Nous voilà arrivés au bout de l’Extrême-Orient, cette fois-ci ça sera dur d’aller plus loin… Ici tout n’est que terres inondées, bambous et chapeaux coniques. Récit d’un mois de découvertes au travers le delta du Mékong et la capital économique du Viêt Nam : Ho Chi Minh Ville, ou Saigon pour les intimes – Par l’équipe de Jugaaddict

 

 

Bienvenu au pays du Bun Bo, Pho et autres nouilles…

 

Nos quelques jours passés à Ho Chi Minh Ville nous ont montré le visage d’une ville moderne, où une jeunesse vietnamienne soignée aux quatre épingles se presse sur leurs scooters pour rejoindre les derniers lieux tendances et les petits bars de rue. C’est d’ailleurs sur ces terrasses de rue que la vie d’Ho Chi Minh bat son plein. Placé entre deux rangées de scooters, assis en tailleur sur des petits tabourets de 20 cm, c’est là que vous aurez l’occasion de déguster Bun Bo, Pho et autres Spring Rolls pour une bouchée de pain. Si ces dernières années, le Viêt Nam a connu un rapide développement économique, notamment dans ses mégalopoles, il n’en reste pas moins un pays profondément rural, où son agriculture contribue pour 50 % de son PIB et fournit deux tiers des emplois. En même temps, le Viêt Nam a des atouts de choix, grâce à des réformes agricoles réussies dans les années 1980, il a réussi à se positionner comme important exportateur agricole de la zone. Il est notamment connu pour son riz (2ème exportateur mondiale), son café robusta et son caoutchouc naturel.

Bel access, de la vache qui rit à tous les étals!

 

Quelle surprise de retrouver sur tous les étals vietnamiens des petits produits bien de chez nous! C’est le cas de “la vache qui rit” (ou plutôt Con Bo Cuoi) ou bien le Banh Mi (comprendre “pain de mie”), un sandwich devenu très populaire dans ce pays. Il y a beaucoup de choix possible mais l’une des combinaisons phares est sans aucun doute le Banh Mi Pho Mai (comprendre “pain de mie avec de fromage”) qui contient de la Vache qui Rit. Mais la surprise ne s’arrête pas là, puisque ce produit est tombé dans la consommation courante, Bel à eut la bonne idée d’encourager les vendeurs mobiles de fruits et légumes à vendre eux aussi la petite portion fraîche. Ce projet nommé Bel Access est une réussite totale. Alors que ce sont les seuls à vendre des produits transformés dans le grand marché au gros de Saigon, les vendeurs ambulants se pressent tous les matins au petit stand pour acheter leur produit laitiers. Qui l’aurait cru?

La micro-ferme d’aquaponie comme solution à l’agriculture urbaine

 

Qu’est-ce que l’aquaponie? Certains d’entre vous sont peut-être familier avec ce terme, il s’agit de la contraction de “aquaculture” (élevage de poissons)  et « hydroponie » (culture de végétaux hors sol). L’idée est simple, créer un écosystème entre végétaux, poissons et bactéries où les déchets de l’un deviennent nourriture pour l’autre. On a ainsi rencontré Thierry Palasse, vieux briscard du design de t-shirts, fraîchement reconverti à l’agriculture urbaine. Inspiré par les technologies d’agriculture verticale, il a confectionné par lui-même un jardin potager sur le toit de son usine de textile. Cette activité lui prend seulement 5 à 10 minutes par jours, pour vérifier la qualité de l’eau, faire le tour de ses plantes et nourrir les poissons. Cela lui permet de produire poissons, herbes aromatiques et légumes tout cela sans apport de pesticides. Peu de temps après notre visite, la télévision vietnamienne a elle aussi fait un petit tour dans son Jardin d’Eden, voici les images https://www.youtube.com/watch?v=15Bt25fW87E