La Directrice marketing de MAPEI France, Béatrice Gladel (Ingénieur structure, IUT Grenoble 93), plaide pour un management collaboratif et défend, plus que l’égalité, l’équité entre hommes et femmes.

 

Le choix du changement

Après avoir mené une brillante carrière au sein du Groupe Saint-Gobain, Béatrice Gladel a rejoint, il y a cinq mois, le Groupe MAPEI, leader mondial dans le domaine des colles et des produits chimiques pour le bâtiment. Une arrivée comme un nouveau challenge professionnel et humain pour la nouvelle Directrice marketing. « La vie est faite de rendez-vous. Rien n’est plus intéressant que de sortir de sa zone de confort, de se lancer des défis et de renouveler son environnement professionnel, personnel et géographique. Je souhaitais m’enrichir et faire partager mes compétences commerciales et marketing au sein de cette entreprise internationale à valeurs et taille humaines (100 % des actionnaires sont issus de la famille des fondateurs.) »

 

Un management collaboratif plein d’énergie

Si l’entreprise l’a séduite, c’est notamment parce qu’elle porte haut les valeurs de respect, dû à chaque employé. « Chez MAPEI, ce sont les Hommes qui font l’entreprise et non l’inverse. Le travail collaboratif prend tout son sens et l’on grandit par l’effervescence des idées et des projets. L’énergie positive devient ainsi contagieuse ! »
« Je privilégie des modes de communication naturels et  bienveillants.
 Nous avons tous les mêmes objectifs : le client et la réussite de l’entreprise. Je fais en sorte de libérer au maximum l’esprit créatif en sortant des organisations figées et des procédures, nécessaires cependant. »

 

L’équité pour boussole

Si elle n’a aucun mal à reconnaître ce qui rassemble les hommes et les femmes, Béatrice Gladel n’est pas une adepte de l’égalitarisme à tout prix.

 

« Je ne prône pas l’égalité, mais l’équité. Dans mes équipes, il n’y a pas de traitement particulier quand on est une femme. D’ailleurs, je n’embauche pas des femmes, mais des compétences. »

 

Une vie professionnelle menée à 200 %

Bien qu’elle défende la mixité en général, vecteur de créativité et de projets, Béatrice Gladel refuse de cloisonner les personnes selon leur genre ou de parler de sa carrière sous l’angle féminin. « On a le parcours que l’on mérite. J’ai su saisir des opportunités dans des métiers très différents et je me suis toujours engagée à 200 % pour réussir. L’un de mes anciens patrons m’a dit un jour : « Le hasard ou la chance ne sourient qu’aux esprits bien préparés ». J’ai fait carrière, certes, mais cette vie professionnelle m’a aussi énormément appris et apporté dans ma vie personnelle. » 

Sa règle d’or : « Soyez curieux et émerveillés. Engagez-vous et transformez les contraintes et les mauvaises performances en opportunités. »

 

Le sport en roue libre

Férue de sport depuis l’âge de 4 ans, Béatrice Gladel est une ancienne cycliste semi-professionnelle qui continue de parcourir entre 12 000 et 14 000 km par an. Une passion qu’elle partage avec MAPEI, qui, dans les années 1990, était propriétaire d’une équipe cycliste professionnelle et reste partenaire de l’Union Cycliste Internationale et de clubs majeurs en France. MAPEI est aussi propriétaire d’un club de football en Italie : L’U.S.SASSUOLO. «  Faire du sport est un besoin physique, mais aussi mental. Pratiquer le vélo, nager… contribue à mon équilibre général.Cela me permet, seule, de réfléchir, d’avoir de nouvelles idées. Au bureau, mon temps est consacré aux équipes. Le sport, c’est aussi un moyen de fabriquer l’énergie positive et créative utiles au quotidien. J’ai toujours le goût du challenge et j’apprécie beaucoup qu’au sein de l’entreprise, nous nous challengions entre collaborateurs sur nos activités et performances sportives respectives ! »

 

Chiffres clés : 80 ans d’existence / 2,4 Mds € de CA / 81 filiales / 73 sites de production dans plus de 33 pays

 

 

pour contacter directement béatrice gadel, c'est ici !

3 + 14 =

[Episode 1/2] Les startups sous le sapin !

En panne d’inspiration pour vos cadeaux de Noël ? La rédaction vous sort de sa hotte des produits made in startups françaises.

Où sont les femmes en 2019 ?

Cette année encore, les femmes se battent pour la reconnaissance de leur puissance économique, sociale, politique et artistique. Prêtes à changer le monde. Petit aperçu.

[Le pouvoir a-t-il un sexe] « Le combat pour l’égalité n’est pas terminé ! » Anne Hidalgo

Rencontre exclusive avec la Maire de Paris Anne Hidalgo, femme politique engagée. Egalité, féminicide et discrimination, elle aborde tous les sujets sans détours.

Rencontre exclusive avec Laetitia Avia, femme politique (LaRem) engagée

Quelles sont la place et l’influence des femmes politiques ? Témoignage de Laetitia Avia, députée de Paris et porte-parole de La République en Marche.

Le marketing, c’est pas que du matériel !

Marque, données, réputation, collaborateurs ou leader emblématique : comment la valeur immatériel de l’entreprise fait-elle toute la différence en marketing ?

[Le pouvoir a-t-il un sexe] Femmes et humour – Interview de Caroline Vigneaux

Caroline Vigneaux, ex-avocate qui a “tombé la robe” pour devenir humoriste revient sur son engagement pour un féminisme de réconciliation

Mon Salon Etudiant, l’orientation en un clic

« Depuis ton salon, trouve ton orientation » ! Mon Salon Etudiant propose des salons sur l’orientation 100 % en ligne, gratuits et accessibles à tous les jeunes pour trouver leur formation ou leur école.

Startupeuses en quête de fonds

Comment et pourquoi se lancer dans l’entrepreneuriat quand on est une femme ? Rencontre avec Philippine Dolbeau créatrice de NewSchool, 1er cahier d’appel électronique à seulement 15 ans

Made in France : la poule aux œufs d’or des PME ?

Depuis 10 ans déjà, le Made in France connaît un retour en force dans le cœur des Français, mais aussi des étrangers. Pourquoi un tel regain d’intérêt pour ce « label » autrefois oublié ?

PME : une petite entreprise qui ne connaît pas la crise !

Les Trophées PME RMC récompensent et valorisent ces entreprises qui fleurissent partout sur le territoire. Palmarès 2019.