À partir de la rentrée 2019, les nouveaux élèves de MINES ParisTech profiteront d’un cursus ingénieur civil entièrement repensé. Interculturalité, flexibilité… Cette nouvelle maquette pédagogique a pour ambition de former les ingénieurs du 21e siècle.

 

Vincent Laflèche © MINES ParisTech

Vincent Laflèche © MINES ParisTech

« La dernière fois qu’une telle refonte du cursus a été faite, c’était en mai 68 », se félicite Vincent Laflèche, directeur de MINES ParisTech. Avec cette réforme, l’école mise sur l’excellence scientifique, mais aussi sur l’esprit d’entrepreneur et l’interculturalité. « Nous voulons que nos étudiants développent des compétences interculturelles au sens international, social et interdisciplinaire du terme. C’est la seule clé pour réussir à affronter les enjeux de la société aujourd’hui, à savoir le développement durable et la transformation numérique des entreprises. »

Gisement d’opportunités

Le mot d’ordre de ce nouveau cursus ? La flexibilité. Désormais, les étudiants pourront personnaliser leur parcours dès la deuxième année. Fini le tronc commun, bonjour le mode projet, l’immersion au sein de laboratoires et d’entreprises ! « L’objectif est de favoriser la mobilité. Nous avons mis en place des dispositifs au sein de PSL pour permettre aux étudiants de se plonger au cœur des laboratoires de recherche des autres établissements membres de l’Université. Mais nous incitons également la mobilité internationale ! », explique Vincent Laflèche.

Mathieu Mazière © Ariane Despierres-Féry - mondedesgrandesecoles

Mathieu Mazière © Ariane Despierres-Féry – mondedesgrandesecoles

Former les ingénieurs du 21esiècle

Plus que de la flexibilité, ce cursus diplômera des ingénieurs qui sauront faire face aux problématiques du 21e siècle. « Notre ambition est de former les acteurs de la transformation numérique qui seront les promoteurs du développement durable, écologique et sociétal. Nous voulons aussi les préparer à avoir une posture d’entrepreneurs dans le monde professionnel », indique Matthieu Mazière, Directeur des études chargé du cycle ingénieur civil.

Et qui dit nouveau cursus dit renouveau des méthodes d’apprentissage pour l’équipe de MINES ParisTech. « Nous avons misé sur le renforcement des soft skills, l’acquisition de doubles compétences, mais aussi de nouveaux dispositifs pédagogiques, comme le blended learning », complète Matthieu Mazière.

L’ouverture sur le monde : diamant brut du cursus

Avec cette maquette pédagogique, MINES ParisTech ouvre ses étudiants sur le monde puisque les élèves auront un minimum de 45 semaines de stage à réaliser tout au long de leurs trois années. Mais ils pourront également se confronter à l’univers de la recherche à travers l’immersion dans les laboratoires.

L’ouverture à d’autres disciplines est également très importante pour l’école qui misera toujours sur le MIG (pour Métiers Ingénieur Généraliste). Ce dispositif offre aux étudiants de première année la possibilité de se confronter à des problématiques industrielles diverses dans leur globalité. Le défi ? Y répondre en seulement 3 semaines en développant une approche systémique.

Les étudiants s’ouvrent également sur le monde avec l’international, une composante essentielle renforcée dans cette nouvelle offre pédagogique. Et les opportunités de se déplacer aux quatre coins du monde sont nombreuses ! Semaine d’échange Athens, stage de 5 mois à l’étranger, doubles-diplômes avec des instituts prestigieux comme Polytechnique Montréal, Norwegian University of Science and Technology, Berkeley Haas, National University of Singapore …

MINES ParisTech est-elle faite pour vous ? Découvrez-le en vidéo !

Vous devez autoriser Youtube sur notre site Internet pour voir la vidéo qui est insérée dans cette page en cliquant ici : Gestion des cookies

Qu’est-ce qui change ?

Si la première année insiste sur les sciences fondamentales, MINES ParisTech a tout même tenu à élargir le champ des possibles pour ses étudiants : semaine de l’entrepreneuriat, sensibilisation à l’industrie du futur, développement linguistique… L’école a même modifié son cours historique sur la géologie pour l’axer gestion des ressources naturelles.

En deuxième année, l’école mise sur l’expérience. Cette 2A entièrement sur mesure peut être faite en un ou deux ans. Travail en équipe, réalisation de projets multidisciplinaires, entrepreneuriat, stages à l’étranger, immersion dans des laboratoires de MINES ParisTech ou des institutions membres de PSL, césure… Cette année de tous les possibles résume à elle seule la nouvelle flexibilité apportée dans les cursus.

En troisième année, l’école d’ingénieurs préparera ses étudiants au monde de l’entreprise avec de nombreux cours de management, de sciences de gestion, de finance…

Découvrez les ambitions de Vincent Laflèche pour MINES ParisTech :

Le Mineur, icône de l’ingénieur du 21e siècle – MINES ParisTech INSIDE