Du 23 au 26 mai, les meilleurs spécialistes mondiaux de la valorisation des déchets et de la biomasse seront réunis à l’École des Mines d’Albi à l’occasion de la 6eme conférence WasteEng. Ce rendez-vous international exceptionnel, dans un domaine stratégique et en pleine expansion, regroupera plus de 300 participants venus de 52 pays.

Mines Albi, précurseur des technologies de valorisation des déchets

En 2005, Mines Albi créait les conférences WasteEng, affirmant ainsi sa position d’expert et de précurseur dans le domaine de la valorisation des déchets, des résidus et de la biomasse. 11 ans et 4 rendez-vous internationaux plus tard, après Athènes, Pékin, Porto et Rio de Janeiro, WasteEng est de retour sur les bords du Tarn, pour faire le point sur les avancées scientifiques et techniques de la valorisation des déchets.


Une conférence unique réunissant les meilleurs experts internationaux

À partir du 23 mai, plus de 300 scientifiques, experts, partenaires publics et industriels se réuniront à l’École des Mines d’Albi. Pendant quatre jours, les exposés, présentations, discussions vont se succéder à un rythme intensif. Quatre grandes conférences plénières seront données par des sommités internationales, Stefanie Hellweg, Sabu Thomas Chathukulam, Bruce E. Dale et Paul T. Williams.

Depuis sa création en 2005, la conférence WasteEng a pris de l’ampleur. Elle a su se renouveler, en adaptant ses thématiques aux avancées de la recherche et aux attentes de l’industrie et de la société. Accueillir de nouveau cet événement à l’École des Mines d’Albi permet d’évaluer l’évolution des connaissances et des applications du domaine. C’est également une vitrine importante pour l’école, qui trouve là une nouvelle occasion de présenter à la communauté scientifique ses équipements d’excellence et ses expertises en matière de recherche.

La valorisation des déchets, une thématique stratégique pour l’industrie

La thématique de la valorisation des déchets, stratégique pour le monde industriel, a considérablement changé de physionomie au cours des dernières années, explique le professeur Ange Nzihou, directeur du centre de recherche RAPSODEE (unité mixte de recherche CNRS/École des Mines d’Albi) et Chairman de la conférence :

« Il y a une quinzaine d’années, la valorisation se limitait souvent à transformer et réutiliser des matériaux, dans des actions à faible valeur ajoutée. Aujourd’hui, les déchets et résidus sont considérés comme de véritables ressources, à partir desquelles on peut créer de la valeur. C’est par exemple le cas avec l’extraction de produits chimiques, d’enzymes, de molécules… Dans le même temps, les procédés de production d’énergie à partir de la biomasse ont eux aussi fait de gros progrès ».

Stratégique pour les acteurs économiques et industriels, la question de la valorisation des déchets l’est tout autant pour l’avenir de notre société, confrontée à la prise de conscience de la rareté des ressources naturelles. Ces réflexions s’inscrivent pleinement dans la dynamique de la COP 21 et participent à la réflexion sur les 3 volets de la transition écologique (énergétique, environnemental, sociétal).

 

Une dynamique internationale en marche

La mobilisation des acteurs mondiaux a également modifié le paysage : « Au début des années 2000, l’essentiel des programmes de recherche pour la valorisation était centré en Europe, grâce au soutien de l’Union Européenne », souligne Ange Nzihou.

Il y a eu notamment un fort impact des programmes cadres européens FP5 et FP6 qui ont financé les projets de recherche fondamentale, et FP7 à partir de 2007 qui a permis de développer des pilotes industriels. En France, des organismes publics tels que l’ANR, le CNRS et l’ADEME ont eu et ont encore un rôle important.

Aujourd’hui, la dynamique est mondiale. Les États-Unis, la Chine, l’Asie, financent des programmes de recherche, ce qui permet de diversifier les projets et de multiplier les avancées. 

« Cette  sixième conférence WasteEng arrive à un moment où les travaux des chercheurs en matière de valorisation des déchets est à maturité, explique Ange Nzihou. Il y a 11 ans, il nous fallait encore prouver que la valorisation était possible et utile. Désormais, le challenge porte sur la façon de faire évoluer les procédés techniques pour accompagner les développements industriels. Il reste encore des verrous technologiques à faire sauter, par exemple autour des problématiques de stockage de l’énergie ».

La conférence WasteEng 2016 est, pour Mines Albi, une nouvelle occasion d’affirmer son rôle d’acteur de premier plan à l’échelle internationale, dans le domaine de l’environnement et des éco-activités.

 

 

Pour en savoir plus : www.wasteeng2016.org