Directeur de MINES ParisTech depuis 8 mois, Vincent Laflèche s’est présenté à la presse. Après s’être attelé à sceller l’implication de l’école au sein de la ComUE Paris Sciences et Lettres (PSL), le nouveau directeur général s’intéresse aux formations et souhaite insuffler une nouvelle dynamique à l’institution.

 

Vincent Laflèche est un directeur au parcours varié, lui permettant d’être doté de ce qu’il appelle « le sens de l’utilité sociale. J’ai travaillé au ministère de l’Environnement, puis dans l’assurance-crédit et  j’ai ensuite été directeur de laboratoire avant d’être président du Bureau de Recherches Géologiques et Minières. J’ai quitté l’école il y a 30 ans, je la redécouvre depuis 8 mois sous un nouvel angle ! » La notion d’utilité sociale est très ancrée au sein de l’école et constitue un axe important de la nouvelle direction.

« Nous souhaitons travailler sur les valeurs de solidarité, de mixité sociale »

La solidarité n’est pas un vain mot aux MINES ParisTech. Les étudiants sont nombreux à s’engager pour les autres au travers de leurs associations. Et comme le rappelle Vincent Laflèche, « la notion de sécurité sociale a été initiée dans le secteur minier. Ce sont nos racines et elles se déploient jusque dans PSL. Il faut de la mixité sociale, la formation des élites doit continuer à s’ouvrir. »

L’entrepreneuriat au cœur des préoccupations

L’objectif de l’école est de « proposer aux étudiants de bénéficier du lien entre enseignements, recherche et entrepreneuriat. Nous avons lancé l’institut des hautes études pour l’entrepreneuriat pour les élèves de haut niveau », commente le vice-président stratégie, Cédric Denis-Rémis. « Nous allons former des entrepreneurs dans tous les sens du terme. Créateurs de leur propre structure, et au service du développement d’entreprises déjà installées dans une posture d’intrapreneurs. »

MINES ParisTech propose une option entrepreneuriat et tous les élèves participent depuis des années à l’Acte d’entreprendre, un projet mené collectivement, de l’établissement d’un business plan à une production concrète.

Être entrepreneur, c’est aussi

  • savoir travailler en univers multiculturel
  • être chef de projet
  • être chef d’orchestre dans son activité
  • savoir développer un réseau
  • être doté de savoir-être

Le directeur Laflèche souligne un tournant pris depuis environ deux ans : désormais 25 % des diplômés débutent dans des PME, ETI ou startups. Une évolution significative des aspirations des jeunes ingénieurs dans une école qui fournit traditionnellement des cadres aux grands groupes.

« Nous interprétons ceci comme leur fort désir de gérer leurs projets dans un esprit d’entrepreneurs. »

Les atouts de MINES ParisTech

Lors de la conférence, Vincent Laflèche est revenu sur les forces de MINES ParisTech. Parmi elles, le suivi personnalisé et individualisé dont bénéficient depuis toujours les étudiants. « Dans le classement thématique Times Higher Education sur le taux d’encadrement, nous sommes actuellement 26e mondial. » MINES ParisTech forme 1 500 personnes dont 40 % d’ingénieurs civils et délivre 100 doctorats par an.

Le nouveau directeur est également fier des productions scientifiques qui permettent à l’école de vivre. « Nous avons de nombreuses ressources propres. La recherche et la formation par la recherche représentent 80 % du budget de l’école. » La modification statutaire de MINES ParisTech d’EPA à EPSCP permettra d’aider à rapprocher encore recherche et formation. « Nous engageons une profonde réflexion sur notre modèle économique, et ce changement nous aidera à le refonder. »

Dès l’entrée à MINES ParisTech, les étudiants sont amenés à s’interroger sur les grands défis du 21è siècle. Transition énergétique, transformation digitale de l’entreprise sont notamment au menu. « Développer une recherche de haut niveau et très en lien avec les défis des entreprises est indispensable si nous entendons former nos élèves pour être des contributeurs actifs dans la résolution de ces enjeux majeurs. Car elle passera par des ruptures technologiques et de l’innovation. »

 

MINES ParisTech et PSL

Vincent Laflèche a exprimé sa volonté d’engagement de l’école au sein de PSL. Il se félicite du chemin parcouru. « MINES ParisTech représente l’excellence académique. Être à PSL nous conforte dans cette excellence. »

« Lorsque l’on parle d’excellence et d’innovation, c’est à PSL qu’il faut être. »