Avocate depuis plus de 20 ans, Elisabeth Monegier du Sorbier (EFB 83) a troqué sa robe pour rejoindre la Française des Jeux, acteur national spécialisé dans les jeux d’argents.  Aujourd’hui Directrice Juridique, elle partage avec nous sa passion pour une entreprise innovante qui mise tout sur ses talents.

 

Elisabeth Monegier du Sorbier ne regrette pas son choix de rejoindre la FDJ qui a su lui proposer une expérience enrichissante et challengeante ! « Le droit est un enjeu essentiel dans la stratégie et la vision des dirigeants de la FDJ. Le groupe me laisse une marge de manœuvre importante avec une équipe de près de 30 collaborateurs. Le passage d’avocat à directrice juridique n’a pas été facile, mais au fur et à mesure que le processus de recrutement avançait, j’ai réalisé à quel point cette expérience allait m’être bénéfique. En effet, opter pour l’exercice en entreprise est un challenge passionnant, car chacun des 2 000 collaborateurs est mon client ! »

Mais Elisabeth Monegier du Sorbier ne renie en rien son passé d’avocate. Au contraire, selon elle, l’exercice de cette profession peut s’avérer très utile avant d’atteindre un poste comme Directrice Juridique. « Le métier d’avocat m’a permis grandir, de gagner en autonomie et en responsabilité. Mais l’entreprise comporte également de nombreux avantages : cela confère la possibilité de se spécialiser, tout en offrant une ouverture vers d’autres secteurs comme l’économie ou le commercial. C’est très enrichissant. »

Les trois qualités d’un bon directeur juridique ?

  • « Avoir une base solide en droit. Cela dote l’esprit d’une solide capacité de structuration
  • Avoir le sens de la stratégie
  • Savoir gérer des équipes et les mettre en valeur»

QVT : carte maîtresse dans le jeu de la FDJ

L’entreprise met l’accent sur le bien-être et l’accompagnement des collaborateurs. Salle de sport, cantines, ergonomie des meubles, etc. Tels sont les dispositifs étudiés et mis en place par l’entreprise qui entend offrir à ses collaborateurs un environnement de travail accueillant dans ses tout nouveaux locaux. « Nous sommes positionnés sur une activité dite récréative. Nous nous devons de proposer un cadre de travail agréable. Grâce à notre taille moyenne [2 000 collaborateurs, NDLR], l’humaine occupe une place importante dans nos préoccupations. »

Autre question à laquelle la présidente et les collaborateurs attachent beaucoup d’importance : la place de la femme au sein de l’entreprise. « Nous mettons tout en place pour accompagner les femmes dans leur carrière, avec notamment un système de mentoring. Nous permettons également à nos collaboratrices d’organiser leur travail pour allier vie de famille et vie professionnelle. J’en suis moi-même un exemple manifeste, puisque j’occupe un poste à responsabilité alors que je suis mère de 4 enfants. »

Destination innovation !

La FDJ s’adresse à tous les publics en étendant son activité à tous les supports. Désormais, il est possible de jouer à des jeux à gratter sur sa tablette, ou même préparer sa mise sur son mobile, lors de paris sportifs, avant de se rendre en magasin. « Actuellement, nous travaillons sur l’interaction entre les points de vente physique et digital, grâce à notre cellule innovation. Nous développons aussi des bornes interactives et des jeux pour proposer aux Millenials une expérience adaptée à leurs attentes. Face aux nouveaux enjeux, soulevés par le numérique, nous avons également renforcé notre équipe d’un pôle juridique digital »

Pour participer à l’innovation, la FDJ recrute dans tous ses secteurs, en misant sur des diplômés « dotés d’une forte dimension technique, rigoureux, mais également créatifs et empreints d’une coloration numérique. » L’objectif : créer le LOTO de demain et accompagner l’entreprise dans sa transformation.

 Ma France à moi : « La France peut capitaliser sur son réseau d’innovation et de startups en plein essor, qui constitue un vivier de richesse et de renouvellement de l’économie. »

Contact : https://www.groupefdj.com/candidats.html