On peut affirmer que José Milano et KEDGE Business School se sont trouvés ! Le premier, directeur général depuis septembre 2017, a apporté son ambition, ses méthodologies et ses idéaux de liberté pour permettre aux étudiants de se découvrir et se révéler. La seconde lui a offert un écrin de choix pour exercer « le plus beau métier du monde et contribuer positivement à la société ! »

 

Mon histoire avec KEDGE

crédits KEDGE

J’ai dit oui à une école qui est un concentré de tout ce que les entreprises ont vécu depuis 20 ans, avec une dimension supplémentaire de métier de passion et de vocation ! Je ne vois pas ce que l’on peut faire de mieux que d’accompagner nos étudiants et faire en sorte qu’ils deviennent eux-mêmes. KEDGE est à taille humaine avec 600 personnes, et je suis attaché à connaître et impliquer tout le monde dans notre développement. C’est essentiel pour mener une transformation culturelle forte en matière d’international, de digital, de rigueur financière.

Ma plus grande ambition pour l’école

Etre l’école du leadership du 21e siècle. Etre en situation d’offrir à nos étudiants une compréhension croisée des humanités, du management, de la technologie et de l’entrepreneuriat, avec un accent sur la RSE et l’environnement.

Ma plus grande fierté de directeur

Deux images viennent à l’esprit. Une étudiante Léa Scher, qui a créé 4 entreprises durant son cursus. Elle a choisi KEDGE car elle savait pouvoir y réaliser ses projets. Voir nos étudiants se révéler c’est la concrétisation de notre métier. Ma seconde fierté, ce sont des équipes exceptionnelles. Je garde en tête une vidéo créée par l’équipe réseaux sociaux extrêmement émouvante et décrivant notre ADN en images.

Mon cours chouchou

J’en ai deux ! Un cours « réalisme » en gestion de crise qui incarne la pédagogie expérientielle de KEDGE.  Le second cours en supply chain est du ressort de l’émotion. Un cours symbole de notre école et de notre monde, fondé sur les échanges.

Mon endroit préféré sur le(s) campus

A Bordeaux, je suis déjà féru d’un nouvel espace dédié au vin ouvert en avril. A Marseille, j’adore voir comment nos étudiants s’approprient les espaces. Face à cela on se recentre sur le cœur de notre métier : offrir un environnement où ils se sentent émotionnellement à l’abri, propice à l’épanouissement personnel, pour devenir soi-même.

Dans mon bureau, on trouve

J’aime avoir des représentations des villes où KEDGE est présente sur les murs, car notre ancrage territorial est structurant. J’aime aussi une photo prise à l’occasion d’un voyage à l’université Renmin à Pékin. J’avais eu le privilège d’être le seul représentant étranger. Je suis au milieu de 100 collègues chinois. Cela nous rappelle qu’on ne peut plus faire sans la Chine au 21e siècle.

Un Mistral de nouveautés souffle sur KEDGE Business School

My KEDGE en 1 mot

Passion sans hésiter ! Lorsque j’ai été nommé, j’ai dit à mon CA quelle chance il me donnait de me lever tous les matins en étant passionné par mon travail. Un métier unique dans son rapport à la vie, à l’imaginaire, aux projets, à la transmission.

Mon conseil aux étudiants

Prenez des risques. Votre génération a besoin d’esprit de créativité et d’entrepreneuriat. Et par ailleurs, ne vous oubliez jamais et soyez vous-mêmes.

Mon message aux alumni

Transmettez à vos jeunes camarades. Que ce soit un stage, du mentoring, une rencontre autour d’un café, un logement. Nous avons 2 500 étudiants à l’international par an et 60 000 alumni dans le monde. Lors d’un tremblement de terre à Mexico, l’un d’eux a accueilli 34 étudiants chez lui ! C’est cela l’esprit Kedgien.

#TheyWantYou !  Pourquoi un entreprise want un jeune dip’ de KEDGE ? « Parce qu’ils sont différents ! répond José Milano. Si leur salaire moyen à l’embauche est deçà de ceux des diplômés de nos concurrents, après 3 ans ils sont bien au-dessus. Cet indicateur est très important. Il témoigne d’un choix de nos jeunes diplômés. Ils s’orientent par passion et construction de soi. Et donc naturellement ils progressent ! »

Sous le capot de Club Identicar

Le moteur de ce club auto : la bienveillance, le collaboratif et la quête du bonheur au travail ! Une façon de travailler qui lui a fait remporter le prix HappyAtWork 2019.

[Premier emploi] Diplômé de CentraleSupélec, je vais où ?

Plutôt tradis ou fans d’innovations de rupture ? Secteurs, domaines, métiers : coup de projecteur sur les les opportunités à ne pas rater pour un ingénieur CentraleSupélec

Une bonne année pour l’emploi des ingés !

Le quasi plein emploi chez les ingénieurs, ce n’est pas une fake news. La preuve dans la dernière enquête menée par Ingénieurs et Scientifiques de France (IESF).

Recrutement, intégration, parcours : comment matcher avec les attentes des jeunes ingés ?

Digital, industrie, société, environnement ou énergie : l’heure est à la révolution. Dans une France qui a besoin d’ingénieurs, quels sont les tips pour recruter les perles rares

STEP UP : Laissez vous coacher !

« Bienvenus dans une entreprise qui fait de l’Individu le premier vecteur de performance » assure Jérémie Cador, Directeur de l’Agence STEP UP de Marseille

Pourquoi rejoindre Total ?

Engagé dans la transition énergétique, Total s’est donné l’ambition d’être la major de l’énergie responsable en garantissant une énergie disponible, abordable et propre.

Avec SOAT, cap sur l’expertise, l’agilité et l’intelligence collective

SOAT offre des opportunités et des perspectives d’évolution passionnantes aux diplômés de CentraleSupélec

Avec CENEXI, attrapez le virus de la pharmacie !

L’industrie pharmaceutique offre aux jeunes diplômés un large panel de métiers explique Alexis Paul (Université Paris Descartes 2000), Directeur Business Development et Pharmacien responsable de CENEXI.

Emmanuelle Favier : devenir femme et écrivaine

C’est en évoquant de manière poétique et subjective les jeunes années de l’écrivaine en devenir qu’Emmanuelle Favier nous donne le mieux à sentir tout le génie de Virginia Woolf…

Plein gaz sur l’énergie verte avec GRDF !

GRDF entame sa mue. Avec son nouveau plan Vert l’Avenir, le groupe entend produire du gaz 100 % green dans les prochaines années. Un pari ambitieux sur lequel travaille Arnaud Bousquet