Le mercredi 19 avril, l’Agora, tribune étudiante de l’EDHEC Business School, recevra Nicolas Hulot pour une conférence autour du thème « Solidarité et responsabilité : les valeurs oubliées ».

 

Nicolas Hulot, son combat

Nicolas Hulot, portant la double casquette de reporter-journaliste et d’homme politique, est pleinement engagé dans chacune de ses actions en faveur d’une prise de conscience du risque écologique. Cette conviction qu’un monde meilleur passe par des actions écologiques concrètes se retrouve dans son film Syndrome du Titanic (2009) ou encore dans l’émission Ushuaïa qu’il présenta de 1998 à 2014, et se concrétise politiquement en 2007, lorsqu’il parvient à faire signer son Pacte Ecologique par les candidats à l’élection présidentielle.

 

Quelle durabilité d’un développement sans solidarité et responsabilisation de chacun ?

Nous sommes aujourd’hui confrontés à une véritable urgence sociale et écologique : Nicolas Hulot nous rappelle que 21 milliardaires possèdent autant que les 40 % les plus pauvres ou encore qu’un Français ingère près de 128 résidus chimiques en moyenne par jour. Il nous alerte aussi sur le fait que seulement 3 % des députés sont employés ou ouvriers. Pourtant, ce sont des questions dont les politiques ne semblent pas vouloir s’emparer et les pratiques ne changent pas. C’est pourquoi il est devenu nécessaire d’amener les citoyens vers un vrai projet de solidarité.

Vous devez autoriser Vimeo sur notre site Internet pour voir la vidéo qui est insérée dans cette page en cliquant ici : Gestion des cookies

L’appel des solidarités : « la solidarité n’est pas une option »

A moins d’un mois du premier tour de l’élection présidentielle française, pour la première fois, plus de 70 associations et ONG vont s’unir autour de Nicolas Hulot et de l’actuel président d’Emmaüs, Thierry Kuhn, pour faire entendre la voix de la solidarité au travers de « L’Appel des Solidarités ». Ainsi, le collectif définit les 500 propositions qui doivent aujourd’hui guider et orienter le débat public en France, afin de sensibiliser la société civile et la sphère politique au besoin pressant de solidarité et de responsabilisation, que ce soit en matière environnementale, fiscale, démocratique, etc. En parlant d’une voix commune, les ONG vont montrer leur convergence et surtout faire émerger une nouvelle vision de la solidarité́ pour imposer un nouveau cap durant les cinq prochaines années.

 

L’Agora – Tribune étudiante de l’EDHEC