La parité Hommes/Femmes, enjeu majeur dans les Grandes Ecoles et dans les Grandes Entreprises

Depuis plus de 40 ans en France, Monsanto apporte aux agriculteurs des solutions en semences et en protection des cultures. Rencontre à Bron (69),siège du groupe dans l’Hexagone, avec Catherine Lamboley, directrice de la division Semences & Biotechnologies France, Belgique et Maghreb.

CATHERINE LAMBOLEY

CATHERINE LAMBOLEY

Géant historique de la chimie, Monsanto a pris le pari dans les années 70, sous l’impulsion de dirigeants visionnaires, de polariser son activité sur les semences et les biotechnologies, où sont aujourd’hui investis 1,3 milliard de dollars par an, et en 2002 de dédier 100 % de son activité à l’agriculture. Reconnu comme un leader mondial, le groupe est présent dans 82 pays à travers le monde et s’engage pour une agriculture productive, compétitive et durable, s’appuyant sur l’innovation.

En France, Monsanto est organisé en trois activités, qui fonctionnent de manière quasi autonome, la protection des cultures (les produits phytosanitaires, Roundup®), les semences potagères (Seminis® et De Ruiter Seeds) et les semences de grandes cultures (maïs et colza) sous la marque DEKALB. Catherine Lamboley a la responsabilité des opérations semences et biotechnologies, regroupant les équipes chargées du développement et du marketing produits et la fonction commerciale. « Ces équipes pluridisciplinaires et techniquement pointues maitrisent tous les savoir-faire nécessaires pour apporter aux agriculteurs, qui sont les utilisateurs finaux de nos produits, des semences de qualité, conçues pour la compétitivité de l’agriculture française et répondant aux exigences de l’environnement. »

Elle assure également un rôle de facilitateur et de représentant du groupe auprès des syndicats professionnels et des institutionnels. « Nos clients – c’est-à-dire les distributeurs privés ou les coopératives agricoles – attendent de nous que nous leur apportions des solutions innovantes et créatrices de valeur. Faisant partie des marques leaders, DEKALB décline une gamme complète de semences de maïs et de colza issues de la sélection classique souvent assistée par marquage moléculaire. Les semences sont un réel vecteur de progrès car elles contribuent à améliorer et à sécuriser les rendements.Elles répondent en cela au défi majeur posé à l’agriculture de subvenir à des besoins alimentaires mondiaux qui auront doublé d’ici 2050, ainsi qu’à la nécessité de préserver les ressources naturelles et l’environnement. »

Rappelons qu’en France, Monsanto dispose de 8 sites de recherche de pointe et de sélection de nouvelles semences, de grandes cultures ou potagères, mais a renoncé à y poursuivre son investissement dans les biotechnologies : il n’y a plus d’essais OGM en France depuis le Grenelle de l’Environnement.

Expert aussi pour faire pousser tous les talents !

Passionnée du vivant, Catherine Lamboley est une femme de conviction. Elle a démarré sa carrière en rejoignant en 1991, en tant que Responsable Administrative R&D, le semencier Cargill, dont Monsanto a fait l’acquisition en 1998 :     « Tout au long de mon parcours, explique-t-elle, c’est l’humain qui m’a guidée. J’aspirais à évoluer dans une entreprise ambitieuse, de dimension internationale, pour laquelle l’amélioration de la vie des hommes et des femmes serait la priorité car je voulais pouvoir me développer, m’exprimer et m’épanouir en donnant du sens à mon engagement professionnel. J’ai eu la chance de pouvoir concilier ces deux attentes, essentielles pour moi, en évoluant au sein de Monsanto Agriculture France à des fonctions managériales d’une grande diversité, ayant pu exercer aussi bien la responsabilité du contrôle de gestion de l’activité semences que la direction d’un site industriel. »

Entreprise multiculturelle, Monsanto valorise les compétences et les performances individuelles et, la réussite, en tant que femme, de Catherine Lamboley à un poste de direction n’est pas un cas isolé au sein du groupe : « Le grand patron de l’activité Semences potagères est une grande patronne et, bien que le monde agricole soit plutôt traditionnel, 25 % de nos ingénieurs technicocommerciaux sont des «ingénieur(e)s» ! La mixité et la diversité au sens large apportent à nos équipes davantage de créativité et d’écoute. Les femmes, dont on accepte souvent plus d’audace et de remise en question, sont des facteurs modérateurs et elles ont généralement davantage le sens du collectif. Ces différentes qualités sont des atouts pour innover, faire évoluer les process et améliorer la performance pour servir nos clients. »

Monsanto Agriculture France offre aux jeunes diplômés des grandes écoles de nombreuses opportunités dans des domaines aussi différents que la sélection et l’amélioration végétale, l’expérimentation agronomique, la recherche, la qualité, le réglementaire, les systèmes d’information ou encore l’homologation des produits, les relations publiques et bien sûr le marketing et les ventes : « Notre organisation favorise le travail en réseau et en équipe, mais aussi l’engagement personnel grâce à une importante autonomie. Monsanto est une entreprise qui s’inscrit au quotidien dans le futur et dans le changement. Les talents ont toute leur place chez nous : qu’ils viennent nous découvrir de l’intérieur ! »

CG

Contacts :
www.monsanto.fr
http://monsanto.fr/carrieres/carrieres.asp