Ce qui fait rouler NewTL, filiale d’Alstom ? L’innovation ! Après avoir créé le tramway Translohr, une solution de mobilité unique en son genre, l’entreprise, se tourne vers le bus 100 % électrique avec son autre filiale Alstom Aptis. David Journet (EM Strasbourg), DG de NewTL et Président d’Alstom Aptis, dévoile les coulisses du futur de la mobilité urbaine.

 

NewTL en quelques mots ?

Depuis peu, notre activité regroupe deux PME : NewTL et Alstom Aptis. Elles œuvrent chacune dans le secteur de la mobilité en se spécialisant sur les véhicules roulant sur pneu. Même si elles se positionnent sur la même activité, elles travaillent sur des produits différents.

Lesquels ?

NewTL est à l’origine de Translohr, un tramway sur pneu unique, utilisé à Paris [sur les lignes T5 et T6, NDLR] et à Clermont-Ferrand, mais aussi en Chine, en Colombie et en Italie. Alstom Aptis s’est positionnée sur une nouvelle solution de mobilité, 100 % électrique.

Translohr, un tramway unique en son genre ?

Le fait qu’il soit sur pneu, tout en étant guidé par un monorail, lui permet d’emprunter des pentes importantes où d’autres tramways ne pourraient pas passer. Grâce à sa taille modeste, il peut se déplacer plus facilement en ville et nécessite des infrastructures et des entrepôts deux fois plus petits.

Et vous travaillez sur une nouvelle solution de mobilité ?

Avec Alstom Aptis, notre ambition est de remplacer le bus diesel de 12m qui sillonne les villes. Notre produit est 100 % électrique. Avec une autonomie de 250km, il peut facilement affronter une journée au cœur du réseau de transport d’une ville.

Un bus au design innovant ?

Nous l’avons conçu comme un tramway : le plancher est bas pour faciliter l’accès aux personnes à mobilité réduite, il y a 3 larges portes pour la montée et la descente, des prises USB sont placées à côté de chaque siège pour pouvoir recharger son smartphone. Nous avons également installé les batteries et les différents composants techniques en toiture. Ainsi, contrairement aux bus traditionnels, cela nous permet de placer des fenêtres sur les côtés et offrir une vision à 360° aux usagers. Enfin, le système de stationnement est facilité par 2 essieux directionnels, permettant des manœuvres plus aisées pour accéder aux arrêts.

 

Vous devez autoriser Youtube sur notre site Internet pour voir la vidéo qui est insérée dans cette page en cliquant ici : Gestion des cookies

Où en êtes-vous dans son développement ?

Nous sommes en train d’expérimenter ce bus en Italie après l’avoir testé en France, en Espagne et en Allemagne. Nous préparons également notre première commande pour la ville de Strasbourg. Nous travaillons sur le développement de la gamme Aptis (autres systèmes de recharge….)

Le plus de NTL ?

Le fait d’être une PME au sein d’un grand groupe nous confère tous les avantages des petites structures avec les moyens d’une grande entreprise. Cela offre également aux jeunes diplômés des possibilités d’évolution en France comme à l’international dans les autres branches. Enfin, nous sommes situés vers Strasbourg, une ville au cadre de vie exceptionnel, à seulement 1h40 de Paris.

Les 3 qualités du jeune dip’ taillé pour NTL ?

Nous avons d’importants besoins sur les métiers techniques comme la mécanique, l’électronique ou l’informatique, mais également aux achats, à l’industrialisation ou à la supply chain. Au-delà des compétences techniques, nous cherchons des jeunes ouverts d’esprit, agiles et férus de challenges et d’innovation.

Qu’est-ce qui a marqué votre expérience à EM Strasbourg ? Ce que je retiens c’est la puissance du réseau d’EM Strasbourg. Mais j’ai aussi particulièrement apprécié la présence d’industriels dans les cours techniques. Un vrai plus !

Chiffres clés : Deux filiales : NewTL et Alstom Aptis / NewTL : 100 collaborateurs, CA 2018 de 20M€ / Alstom Aptis : 100 collaborateurs, CA prévisionnel pour 2019 de 50M€

 Contacts : valerie.metz@translohr.com / agnes.weber@translohr.com

 

Lallemand met aussi le talent en culture

Delphine Le Compès-Andro, DRH chez Lallemand incite les jeunes talents à découvrir une entreprise où les opportunités métiers sont infinies

Chimie, bio, agro : recherche hommes désespérément

Pourquoi les grandes écoles de chimie, de biologie et d’agronomie affichent-elles la proportion inverse d’élèves filles-garçons ?

[Tuto] : 4 astuces pour une coloc bio réussie

Alliant bien-être et respect de la nature, cohabiter bio renforce le sentiment de communauté,  facilite l’échange et le partage avec vos colocataires. Mais quelles sont les clefs pour cultiver ce nouvel art de vivre ? Suivez notre guide !

Le grand témoin : Dominique Carlac’h Porte-Parole & VP du Medef

Dominique Carlac’h Porte-Parole & VP du Medef revient sans détour sur son parcours, ses engagements de chef d’entreprise et ses combats de femme.

Chez CBo Territoria, c’est « act like a lady, think like a boss »

50 % de femmes et 50 % d’hommes dans les équipes du géant de l’immobilier réunionnais. Trois femmes témoignent.

Kit du futur décideur à l’attention du jeune ingénieur

Face à l’émergence d’un ingénieur qui travaille en mode projet et 100 % collaboratif quels sont les trucs et astuces pour transformer un diplômé de CentraleSupélec en décideur hors pair ?

Les écoles d’ingés déconstruisent les préjugés

Sensibilisation des lycéennes, meilleure orientation et valorisation des parcours de femmes scientifiques, les écoles d’ingénieurs progressent en matière de mixité. Décryptage

Prysmian : connecter les hommes

Leader mondial des câbles, Prysmian mise sur l’innovation de ses ingénieurs R&D, dont fait partie David Boivin, South Europe Connectivity – Telecom Engineering Manager.

Sous le capot de Club Identicar

Le moteur de ce club auto : la bienveillance, le collaboratif et la quête du bonheur au travail ! Une façon de travailler qui lui a fait remporter le prix HappyAtWork 2019.

[Premier emploi] Diplômé de CentraleSupélec, je vais où ?

Plutôt tradis ou fans d’innovations de rupture ? Secteurs, domaines, métiers : coup de projecteur sur les les opportunités à ne pas rater pour un ingénieur CentraleSupélec