Partis étudier à l’étranger, loin de leur famille, assoifés de connaissances et de liberté, certains étudiants célèbrent les fêtes de fin d’année à l’autre bout du monde. Souvent avec les autres étudiants internationaux, parfois seuls, la magie de Noël n’est pas toujours au rendez-vous mais beaucoup voient en cette expérience l’occasion de mûrir. Retrouvez trois témoignages, trois étudiants, trois pays. Une même message bienveillant et solidaire.

 

Pour ceux qui sont loin de chez eux

Marco López León – Etudiant en MSc Global Supply Chain Management (ISLI) à KEDGE Bordeaux
« D’origine mexicaine, je suis arrivé en France en septembre. Le pays me manque déjà mais je ne peux malheureusement pas y retourner pour les fêtes de fin d’année … Les billets d’avion sont tellement chers ! J’envisage seulement de rejoindre des amis à Dublin pour le Nouvel An. Les billets d’avion sont un peu plus abordables pour cette destination (et encore !). Pour me payer ce voyage, je travaille quelques jours en tant que guide pour les hispanophones venus visiter Bordeaux.

Je reste donc à Bordeaux pour Noël, avec quelques étudiants internationaux qui ne sont pas non plus repartis dans leur pays. Un post sur Facebook a été publié pour qu’on puisse se rassembler le jour J. Ensemble, on se serre les coudes.

Ce n’est pas la première fois que je passe Noël loin de ma famille. Quelques années auparavant, j’avais passé le 24 décembre seul à Londres. Tous les magasins et les restaurants avaient fermé très tôt, alors j’étais resté à l’hôtel, j’avais commandé une pizza au room service et je m’étais couché à 20h !

Pas très excitant comme Réveillon de Noël mais c’était une expérience intéressante. Cela m’a appris à valoriser la famille et les bons repas. En effet, je me suis rendu compte à quel point j’avais eu de la chance d’être avec ma famille au complet lors des précédentes fêtes. Et je savoure d’autant plus ces moments lorsqu’on se réunit désormais, ainsi que les bons plats de ma mamà. Au Mexique, Noël est une fête très familiale, qui se passe en général chez la grand-mère, on partage un repas immense. On s’échange parfois des cadeaux mais ce n’est vraiment pas le plus important.

Noël, ce n’est pas matériel. »

Introspection

Sébastien Ouensanga – Diplômé du PGE d’EM Strasbourg

« J’ai fini mes études cette année et le meilleur souvenir que j’en garde, c’est mon expérience en Inde. Accueilli par l’Indian Institute of Management (IIMB), j’y ai fait un stage de 6 mois pour valider mon diplôme. C’était incroyable ! Je me souviendrai toujours du Noël que j’ai passé là-bas.

En Inde, il n’y a pas de vacances scolaires en décembre mais j’avais réussi à me libérer quelques jours. Je voulais partir visiter en solitaire la ville sainte Rameswaram du Tamil Nadu (n.d.l.r état de l’Inde du Sud réputé pour ses temples hindous). C’est une petite ville, parfaite pour se reposer et découvrir la culture religieuse hindouiste. Musées, temples, balades sur la plage, rencontres avec les habitants, j’ai vu des endroits magnifiques et j’ai rencontré des gens d’une extrême gentillesse.

Dans cette région, Noël n’est pas très fêté en raison de la religion dominante et du peu de vacances. Rien n’est organisé pour l’occasion. Le 24 décembre au soir, je me suis tout simplement fait un restaurant. Un vrai festin composé de curry de mouton et de lassi. Trop bon ! J’en ai profité pour discuter avec le personnel du restaurant car il n’y avait pas grand monde. Les indiens sont très ouverts et bienveillants. Puis, j’ai appelé ma famille en FaceTime. Cela m’a fait plaisir de leur parler.

Même si c’était la première fois que j’étais loin d’eux le jour de Noël, je n’ai pas ressenti la solitude comme un fardeau. Au contraire. Partir, c’est la meilleure façon de vivre une introspection, de comprendre qui on est et ce que l’on veut.

C’est un moment unique, dont tous les étudiants doivent profiter pour se recentrer sur eux-mêmes. »

Loin des yeux, près du coeur

Ana Regina Cantù Aguilar – Etudiante du Bachelor of International Business Administration (BIBA) à Montpellier Business School

« Dans le cadre de mes études à l’Instituto Technologico de Estudios Superiores de Monterrey au Mexique, je suis venue valider une année en France. J’en profite pour voyager un peu à travers l’Europe. Pour ces vacances de fin d’année, j’ai décidé de passer les fêtes en Espagne avec une amie française.

On a pris un bus jusqu’à Madrid. Un vrai périple ! On voulait découvrir la capitale espagnole avant de partir fêter le Nouvel An à Barcelone avec d’autres étudiants. J’y étais déjà venue étant enfant mais je voulais y revenir pour voir la ville avec mes yeux de grande fille maintenant.

Et puis ici, Noël ressemble à celui que l’on fête dans mon pays. Etant très croyante (catholique pratiquante), j’assiste toujours à la messe de Minuit avec ma famille. Cette année, même si je ne suis pas avec elle, je ne l’ai pas manqué. En Espagne, c’est aussi une tradition très respectée.

Certes, sans ma famille ce rituel est différent mais je pense très fort à eux et c’est comme s’ils étaient là avec moi. Avec les technologies aujourd’hui, c’est plus facile de rester en contact. Je les ai appelés pour leur souhaiter de bonnes fêtes et c’était source de réconfort. Malgré la distance, on reste proches.

Je n’ai pas à me plaindre car certains vivent dans la même ville que leur famille mais ne fêtent pas Noël ensemble. Les kilomètres ne comptent pas. Maintenir des liens avec sa famille, mais aussi avec ses amis ou ses pairs est sacré. Noël est l’occasion de les renforcer. »