Le plus grand défi de Claude Changarnier, VP International finance de Microsoft est de constituer des équipes performantes et de les faire grandir. Cet ESCAE 82, titulaire d’un DECS en 1983 a rejoint Microsoft il y a 22 ans, a été élu président du réseau EM Normandie.

Claude Changarnier, (ESCAE 82, DECS 83), VP International finance, Microsoft

Claude Changarnier, (ESCAE 82, DECS 83), VP International finance, Microsoft

Qu’est-ce qui rend Microsoft si attachante ?
De beaux produits, dont on peut être fier, que l’on peut comprendre et utiliser tous les jours. Microsoft a révolutionné et continue à révolutionner la façon dont les gens vivent, communiquent, travaillent. J’ai eu la chance d’y rencontrer des gens de qualité, intelligents, vifs, au dessus du lot, qui sont là pour faire avancer les choses. Microsoft a cru en moi et m’a donné la chance de faire des jobs passionnants, dans la finance.

 

Quels sont les principaux défis de votre fonction ?
Mon plus grand défi est de gérer les 600 personnes qui travaillent pour la finance dans le monde entier, de m’assurer qu’on a la meilleure équipe possible, pour faire marcher les 110 filiales. Je passe beaucoup de temps à essayer de trouver les bonnes personnes, à constituer des équipes performantes, à les gérer, les motiver, et les développer. Un de mes objectifs est de veiller à ce que Microsoft continue à faire de la croissance profitable. Microsoft a une éthique certaine et a défini des règles auxquelles nous ne dérogeons jamais. Je suis le garant des problèmes de conformité et de contrôle auxquels sont soumis tous les grands groupes, ce qui demande beaucoup d’efforts.

 

Les qualités qu’elle requiert ?
Nous travaillons dans 110 pays, réalisons 40 Mds$ de chiffre d’affaires et cet effet volume rend les choses très complexes. Ce qui est important c’est d’être un « people manager », très bon et très performant et un leader, et que mes directeurs financiers le soient également. Je dois donner du sens à mes équipes, leur transmettre une vision, expliquer, définir des objectifs très précis, communiquer de façon très claire, décider et donner du feed back. Je pratique un style de management très participatif et très particulier, basé sur les mails, le téléphone, la vidéoconférence, je réunis une fois par trimestre mes 14 « direct report », des profils très expérimentés qui sont partout dans le monde.

 

Amateur de vin, vous êtes depuis 10 ans gérant d’un domaine en Bourgogne
Le domaine Changarnier qui produit 20 000 bouteilles par an, me passionne et constitue ma « work life balance », une bonne balance par rapport à Microsoft où tout va très vite, où l’unité de mesure est le million de dollars. Dans la vigne, il faut laisser la nature travailler, on raisonne en centaines ou en milliers d’euros. Cette base arrière me permet de garder les pieds sur terre, de continuer une histoire familiale.

 

Microsoft, une entreprise où il fait bon travailler
Une des grandes forces de Microsoft, et un de ses facteurs d’attractivité, est la façon dont l’entreprise gère les personnes. « People oriented », Microsoft figure en tête du palmarès des entreprises où il fait bon travailler et se différencie de ses compétiteurs par la disponibilité et la proximité de son management. L’entreprise recrute des profils internationaux, honnêtes, intelligents, positifs, « des gens avec lesquels on a envie de travailler, qui ont l’étoffe de futurs managers ou de futurs leaders. » Ce qui fait l’intérêt des jobs et nécessite une certaine agilité intellectuelle et culturelle, c’est d’être confronté à des gens, des cultures différentes.

 

Un conseil aux jeunes diplômés
Bien choisir les sociétés dans lesquelles on a envie d’aller, être curieux, sortir des sentiers battus, prendre des risques, avoir de l’ambition, bouger, aller vivre à l’étranger si on veut faire une carrière sur le long terme. Ce qui fait la différence, ce sont les qualités intrinsèques des gens.

 

Le réseau EM Normandie accompagne l’école dans son plan stratégique
Le monde de l’éducation et ses problématiques intéressent Claude Changarnier qui a accepté de prendre la présidence du réseau EM Normandie. « Je peux apporter à un certain nombre de jeunes une expérience et un regard qu’ils n’ont pas nécessairement à 18 ans. » Avec 5 000 cotisants sur 12 000 membres, le réseau EM Normandie fait partie des associations actives. Le réseau, qui met en place une stratégie et structure son offre, est en train de créer un système de mentoring et a en projet la création du Réseau Equilibre et d’un forum. Objectif : aider les anciennes élèves à être plus sûres d’elles, à avoir de l’ambition et à briser le plafond de verre. La diversité femmes/hommes et la diversité des origines est un sujet sur lequel Claude Changarnier a beaucoup travaillé avec ses équipes. Il a aujourd’hui 50 % de femmes dans ses équipes et vise un objectif de 50 % de managers femmes.

 

Les chiffres clés Microsoft
100 000 personnes de 150 nationalités différentes
• Chiffre d’affaires : 80 mds$
110 filiales

 

A.M.O.

 

Contact recrutement : claudec@microsoft.com