Le moins que l’on puisse dire, c’est que Patrick Gérard est fier de son école et de ses étudiants, « des jeunes qui veulent passionnément s’engager pour l’intérêt général ». Lui, un directeur qui veut passionnément s’engager pour leur avenir et celui de la société française. Récit d’une ambition.

 

L’ENA en trois mots

Patrick Gérard © ENA

Une marque de la France. Une marque en France parce que les hauts fonctionnaires de notre pays ne sont pas cooptés par leur administration ou le pouvoir politique, comme ils l’étaient avant 1945. Ils sont en fonction parce qu’ils ont réussi un concours de très haut niveau. C’est la conception française du recrutement au mérite.

Une marque aussi hors de France, parce que de nombreux étudiants ou jeunes hauts fonctionnaires du monde entier viennent faire l’ENA. Depuis sa création en 1945, l’ENA a accueilli 6 700 élèves français et 3 700 élèves étrangers. Ceux-ci exercent de hautes responsabilités dans leur pays et restent des amis de la France.

Et enfin, une marque en Europe, car l’ENA a mis en place une excellente préparation pour des étudiants français aux concours d’administrateur de l’Union Européenne.

Les valeurs de l’ENA

Le général de Gaulle, qui a créé l’école, lui a donné cette devise : « servir sans s’asservir ». Nous formons les dirigeants de l’administration – administrateurs de ministères et de la Ville de Paris, sous-préfets, diplomates, juges administratifs et financiers, inspecteurs – en veillant à leur inculquer des valeurs : la loyauté, l’intégrité, le sens du bien commun, le souci d’améliorer la vie de leurs concitoyens et la volonté de contribuer au succès de notre pays dans le monde.

Mon histoire avec l’ENA

Jeune assistant de droit, j’ai commencé ma carrière universitaire au CNAM en préparant des étudiants issus de formation technologique dans une « prep’Ena » créée par Lionel Stoléru en 1980. J’y ai acquis la conviction que l’élite de notre pays n’était pas fermée, pour peu qu’on encourage des personnes de formation et d’origine différentes à se préparer à des concours exigeants en leur donnant les moyens de réussir.

C’est cette même conviction qui m’a poussé à créer cette année à Strasbourg une classe préparatoire intégrée à l’ENA pour y accueillir des étudiants brillants de milieu modeste. Ils ne doivent pas se censurer !

Ma plus grande ambition pour l’école

Elle est double. Pour le pays, former des dirigeants de son administration, capables d’aider les gouvernements à réussir les défis de notre siècle : sécuritaire, climatique, numérique. Pour les Français, les convaincre, alors qu’ils font en permanence appel à l’Etat, qu’ils ont la chance de pouvoir compter sur des jeunes qui veulent passionnément s’engager pour l’intérêt général.

Le profil des énarques

Une promotion comporte six catégories d’élèves. Quatre rassemblent 83 élèves issus des concours : concours étudiant, concours pour les agents publics ayant quatre années d’expérience, concours pour les personnes ayant huit années d’expériences professionnelles, électives ou associatives et enfin, concours pour les docteurs d’universités. S’y ajoutent 10 officiers de la Gendarmerie ou de l’Armée de Terre issus de l’Ecole de guerre et enfin, une trentaine d’élèves étrangers.

Mon conseil aux étudiants

Méditez cette citation de Jean Monnet : « Il y a deux sortes d’hommes : ceux qui veulent être quelqu’un et ceux qui veulent faire quelque chose ». Choisissez sans hésiter la deuxième catégorie !

Mon message aux alumni

Soyez fiers de votre école et combattez l’ « ENA bashing » !

1 chiffre-clé

26 % de nos élèves ont été boursiers de l’enseignement supérieur.

Delacre : succombez aux « guilty pleasure »

« Bienvenus dans une entreprise délicieusement régressive » assure Véronique Magro, Head of Controlling et reporting chez Delacre

Innovation et RSE, les arômes d’exception de Nespresso

L’innovation selon Nespresso ? Eclairage en mode robusta par Jean-Michel Cecconi directeur de l’open innovation et Clémence Nutini, responsable RSE chez le pro du café

[TUTO] Écolo même au bureau

. Et si, en plus de votre politique zéro déchet à la maison, vous vous mettiez au vert même au bureau ? Voici cinq gestes simples pour améliorer votre impact écologique au boulot.

Horus Pharma : une innovante affaire de famille

L’objectif d’Horus Pharma ? Recourir à la réalité augmentée pour faciliter le quotidien des patients et des médecins. Rencontre avec Claude Claret, DG et fondateur du laboratoire ophtalmologique

Faites le plein d’énergie chez ENGIE !

L’accès à une énergie durable, l’atténuation et l’adaptation au changement climatique, l’utilisation raisonnée des ressources… Voici les grands enjeux d’ENGIE pour devenir le leader mondial de la transition énergétique.

Petit Forestier : pour ceux qui n’ont pas froid aux yeux !

Petit Forestier est une entreprise familiale où il est possible de progresser et de réaliser de beaux parcours professionnels estime Fréderic Vannson, son Directeur technique.

La valeur la plus importante pour BPCE ? Ses actifs… humains

Envie d’en savoir plus sur le métier de banquier en 2020 Marc Bonnemains vous présente le groupe BPCE de l’intérieur.

Nexter tire dans le mille

Nexter agit sur tous les fronts ! Innovation, transformation digitale, conquête de nouveaux marchés à l’export… Le point avec Sylvain Rousseau, (Sup’Aéro 93 HEC 2004) COO du leader de la défense terrestre

Mon métier c’est… RP

Attaché de presse, vous connaissez ? Mais les métiers des relations publiques (RP pour les intimes) ne s’arrêtent pas là. Métiers et qualités insoupçonnées, Stéphane Billiet, président de We agency et administrateur du Syndicat du Conseil en Relations Publiques décortique le mythe.

Airbus : devenez les futurs Pionniers !

« Venez négocier des contrats chez Airbus et vous serez les rois du monde ! » assure Christophe Mourey, Secrétaire Général de la Direction Commerciale chez Airbus