les 35 ans de la promotion 77

 

Créé il y a juste 45 ans, MasterCard est aujourd’hui le deuxième acteur mondial du marché des paiements. Cette année, les dépenses effectuées à travers le monde via les cartes MasterCard ou Maestro ont fortement décollé, avec un chiffre d’affaires pour le groupe supérieur à 6 milliards de dollars. Rencontre avec Alfredo Gangotena, Directeur Marketing Monde de la société MasterCard Worldwide (Centrale Paris 77).

« Aujourd’hui, MasterCard est devenue l’une des grandes marques planétaires, présente dans 210 pays », explique Alfredo Gangotena, qui depuis 2010, est Directeur Marketing Monde MasterCard basé au siège à New York. « Le potentiel de croissance est encore très grand, quand on sait que 85 % des paiements se font encore en liquide ou par chèque, des modes de paiement pourtant voués à disparaître ! » Ce qui explique la hausse historique du chiffre d’affaires pour le groupe cette année, en augmentation de 27,3 % au troisième trimestre par rapport à 2010. Plusieurs facteurs oeuvrent à cette dynamique commerciale : une présence dans le monde entier, à travers une seule société (alors que la concurrence est composée de deux unités séparées, l’une pour l’Europe, l’autre pour le reste du monde), une entrée en bourse en 2005 plus rapide et plus réussie par rapport à la concurrence, une intégration produit et enfin un marketing unifié. « Notre atout est d’avoir su entrer dans les pays en développement dès les balbutiements de leur économie, comme en Chine ou au Brésil. Mais ce qui fait véritablement aujourd’hui notre force, c’est la technologie et l’innovation, axes majeurs de notre développement. »

Derrière la simplicité du geste de paiement, la technologie mobilisée est colossale : capacité de calcul et de stockage de la puce, puissance d’un réseau qui permet en une milliseconde de payer aux quatre coins du globe, et qui relie 32 millions de points de vente à 25 000 banques. Imaginer le paiement de demain « L’avenir, c’est le paiement par téléphone mobile et sans contact » explique Alfredo Gangotena. La carte MasterCard «PayPass» permet ce mode paiement plus rapide. Il est déjà adopté dans 85 pays, et dans certains pays comme le Canada, l’Australie, la Pologne ou la Turquie, par 100 % des banques et des enseignes. « En France, on mesure un réel engouement auprès de la grande distribution, avec en tête Carrefour, Auchan, Casino, Intermarché – vous présentez juste votre carte devant le lecteur, vous payez, vous partez, sans composer de code. Bientôt, tout le contenu du caddie sera scannérisé en passant simplement devant une borne, un gain de temps énorme pour le consommateur. » PayPass est actuellement en test à Nice pour les transports en commun et un projet est en développement avec la RATP. A New-York, on la trouve déjà dans les taxis, les supermarchés et les transports en commun. Ceci-dit, la véritable innovation sur laquelle MasterCard mise beaucoup, c’est le paiement via le téléphone mobile, et la dématérialisation de la carte de crédit, lancé récemment grâce à une alliance avec Google, Citibank et les opérateurs de téléphones aux Etats-Unis. La puce de la carte de crédit est intégrée dans celle du téléphone. « Le shopping du futur permettra de repérer la montre de ses rêves sur Google, de localiser une boutique sur Google Map, d’être identifié dans le magasin via son GPS comme un client fidèle, et d’envoyer aussitôt la photo de son achat à son ami sur son réseau social, le tout grâce à son téléphone. Nous sommes partenaires des grandes entreprises innovantes. Nous avons un accord avec Intel, notamment, pour développer le paiement tactile en touchant son écran d’ordinateur. »

 

les 35 ans de la promotion 77
Multicultural meanderings Alfredo Gangotena calls himself a «pure multicultural product». Born in Ecuador to an Ecuadorian father and a French mother, he grew up in Germany and South America and then studied in France where he got admitted to the Ecole Centrale of Paris in Engineering. He was one of the first three students to pioneer university exchanges with the United States, where he received his Master of Sciences degree in 1978 at the University of Wisconsin, Madison. Alfredo Gangotena’s career centered on marketing and general management across the continents of Europe, the United States and Asia. He started out at Procter & Gamble where he grew up the management ladder till becoming the General Manager Europe of the Laundry Detergents Division, then moved to the Walt Disney Company, before being appointed CEO of PolyGram France (later Universal).
«It was at Procter & Gamble, where I stayed for fourteen years, that my passion for marketing was born. I associate it with human understanding, psychology, creativity, and intuition to gain competitive advantage. The former Division President of Procter & Gamble Europe, Claude Meyer, has been my mentor all along my career, and I am paying tribute to him here today.» Alfredo Gangotena was one of the first engineers to begin his career in marketing. Later-on, he also was one of the first French executives to enter China when it opened up to the world in the 1990s, first as President of Asia Pacific at Henkel, then as General Manager for Asia at MasterCard. «There is no need for young French graduates to feel worried or subdued by the current economic climate. Seen from abroad, France enjoys a completely different image in the world’s major eonomic hubs. Our country is known everywhere for its intellectual strength embodied by our public universities and elite schools, but also for its cutting edge industry, know-how, creativity and innovation. Young French graduates are in high demand, particularly because of the practical approach of our elite schools. So let’s face the future with confidence, like our Brazilian friends who are in a period of soaring growth. Let’s follow the example of our world-class athletes, ready to fight and win on the world stage!»

 

« L ’avenir,
c’est le paiement
mobile sans contact »

L’identité au coeur de la marque
D’un point de vue marketing, MasterCard garde le cap d’une campagne lancée il y a 14 ans, aujourd’hui présente dans 120 pays et dans 52 langues. « Il est très rare de trouver une idée forte comme celle-ci, valable dans le monde entier et dans la durée. Elle s’appuie sur une vérité éternelle : les expériences et les émotions ont plus de valeur que les biens matériels. « There are things money can’t buy, for everything else there is MasterCard. » Entré il y a quatre ans dans le top 100 des marques les plus connues, MasterCard a enregistré une forte progression, passant du 99e au 60e rang l’an dernier. « Aujourd’hui, nous constatons que les consommateurs sont attachés à leur carte de crédit, mais pas vraiment à la marque de celle-ci ! Depuis fin 2010, nous avons donc lancé une nouvelle campagne, qui associe les porteurs de carte à leur ville de prédilection, pour donner à la marque un ancrage identitaire : New-York, Londres, Toronto – c’est le concept des « Priceless Cities. » « Nous travaillons encore dans la direction d’un retour vers l’intime, l’attachement, l’identité, la passion » explique Alfredo Gangotena. Une carte de paiement qui se transforme en carte d’accès privilégié aux musées, aux spectacles, à des moments uniques Priceless ! « Dans cet esprit, nous avons initié un partenariat avec le Zoo du Bronx à New York, qui permet à des enfants de passer la nuit au Zoo pour découvrir la vie des animaux nocturnes comme les fauves ; nous travaillons avec le Jardin Botanique de New-York également, toujours pour offrir aux enfants des moments qui n’ont pas de prix, comme voir dans la nature, la reconstitution des tableaux célèbres des Nymphéas de Monet ! »

 

Le Brésil, un exemple à suivre
« Encore considéré il y a dix ans comme un pays en développement, le Brésil est aujourd’hui le second pays le plus important au monde pour MasterCard. La croissance exceptionnelle de nos affaires dans ce pays est liée à plusieurs facteurs : la croissance depuis 20 ans de son économie, ses 200 millions d’habitants et l’émergence d’une classe moyenne très dynamique. La zone de développement commercial est tout un continent. Le pays dynamise l’Argentine, le Chili, la Colombie, l’Equateur. Ses ressources naturelles sont très importantes. Je crois aujourd’hui que ce pays gagne car il s’est débarrassé de ses complexes, et nous devrions, nous les Français, suivre leur exemple ! Débarrassés de leurs complexes de puissance coloniale du Portugal. Débarrassés du complexe racial, ils ont trouvé leur dénominateur commun, qu’ils nomment eux-mêmes « la joie » (et non la fierté) d’être Brésilien. C’est un pays très jeune, avec 40 % de la population qui à moins de 30 ans, en contraste avec notre Europe vieillissante. »

Chiffres clés
Chiffre d’affaires : 6 milliards de dollars
Présent dans 210 pays
32 millions de points de vente reliés à 25 000 banques

 

A.M.

 

Contact :
alfredo_gangotena@mastercard.com