La caractéristique de l’école
Elle consiste à créer des profils transversaux (hard, soft, réseaux, télécom, médias), intégrant toutes les technologies liées à l’électronique et au numérique, le cercle s’élargissant pour toucher maintenant aux limites de la biologie par l’électronique. En effet, l’électronique, la chimie et la biologie convergent vers les nanosciences. Dans le cadre du projet éducatif de l’ISEN, nous avons la volonté de donner à l’ingénieur une dimension d’ « ingénieur global », porteur d’une part d’universel, qui ait la capacité de réinventer le monde dans un nouveau rapport à la modernité, à l’humain et à l’environnement. Nous travaillons à leur donner cette aptitude à situer en permanence leurs actes professionnels dans une responsabilité sociétale globale.

Les techniques innovatrices
Nous commençons à travailler sur les techniques coélaboratives avec la mise en place d’un des premiers centres européen de co-design à usage pédagogique. Il permet aux élèves d’apprendre à co-élaborer des innovations de façon transverse en travaillant avec des designers, des marketeurs et des ingénieurs d’autres disciplines d’où nos partenariats avec HEI et l’ISA. Ils prennent ainsi conscience des gisements de création de valeur qui peuvent découler de la co-élaboration.

Les cinq majeures de l’ISEN
« Nous proposons cinq majeures qui touchent tous les secteurs d’activité. »
DTA (Digital Technologies and their Applications) vise les métiers d’ingénieur dans le numérique (automobile, aéronautique dans des sociétés comme Thales, Siemens, EADS)
MISN (Multimedia Information System and Network) intègre la compétence hardware qui constitue la marque de l’école et oriente vers les métiers du soft, et l’ensemble des métiers de l’informatique y compris les banques.
PMBD (Project Management and Business Development) apporte une formation pointue en conduite de projet, business développement, marketing, sociologie des usages afin de former des ingénieurs d’interface pouvant travailler, par exemple, en assistance à maîtrise d’ouvrage sur des applicatifs métiers ( CRM, gestion clients, RH) ou sur des conduites de projets dans le domaine industriel.
HTID (High Technologies and Innovation Design) qui constitue une majeure expérimentale, s’adresse à des métiers d’innovation center. Dans le Nord Pas-de-Calais, Décathlon, un de nos recruteurs, constitue un exemple emblématique car cette société situe l’innovation au plus près des usages par ses systèmes d’innovation centers immergés dans les magasins eux-mêmes, ce qui nécessite des ingénieurs intégrateurs capables d’intégrer la technologie dans la réponse à des innovations d’usage perçues directement avec les clients. Cette façon de penser l’innovation par les usages se développe de plus en plus.
HTE (Haute Technologie et Environnement) forme des ingénieurs capables de faire de l’éco-conception dans le domaine de l’électronique et du numérique. Ce type d’ingénieur développe des compétences qui lui permettent d’intégrer la dimension environnementale et humaine (accessibilité au handicap, impact carbone, recyclabilité) dans la conception même des produits.

Pierre Giorgini

Pierre Giorgini

« L’ISEN intègre tous les secteurs de l’activité »
Aujourd’hui, l’électronique et l’informatique investissent tous les domaines d’activité. Des gisements de création de valeur apparaissent aux interfaces de métiers inattendus. Par exemple, la cuisine intelligente conçue en codesign comme auto adaptative pour des personnes âgées, capable de modéliser leurs comportements et d’en repérer les ruptures, de s’adapter. Sur le marché, nous sommes à 85 % à l’emploi à la fin des études et 100 % à six mois avec un salaire moyen de 33 K€.

Top recherche
Nous sommes très axés sur ce domaine avec 45 CNRS dont 5 directeurs de recherche et plus de 1 000 citations par an dans le monde à travers des revues à comité de lecture en recherche

 

Patrick Simon