Dans un contexte de crise plus sociétale qu’économique, les entreprises sont plus exigeantes que jamais dans leurs recrutements de jeunes diplômés. Afin d’attirer les talents, elles lancent des campagnes de communication RH qui mettent en avant leur Marque Employeur. Pour être efficaces, ces campagnes doivent être parfaitement ciblées et bien conçues. L’objectif d’image est capital autant pour l’externe que pour l’interne, les collaborateurs étant de réels ambassadeurs de leur entreprise auprès des étudiants.

© Artqu - Fotolia

© Artqu - Fotolia

Pour attirer ET fidéliser les meilleurs talents, il est indispensable de BIEN LES CIBLER. En amont de toute démarche de recrutement, le plus important est d’identifier les besoins des opérationnels pour savoir dans quelles écoles les trouver. L’une des erreurs les plus courantes consiste à se focaliser sur les classements de la presse sans tenir compte ni de sa propre culture d’entreprise ni de ses besoins RH. Cette opération nécessite de bien connaître les écoles auxquelles on s’adresse ainsi que les formations dont sont issus les collaborateurs déjà en poste. Il est aussi capital de maîtriser parfaitement les programmes, les codes, les spécificités, la sensibilité, le comportement des étudiants…, de toutes les formations de son secteur ou du métier recherché. Il faut aussi penser à jouer la diversité pour avoir des profils complémentaires en entreprise.
Une fois les cibles étudiantes identifiées, COMMENT FAIRE MOUCHE ?
Les entreprises ne peuvent plus uniquement compter sur les forums et salons où elles risquent de se perdre dans la masse. Afin de mobiliser le plus de candidats potentiels lors des campagnes de recrutement relayées par les écoles, il est indispensable de privilégier les conférences & interventions sur-mesure, de participer à des événements plus intimistes. Plus le thème sera porteur et l’intervenant enthousiaste, meilleur sera le retour sur investissement ! Les conférences Métiers sont également appréciées si elles sont bien conçues avec des études de cas qui mettent en avant une expertise technique et encore une fois, un speaker convaincant. Le discours commercial et marketing ne passe plus. Il faut un discours vrai (mais néanmoins contrôlé par les RH pour être en phase avec la Marque Employeur !). C’est une démarche consommatrice pour les RH car ils doivent trouver des opérationnels punchy, à l’aise pour parler en public, prêts à s’investir dans la préparation de leurs interventions afin de donner envie aux jeunes, les faire rêver ! Une bonne collaboration entre l’opérationnel et le pédagogue de l’école favorise bien évidemment la réussite de l’opération.
Au Groupe Léonard de Vinci, nous organisons bien sûr des forums entreprises avec des stands classiques mais aussi des speed-dating auxquels nos étudiants se préinscrivent en consultant le contenu des missions proposées par les entreprises présentes. Ces sessions, particulièrement efficaces, permettent à l’entreprise d’accélérer son processus de recrutement. Nous mettons en place également des rencontres personnalisées sous forme de petits groupes entre les collaborateurs d’entreprises partenaires (idéalement des anciens élèves) et des étudiants cibles. Et lorsque ces rencontres peuvent se dérouler dans l’entreprise, et que les étudiants peuvent ainsi partager le quotidien des collaborateurs pendant une demi-journée, c’est encore mieux !

 

QUELS MESSAGES VÉHICULER ?
Les étudiants croient de moins en moins aux discours ‘ultra bright’ des entreprises, souvent identiques. Ils croisent avec d’autres sources d’informations qui leur semblent plus crédibles (personnes travaillant dans l’entreprise, bouche à oreille, anciens stagiaires, sites de notation…), et s’il y a des incohérences, c’est rédhibitoire ! Plus une entreprise présente une image saine, plus elle a de chances d’apparaitre comme un employeur attirant et d’avoir une Marque Employeur performante. Les jeunes diplômés attendent un discours vrai, honnête et les preuves de ce que l’on avance en terme de RSE ou d’engagement dans l’humanitaire par exemple. Il faut que les entreprises se différencient, se trouvent des valeurs attrayantes. Etre original – mais pas trop – tout en restant en adéquation avec soimême. Les étudiants de la génération Y privilégient un équilibre vie privée/vie professionnelle. Ils sont principalement sensibles à la qualité de vie dans l’entreprise (ambiance, RSE, locaux…), puis à la mission confiée. Parfois, le poste peut primer sur la Marque Employeur MAIS pas l’inverse.
Si j’avais un dernier conseil à donner aux entreprises pour trouver ET fidéliser le meilleur candidat (stage ou emploi), c’est d’investir humainement – plus que financièrement – dans la relation avec des écoles ciblées : être présentes chaque année dans les écoles partenaires – même si leurs besoins en recrutement ou stagiaires varient d’une année à l’autre –, permettre aux étudiants de se projeter, valoriser leurs expertises techniques et recruter en interne des ambassadeurs convaincants. Au Groupe Léonard de Vinci, nous avons une logique de partenariats forte qui favorise le relationnel entre l’étudiant et l’entreprise. Nos 3 écoles : l’EMLV (Ecole de Management Léonard de Vinci), l’ESILV (Ecole Supérieure d’Ingénieurs Léonard de Vinci) et l’IIM (Institut de l’Internet et du Multimédia), nous permettent d’offrir aux entreprises un éventail de compétences très larges et d’apporter une solution globale à leurs problématiques de recrutement.

 

Par Isabelle Avignon,
Responsable des relations entreprises au Groupe Léonard de Vinci qui rassemble trois établissements d’enseignement supérieur : l’EMLV, l’ESILV et l’IIM.
www.devinci.fr