Le premier groupe alimentaire mondial s’investit depuis 9ans en faveur de l’emploi des personnes en situation de handicap. Rencontre croisée avec Marie-Françoise Tauc, Directeur RSE et Innovation sociale et Valérie Romain, Chargée de mission handicap pour le groupe Nestlé en France, et elle-même en situation de handicap.

 

Chez Nestlé, la question du handicap est l’un des trois piliers d’une politique générale de diversité et d’inclusion « Leading Together », les autres piliers étant la mixité H/F et  les générations. « Nous sommes au milieu du deuxième accord Handicap groupe 2016-2018, précise Marie-Françoise Tauc. Nous avons été précurseurs en signant début 2013 le premier accord de groupe de l’agro-alimentaire. Nous sommes un groupe très industrialisé avec 24 sites industriels en France. Les deux-tiers de nos collaborateurs travaillent en usine, nous avons un turn-over faible et des  populations qui prennent de l’âge. L’accent est donc mis sur le maintien à l’emploi qui représente 60 % de notre budget, les autres points clés de notre politique Handicap étant  d’une part le recrutement et  l’intégration de personnes en situation de Handicap et d’autre part la formation et la communication».

Des handicaps invisibles… mais bien présents pour lesquels il faut agir

85 % des handicaps sont invisibles. Ce chiffre se vérifie chez Nestlé puisque les TMS (troubles musculo-squelettiques) concernent plus de la moitié des personnes en situation de handicap (52 %) et les troubles auditifs représentent 30 %. Ces pathologies acquises au cours de la vie sont difficiles à détecter si l’intéressé ne souhaite pas en parler. « La demande de reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé doit être à l’initiative du salarié, précise Marie-Françoise Tauc. C’est une décision personnelle et volontaire. Nous constatons cependant, depuis que nous communiquons sur la  vision du groupe en matière de Handicap et sur notre politique de maintien à l’emploi,  que beaucoup de collaborateurs s’auto-déclarent chaque année. »

« Comme nous avons fait beaucoup d’aménagements de postes ou de compensations du handicap, le bouche-à-oreille joue en faveur de notre politique handicap », ajoute Valérie Romain. Avec  tous les acteurs de la politique handicap du groupe (relais et correspondants handicap, RH, services de santé au travail, etc.), les délégués CHSCT, formés et sensibilisés au handicap jouent aussi un rôle d’ambassadeurs sur le terrain et dans les comités opérationnels « maintien à l’emploi » qui se tiennent à intervalle régulier sur chaque site du groupe.

Le dire, mais surtout le faire !

En 2016, une trentaine de travailleurs handicapés ont été recrutés. « Nous avons testé beaucoup de solutions différentes en matière de recrutement et aujourd’hui nous avons un partenariat  avec la plate-forme emploi Handicap.fr, mais aussi avec le pôle handicap de différentes sociétés d’intérim comme Triangle par exemple» précise Valérie Romain. L’intérim est un bon tremplin d’intégration. Au fil des missions, certains a priori sautent et la relation de confiance qui s’instaure avec le manager peut aboutir à un recrutement. »

L’initiative « Nestlé needs YOUth » prise par Nestlé en Europe en 2013 concerne aussi  bien évidemment le recrutement de jeunes diplômés en situation de handicap. La mission handicap a signé une convention avec UniLaSalle Beauvais, une des écoles cibles du groupe située à proximité des usines Nestlé. « Nous espérons créer des partenariats avec d’autres  écoles » précise Valérie Romain, « mais il faut qu’elles aient une mission handicap active, ce qui n’est pas toujours le cas malheureusement. »

« Améliorer la qualité de vie en contribuant à un avenir plus sain, telle est la raison d’être de Nestlé, rappelle Marie-Françoise Tauc. C’est ce que nous essayons de mettre en pratique au quotidien dans notre politique de diversité et d’inclusion. »

 

Les biais inconscients : Afin de faire évoluer les états d’esprits et d’aider les collaborateurs du groupe à prendre conscience de leurs préjugés ou des filtres de perception que tout être humain met en place pour fonctionner dans un système donné, une sensibilisation sur les biais inconscients est proposée en priorité pour les ressources humaines et les managers du groupe.

 

«Chez Nestlé, les acteurs de terrain s’approprient la question du maintien dans l’emploi»

 

Chiffres clefs :

715 travailleurs handicapés

5,33 % : taux d’emploi de travailleurs handicapés (contre 3,91 % en 2010)

+ de 300 salariés ont bénéficié d’aménagement de poste, d’adaptation de situation de travail, d’achat de prothèses auditives, d’aide au transport etc… (soit + d’1,5 M€ investis)

Contacts recrutement : www.nestle.fr/carrieresmarie-francoise.tauc@fr.nestle.com ; valerie.romain@fr.nestle.com

 

Où en est-on de l’insertion professionnelle en 2017 ?