Dossier Voile

Les parcours côtiers rallient les différents ports de cette régate itinérante

Les parcours côtiers rallient les différents ports de cette régate itinérante

Michel Desjoyeaux, pourquoi parrainer une régate étudiante, la Spi Dauphine en particulier ?
Je suis sensible à ce concept car le milieu de la Voile est un milieu très formateur où l’on peut apprendre beaucoup de choses, dans un univers plutôt agréable. A titre personnel, je n’ai pas forcément été un très bon élève sur les bancs de l’école, mais la Voile m’a permis de me rattraper.

 

Qu’attendez-vous d’une régate comme la Spi Dauphine ?
La Spi Dauphine selon moi c’est véritablement l’occasion de rassembler deux milieux, les étudiants et les gens qui sont déjà dans la vie active, de les sortir de leur environnement habituel pour créer une rencontre. Et je trouve le concept réussi.

 

La Spi Dauphine aspire à être la première régate écologique d’Europe. A titre personnel, quel est votre rapport à l’écologie ?
C’est vrai que l’image est belle et éloquente : celle d’un voilier qui avance uniquement à la force du vent. C’est un symbole. Mais je ne m’en contente pas évidemment. Je considère que l’écologie commence par le simple geste citoyen du quotidien auquel je fais attention tous les jours. Pas besoin d’aller chercher bien loin, la première attitude citoyenne et écologique consiste tout simplement à faire attention à son porte feuille, à ne pas gaspiller.

 

Connaissez-vous le principe du Cradle to Cradle que nous souhaitons mettre en lumière ?
C’est un concept que je découvre et dont je connais mal les applications techniques. C’est en tout cas une démarche nouvelle qui n’est que du bon sens, et qu’il va falloir s’approprier si l’on veut répondre au défi de l’épuisement des ressources.

 

Seriez-vous prêt à venir skipper un bateau sur la Spi ?
Je ne serai malheureusement pas disponible cette semaine là. Mais je souhaite un très bon vent à tous les skippers de la Spi Dauphine 2012 !