Diplômé de l’ICAM (80), Christian Garin a choisi de s’orienter vers la gestion et de valoriser sa double formation. Après 20 ans dans des fonctions financières chez Procter & Gamble, Il a rejoint Mane, 6e producteur mondial de senteurs et de compositions aromatiques et participe au développement de ce groupe en qualité de « chief financial officer ».

Christian Garin, ICAM 80, MBA Tulane, chief financial officer, Mane

Christian Garin, ICAM 80, MBA Tulane, chief financial officer, Mane

Pouvez-vous résumer les grandes étapes de votre carrière ?

Après mon service militaire dans la marine, j’ai fait un MBA à Tulane University. J’ai pris goût à la finance et décidé de valoriser ma double formation en entreprise. 20 ans chez Procter & Gamble m’ont permis de couvrir toutes les facettes de la finance d’entreprise, de la comptabilité à l’audit interne en passant bien sûr par le contrôle de gestion, dans un groupe qui a la volonté de faire croître les gens en leur donnant une palette d’expériences, et où la conception des finances est très valorisante. Les financiers sont au coeur du business, au centre de toutes les recommandations. En 2004, j’ai rejoint Mane, une entreprise française très internationalisée qui me proposait un job à caractère international. Chief Financial Officer, je tiens les rênes des finances, de l’informatique et des affaires juridiques qui concernent les filiales et ouvertures de bureaux. Je participe à la stratégie du groupe :
• En construisant les stratégies de développement et d’acquisition avec la direction générale
• En enrichissant notre vision de nos compétiteurs par du benchmarking et de la veille
• En optimisant la santé financière du groupe et générant les financements nécessaires à notre croissance
• En gérant le développement des systèmes informatiques groupe qui nous aiderons à améliorer notre service client et à travailler mieux entre les filiales et catégories
• En œuvrant à l’ouverture de nouvelles filiales
• Et enfin en mettant en place des systèmes de contrôle et de reporting groupe qui nous permettent de mieux analyser nos forces et faiblesses

Quels ingrédients ont contribué au succès de Mane ? Quelle stratégie de développement met en oeuvre le groupe ?

6e producteur mondial de senteurs et de compositions aromatiques, Mane emploie 3 200 personnes et réalise 480 millions d’€. Créé il y a 140 ans, ce groupe familial qui a pour clients le monde du luxe et la grande consommation, doit son succès à son souci de la perfection, à la qualité de son service client, à son ouverture au changement. Nous sommes également expert dans le secteur des produits naturels. Nous avons l’ambition de continuer à couvrir à la fois tout le champ des arômes et des parfums et un univers très large au niveau international, pour répondre aux goûts locaux. L’innovation technologique – dans le domaine de l’encapsulation, des parfums sans alcool – constitue une de nos forces. Elle nous a valu de nombreuses récompenses en reconnaissance par nos pair, mais surtout cela nous permet de gagner des parts de marché et de croître de manière exceptionnelle de plus de 40 % en deux ans.

Quelle perception avez-vous de votre rôle ? Quelles sont vos missions et responsabilités ? Quels types de compétences requiert ce métier ?

« Un financier doit être créatif, savoir inventer de nouvelles voies, etc. »

Mon rôle est plutôt un rôle de secrétaire général en charge des finances et de l’informatique, un rôle stratégique. Le rôle de financier comprend trois aspects fondamentaux, la gestion des flux financiers, la qualité des informations et un 3e aspect stratégique le conseil aux actionnaires et au président sur le développement et la structuration du groupe, la veille compétitive et les acquisitions. Un aspect fondamental est aussi la gestion du risques et le la gouvernance, notamment par le control interne. Pour exercer le métier de financier, il faut avoir beaucoup de cordes à son arc. Hormis la rigueur, la fiabilité, il faut être créatif, savoir inventer de nouvelles voies, communiquer avec toutes les populations de l’entreprise, en transversal comme en vertical. C’est la combinaison du professionnalisme, de la capacité à communiquer et gérer des hommes et des situations qui font la performance dans la fonction. Un financier est au croisement de tous les départements, au coeur du développement de l’entreprise.

Quelles opportunités de carrière offrez-vous aux jeunes diplômés ? Quel serait votre message à ceux qui se destinent aux métiers de la finance ?

Nous recrutons 200 à 300 personnes par an, essentiellement en production, des jeunes diplômés et des personnes avec une expérience dans l’industrie. En finance, nous privilégions les profils expérimentés. L’important pour un financier d’entreprise qui débute, est de s’assurer d’acquérir de bonnes bases, et de ne pas brûler les étapes. Un bon financier est quelqu’un qui a une bonne couverture des différents domaines de la finance et une bonne appréhension de l’organisation de l’entreprise et du business. C’est la conjugaison des deux qui permet d’être pertinent dans son rôle de financier et surtout de contribuer à la croissance de l’entreprise. Enfin et surtout, il faut être curieux et vouloir toujours apprendre. And have fun !

 

A.M.

 

Contact : christian.garin@mane.com