L’aventure a commencé le 9 septembre 2017 quand j’ai atterri à l’aéroport international de Rabat-Salé au Maroc. Je venais à peine d’effectuer mon dernier semestre sur le campus ESSEC Asia-Pacific à Singapour et mon Expérience terrain de deux mois au Pérou. Quand j’ai appris qu’une deuxième mobilité inter-campus à Rabat nous était proposée par l’ESSEC au sein du programme Global BBA, je n’ai pas hésité longtemps pour postuler. Le Magreb m´avait toujours attiré, et j´avais déjà appris l´Arabe pendant 18 mois à l´ESSEC.

 

Le campus, les cours et la vie étudiante

A même pas dix minutes à pied de la magnifique Plage des Nations, le campus offre un cadre de détente avec à proximité un club de surf, un terrain de golf, un terrain de football et une salle de sport. Le campus se situe à 20 kilomètres du centre-ville de Rabat dans la commune de Sidi Bouknadel.

Avant le début des cours, l’équipe en charge de l’administration du campus nous a souhaité la bienvenue en organisant deux barbecues sur la plage. Fin septembre, nous avons fait un « séminaire d’intégration » de cinq jours dans l’Atlas dans la vallée des Aït Bouguemez. Toutes les promotions du campus étaient présentes : première, deuxième et troisième années mélangées ainsi que le professeur Thierry Sibieude, Directeur du campus, et les membres de l’administration. Cette excursion nous a beaucoup rapproché en tant que groupe et a fait l’objet d’une véritable découverte du territoire marocain dans une région marquée par la culture berbère.

Pour le moment, les cours sont, pour la plupart, axés sur le développement durable et le monde arabo-musulman. Au sein du cours « création de partenariats entre associations et entreprises » nous intégrons une association marocaine chaque mardi et bénéficions ainsi d´une expérience directe « sur le terrain ».

 

Immersion culturelle en famille d’accueil

Afin de mieux pouvoir progresser dans la connaissance de la langue et de plonger dans la culture marocaine, j’ai choisi de vivre chez une famille marocaine dans la médina, centre historique de Rabat. Jusqu’à présent cette expérience est très positive et je ne regrette absolument pas mon choix.

La confrontation quotidienne à la mentalité et au rythme de vie des marocains me permet de mieux connaître le pays et ses habitants. Néanmoins, l’adaptation aux us et coutumes n’est pas toujours facile et demande parfois un peu de diplomatie et de discipline. Par exemple, il y a des règles de tenue à respecter comme le fait de ne pas se montrer torse-nu devant une femme. Deuxième exemple, les repas délicieux que prépare la famille sont servis dans un seul plat à tagine dans lequel chacun se sert en même temps en piochant les aliments à la main ou avec des tranches de pain.

Cela étant, ma famille est très accueillante et chaleureuse. Je prends des cours particuliers de darija (dialecte marocain) chez ma mère d’accueil afin de mieux pouvoir communiquer au quotidien. Par ailleurs, je m’entends bien avec le neveu de la famille avec qui j’ai déjà passé un weekend à Casablanca pour voir un match de football de l’équipe nationale du Maroc. En somme, je ne peux que recommander l’expérience en famille d’accueil car elle permet de vraiment découvrir le Maroc d’une façon authentique.

 

Il me reste encore plusieurs semaines à vivre ici, et, j’en suis sûr, pleins de nouvelles choses à découvrir.