Partenaire des médias et des télécoms depuis 40 ans, TDF est une entreprise résolument tournée vers les ingénieurs et les hautes technologies. Mais pour Christine Landrevot (Supélec 84), les différences font la richesse d’une équipe. – Par Alexandra Montfort

 

Quelles opportunités chez TDF ?

Aujourd’hui il y a de très nombreux postes à pourvoir ! En Île-de-France mais aussi en région. Ces embauches répondent à notre forte ambition de croissance et aux départs en retraite. Nous en profitons pour engager une phase d’évolution de compétences afin d’anticiper les besoins liés aux nouvelles technologies du marché (internet des objets, sécurité, fibre etc.).

Capture d’écran 2016-10-12 à 21.01.53

Pour quels profils ?

Nous œuvrons sur l’infrastructure et seulement avec des clients en BtoB. Nos métiers revêtent ainsi une grande technicité et nécessitent des profils ingénieurs. A la Direction Industrielle dans les métiers du déploiement et du digital, aussi bien qu’à la Division des Télécoms & Services, qui regroupe les équipes marketing et commerciales. Même mes responsables commerciaux, et a fortiori, mes chefs de produit marketing, doivent être dotés d’une sensibilité technologique et scientifique pour comprendre les besoins de nos clients.

Je recrute avant tout des personnalités

Votre politique de recrutement ?

Lorsque j’ai engagé la refonte de la Division afin d’élargir notre portefeuille de produits et de services ainsi que les marchés sur lesquels on opère, j’en ai profité pour rajeunir les équipes, les féminiser et y apporter un peu de diversité dans les formations. J’ai notamment embauché 2 jeunes femmes issues d’école de commerce. Si elles ont eu plus de difficultés pour s’approprier nos offres, elles font aujourd’hui partie de mes commerciaux les plus performants !

 

Qu’est ce qui vous anime le plus dans votre métier ?

Le management des équipes sans aucun doute ! J’aime les voir grandir et les aider à se projeter dans l’avenir. Nos cycles de vente durent entre 18 et 24 mois. C’est un travail de longue haleine. Alors chaque fois que l’on parvient à signer un contrat, je suis profondément émue. Ravie pour l’entreprise mais surtout pour celui qui a mené le projet avec succès.

La promotion des formations scientifiques

J’ai décidé de rentrer en France après une carrière internationale pour pouvoir rendre à mon pays ce qu’il m’a offert : des compétences et une formation de qualité. Secrétaire Générale de l’IESF (Ingénieurs et Scientifiques de France), Présidente des Alumni de Supélec, membre du CA de CentraleSupélec… Je considère mon implication comme un engagement citoyen. Développer les carrières scientifiques en Europe reste un enjeu stratégique afin que nous puissions maîtriser les domaines clé de notre économie.

© TDF

© TDF

Place aux femmes !

Parmi les diplômés d’écoles d’ingénieurs, on compte seulement 20 % de femmes. Et le plus inquiétant, c’est que l’on peine à les retrouver dans l’industrie. Si je suis arrivée là où je suis, c’est parce qu’un patron anglo-saxon m’a fait confiance. Il m’a offert un poste auquel je n’aurais jamais osé candidater. Aujourd’hui j’œuvre pour susciter des vocations au féminin dans les filières scientifiques et techniques. Je souhaite leur prouver qu’elles sont capables de faire carrière tout en créant une famille.

 

Portrait de la Direction Télécoms & Services selon Christine Landrevot
Ce qui vous importe le plus ?
Les clients et le marché. C’est la clé !
Un film qui vous inspire ?
 » Invictus « , une splendide leçon de leadership
Un slogan ?
 » Persévérance et succès : la lumière est au bout du tunnel  »

 

Contact :  supelec@landrevot.com / Recrutement : contactRH@tdf.fr