Poursuivre ses études ? Pourquoi pas… Mais pour faire quoi ? Voilà une question essentielle pour les diplômés des grandes écoles ou de l’université qui veulent continuer. Car s’inscrire dans un Mastère Spécialisé est certainement une bonne idée, à condition de s’engager dans un projet bien bordé. La vocation de cette filière est claire : se spécialiser ou acquérir une double compétence.

 

Encore plus loin

Les ingénieurs le savent bien. Suivre un cursus en management après des études techniques leur procure clairement un bonus une fois sur le marché du travail. A leurs aptitudes techniques, ils adjoignent des capacités managériales et des compétences en gestion. Idem pour les diplômés des écoles de commerce qui peuvent approfondir une discipline, là encore pour se distinguer face aux recruteurs. L’EM Normandie propose des filières pointues qui orientent vers les ressources humaines, le marketing territorial ou l’entrepreneuriat. Dans le cadre du MS marketing, communication et ingénierie des produits agroalimentaires, l’école partage son expertise avec LaSalle-Esitpa pour former des jeunes cadres polyvalents, dotés d’un double regard et d’une large ouverture d’esprit, capables d’appréhender les projets de façon globale. Un MS répond à des contraintes précises qui garantissent sa pertinence : être en adéquation avec les attentes des employeurs et offrir de bonnes conditions d’insertion. Une exigence requise par la CGE pour délivrer son label. A ce sujet, rappelons qu’un MS peut disparaître aussi vite qu’il est apparu s’il n’est plus en phase avec le marché. Cela dynamise considérablement l’offre et les écoles doivent donc sans cesse l’ajuster aux besoins. Tout comme elles doivent savoir détecter de nouvelles attentes et identifier des tendances émergentes pour créer des programmes. C’est le cas par exemple avec notre nouveau MS Startup et Développement Numérique qui associe formation au business et enseignements spécialisés en management technique, référencement, community management ou encore growth hacking.

Retour sur investissement

Une question demeure : pourquoi poursuivre une année de plus alors que l’on a déjà en poche un Bac+ 4/5 de bon niveau ? Tout simplement parce que certains métiers exigent une brique supplémentaire d’expertise ou de connaissances. Pas question pour autant d’empiler des savoirs théoriques. Il faut savoir s’adapter à un nouvel environnement, à de nouvelles disciplines avec notamment des interventions de professionnels hyper pointus et des mises en situations. Le but est bien d’acquérir une culture complémentaire ou une doubleculture technique et managériale et de gagner en adaptabilité, et par conséquent en employabilité. S’engager dans un MS est donc un véritable investissement pour booster son parcours. Je suis d’ailleurs convaincu qu’une approche de type ROI devrait guider les candidats.

Loin d’être une contrainte pour les grandes écoles, c’est un indicateur de qualité indispensable. J’ajoute que notre savoir-faire est reconnu en France mais également à l’international. A ce jour, un quart des titulaires d’un MS sont des jeunes étrangers venus chercher l’excellence. C’est une preuve que la formation de haut niveau made in France, et notamment les MS, remplissent pleinement leurs objectifs.

JDE N°78 p1-112

© Jean Richard De Vesvrotte

 

Par Jean-Guy Bernard,
Directeur Général EM Normandie