 2019), norelem a reçu les différents acteurs de la formation du Grand Est.

Objectif : présenter les différents cursus développés et proposés par le CFAI, UIMM et la CCI en rapport avec l’Industrie du Futur. La migration des métiers actuels vers les métiers orientés digitalisation et cobotique sont de nouveaux paramètres à ne pas négliger.

norelem mise sur les talents de demain en les formant dès aujourd’hui.»

La rétention des talents en mode bien-être !

« Un coach sportif propose tous les quinze jours aux collaborateurs qui le souhaitent des exercices de relaxation musculaire et d’ergonomie. Nous avons aussi créé un espace de pause commune entre la production et les fonctions administratives où nous avons installé un baby-foot et une table de ping-pong. »

Qu’avez-vous le plus apprécié dans la pédagogie de l’EM Strasbourg ?

« Moi qui avais un profil technique et commercial, j’ai pu maîtriser la partie finance et internationale grâce à cette formation. J’ai côtoyé différentes fonctions et je me suis créé un réseau. »

Un conseil aux jeunes talents ? Appréhendez les enjeux culturels, apprenez à travailler en équipe sans négliger la mobilité. La qualité recherchée pour le développement de votre carrière : C’est l’agilité ! »

Contact : info@norelem.fr

 

Lallemand met aussi le talent en culture

Delphine Le Compès-Andro, DRH chez Lallemand incite les jeunes talents à découvrir une entreprise où les opportunités métiers sont infinies

Chimie, bio, agro : recherche hommes désespérément

Pourquoi les grandes écoles de chimie, de biologie et d’agronomie affichent-elles la proportion inverse d’élèves filles-garçons ?

[Tuto] : 4 astuces pour une coloc bio réussie

Alliant bien-être et respect de la nature, cohabiter bio renforce le sentiment de communauté,  facilite l’échange et le partage avec vos colocataires. Mais quelles sont les clefs pour cultiver ce nouvel art de vivre ? Suivez notre guide !

Le grand témoin : Dominique Carlac’h Porte-Parole & VP du Medef

Dominique Carlac’h Porte-Parole & VP du Medef revient sans détour sur son parcours, ses engagements de chef d’entreprise et ses combats de femme.

Chez CBo Territoria, c’est « act like a lady, think like a boss »

50 % de femmes et 50 % d’hommes dans les équipes du géant de l’immobilier réunionnais. Trois femmes témoignent.

Kit du futur décideur à l’attention du jeune ingénieur

Face à l’émergence d’un ingénieur qui travaille en mode projet et 100 % collaboratif quels sont les trucs et astuces pour transformer un diplômé de CentraleSupélec en décideur hors pair ?

Les écoles d’ingés déconstruisent les préjugés

Sensibilisation des lycéennes, meilleure orientation et valorisation des parcours de femmes scientifiques, les écoles d’ingénieurs progressent en matière de mixité. Décryptage

Prysmian : connecter les hommes

Leader mondial des câbles, Prysmian mise sur l’innovation de ses ingénieurs R&D, dont fait partie David Boivin, South Europe Connectivity – Telecom Engineering Manager.

Sous le capot de Club Identicar

Le moteur de ce club auto : la bienveillance, le collaboratif et la quête du bonheur au travail ! Une façon de travailler qui lui a fait remporter le prix HappyAtWork 2019.

[Premier emploi] Diplômé de CentraleSupélec, je vais où ?

Plutôt tradis ou fans d’innovations de rupture ? Secteurs, domaines, métiers : coup de projecteur sur les les opportunités à ne pas rater pour un ingénieur CentraleSupélec