« Un plan stratégique pour 2025 se profile pour MINES ParisTech » rappelle Vincent Laflèche, directeur général de l’école d’ingénieurs. Objectifs ? Développement international, open innovation et modernisation. Des projets ambitieux qui visent à répondre aux enjeux du 21ème siècle : transition énergétique, ingénierie numérique, intelligence artificielle, smart industries … L’école ajuste son enseignement pédagogique et ses champs de recherche pour les années à venir.

Innovation et entrepreneuriat

Membre de PSL – Paris Sciences et Lettres, MINES ParisTech positionne ses formations au plus proche de la recherche. Innovation scientifique et technologique priment. Mais la dimension entrepreneuriale n’est pas en reste. Au contraire, elle est de plus en plus priorisée par les étudiants. D’après son « enquête emplois » 2017, basée sur les jeunes diplômés 2012-2016, plus de la moitié des diplômés commencent dans des ETI, PME, TPE ou startups « car ils ont le sentiment de donner plus de sens à leurs projets », a pu constater Vincent Laflèche. Un résultat pris en compte dans la nouvelle stratégie de l’école : « Entre suivre ou précéder les élèves, nous avons décidé d’évoluer avec les attentes des nouvelles générations », déclare Jérôme Adnot, directeur-adjoint de MINES Paristech, en charge de l’enseignement.

Des défis à relever

Parmi ses ambitions, pluridisciplinarité et portée internationale. L’école supérieure des MINES de Paris aspire à former des ingénieurs-entrepreneurs par un double-diplôme. Recherche et entrepreneuriat seront fusionnés pour un cursus plus complet. Une stratégie pédagogique qui permet aussi de renforcer son ouverture internationale. Cette hybridation des compétences séduit les entreprises du monde entier, mais aussi les étudiants étrangers. « Nous réfléchissons à un développement international qui permettrait à la fois à l’école de nouer de nouveaux partenariats avec des universités étrangères et de faciliter le recrutement de nos diplômés à l’étranger », justifie Jérôme Adnot.

Moteur de voiture dans l’espace mécanique © Maximilen Arengi – Journal des Grandes Écoles et Universités

Salle d’essais mécaniques

En corrélation avec ces mutations, l’école modernise ses espaces. Au cœur de l’Hôtel Vendôme, une nouvelle pièce se cache au bout du couloir : « l’espace mécanique ». Cette salle, inaugurée le vendredi 13 avril 2018, permet aux élèves de développer leurs compétences techniques. Financée avec le soutien du groupe SAFRAN, cette zone de démontage, test et simulation met à disposition de tous des moteurs de voiture. Pour Matthieu Mazière, directeur des études, en charge du cycle ingénieur civil, « c’est la mise en place d’un nouveau modèle, entre théorie, informatique et manipulation d’objets réels, pour aller au bout de la réalisation des prototypes. Les élèves veulent toujours plus de pratique ».